x
Close
Opinion

Le manque de diversité à la BM est un problème

Le manque de diversité à la BM est un problème
  • Publiéoctobre 12, 2022

Pour que la Banque mondiale parvienne à réduire la pauvreté dans le monde, et à prendre en compte les difficultés de chacun, la majorité de ses employés doivent être originaires des régions qu’elle tente de servir.

 

Alors que débutent les grandes assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, organisées à New York, David Malpass tient bon. Pourtant, ces dernières semaines ont été riches en appels à sa démission. La raison principale est l’affirmation selon laquelle il aurait tenu des propos « climatosceptiques » lors d’un débat à New York, en septembre. Bien qu’il ait depuis démenti, ceux qui demandent sa démission affirment qu’un tel point de vue est incompatible avec la direction d’une Banque mondiale qui doit non seulement intégrer le risque climatique, mais aussi, dans le sillage de divers accords des Nations unies sur le climat, réorienter et développer activement son portefeuille vers des projets respectueux du climat.

Si la Banque mondiale veut surmonter ses difficultés et devenir une banque d’avenir, le personnel blanc élevé et éduqué dans des pays à majorité blanche doit rapidement devenir une minorité au sein de ses effectifs.

Les détracteurs de David Malpass ont quelques préoccupations recevables. La BM qualifie elle-même d’« ambitieux » son objectif actuel, qui consiste à faire en sorte que 35 % de ses financements présentent des co-bénéfices climatiques. Cela équivaut à débourser 50 milliards de dollars de financement climatique par an. Pourtant, bien que cela fasse de la BM le plus grand bailleur de fonds pour le climat parmi toutes les banques multilatérales de développement (BMD), elle reste le plus grand bailleur de fonds multilatéral pour les projets non respectueux du climat. En effet, en tant que proportion des prêts, l’objectif de la Banque est maintenant le plus bas parmi le groupe des BMD.

Cependant, il existe de nombreuses autres raisons de s’inquiéter de la perspective de développement de la Banque, qui ont non seulement des implications majeures pour les pays africains, mais qui vont également au-delà des opinions de son président actuel. Au cours des dernières décennies, la BM a été confrontée à quatre défis majeurs en plus de l’action climatique.

Premièrement, en juillet 2022, un rapport indépendant commandé par le G20 a conclu que la Banque mondiale – ainsi que d’autres BMD – a été trop prudente face au risque.  Les auteurs du rapport suggèrent que cela est dû, entre autres, à une trop grande proximité et à une trop grande attention portée à l’opinion des agences de notation privées. L’implication est que la BM aurait dû prêter davantage et donc faire davantage pour réduire la pauvreté pendant des années.

 

Un changement de culture est nécessaire

Deuxièmement, la réponse de la BM à la Covid-19 n’a pas seulement été incroyablement lente, elle a également été très inadéquate. À titre d’exemple, la Banque mondiale n’a pas suspendu ses exigences en matière de service de la dette pour les pays à revenu faible ou intermédiaire, alors que des prêteurs bilatéraux comme la Chine l’ont fait. Troisièmement, le produit probablement le plus célèbre de la BM lié à ses services de conseil, l’indice de « la facilité de faire des affaires »- a dû être annulé en 2021 après des révélations selon lesquelles le personnel avait reçu l’ordre de manipuler des données pour gonfler le classement de certains pays. Cependant, avant cela, plusieurs rapports avaient déjà suggéré que des réformes importantes devaient être apportées à l’indice pour modérer ses penchants économiques néolibéraux, par exemple en balisant la fiscalité ou la réglementation des entreprises.

 

Quatrièmement et enfin, bien qu’elle soit présentée comme une « banque d’infrastructure » à l’échelle mondiale, la réalité est que la Banque mondiale évite depuis des décennies de financer de nouvelles infrastructures efficaces et indispensables dans les pays africains. Alors que la Banque continue d’accorder des prêts pour étendre les réseaux routiers, elle n’a pas financé de nouvelle ligne ferroviaire depuis 2002 sur le continent, malgré les demandes en ce sens. Elle a financé des systèmes de métro en Amérique latine et en Asie, mais les prêts africains se sont limités aux systèmes de transport rapide par bus, laissant des pays comme le Kenya ou le Sénégal chercher le soutien de donateurs bilatéraux comme la Chine et la France.

Quelle est la source de ces quatre défis, ainsi que du problème de l’action climatique ? Sont-ils tous dus à un manque de leadership récent ? Si ces défis peuvent être exacerbés par l’approche du président en exercice, ils ne sont pas dus et ne peuvent pas être inversés en changeant une seule personne. Dans le cas de la Banque mondiale, une solution consisterait à modifier sa culture, ce qui ne peut se faire qu’en modifiant considérablement la diversité de son personnel, du niveau débutant au niveau supérieur. La Banque mondiale est un employeur important : en 2021, elle comptait plus de 12 500 personnes à temps plein dans le monde, dont 55 % au siège des États-Unis.

La BM s’est fixé au moins quatre objectifs internes pour garantir la diversité – plus précisément des objectifs de 50 % de femmes parmi les cadres supérieurs et le personnel technique, de 50 % de l’ensemble du personnel issu de pays à revenu faible ou intermédiaire et de 12,5 % de l’ensemble du personnel issu des régions d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes.

 

Diversité insuffisante

Toutefois, au-delà du genre, les statistiques en matière de diversité sont assez peu transparentes. La BM avait l’habitude de déclarer que ses statuts l’empêchaient de publier des statistiques d’emploi sur la race. Toutefois, plus récemment, elle a commencé à encourager son personnel à faire des déclarations volontaires. Cela permettra probablement d’obtenir des résultats intéressants ; en attendant, la Banque note fièrement qu’elle emploie des personnes originaires de 180 pays et parlant 140 langues maternelles différentes.

Cependant, d’autres statistiques révèlent une situation moins réjouissante. Tout d’abord, les États-Unis sont de loin la plus grande nationalité représentée à la Banque. Entre 2006 et 2015, 25 % de l’ensemble du personnel de la Banque avait un passeport américain. Toutefois, le personnel français et britannique représentait respectivement 8 % du total. Seule l’Inde présente des pourcentages de personnel aussi importants – avec 6 % sur la même période. Pourtant, nous savons bien sûr que l’Inde représente une proportion bien plus importante de la population mondiale, tout comme la Chine.

Deuxièmement, même aux États-Unis, la Banque mondiale semble avoir des difficultés à garantir la diversité. En 2009, une étude a révélé que sur 1 000 employés américains de la Banque mondiale, seuls quatre étaient noirs. Et ce, bien que la Banque soit basée dans une ville où 45 % de la population est noire ou afro-américaine, et dans un pays où 13,6 % de la population est noire ou afro-américaine. Il n’est guère surprenant qu’en août 2020, une enquête interne de la Banque portant spécifiquement sur la race à la lumière de Black Lives Matter ait suscité un taux de réponse de 70 %, un tiers des personnes interrogées indiquant avoir été victimes de racisme. Certains éléments indiquent que la situation pourrait changer. La Banque a nommé une Task Force sur le racisme, a récemment publié une charte antiraciste et a prévu plus de 70 autres actions pour améliorer la diversité.

 

 

Se remettre en question

Le fait est que, étant donné le rôle important de la Banque dans le développement, son personnel doit comprendre pleinement les contextes dans lesquels il évolue et s’y identifier. La Banque doit être une institution qui répond correctement aux besoins des pays les plus pauvres, pour faire face à la complexité des défis de la pauvreté auxquels le monde est confronté aujourd’hui. Un manque de diversité signifie une incapacité à remettre en question les idées simplistes et la pensée collective. Dans une organisation comme la Banque, cela crée le type de contraintes culturelles qui conduisent à un faible appétit pour le risque, à un manque d’innovation, ou à un manque de rigueur lorsqu’il s’agit des besoins climatiques.

Par conséquent, si un tiers du total des prêts de la Banque mondiale va aux pays africains, le corollaire est que la Banque devrait viser un objectif supérieur à 12,5 % pour le personnel africain. La Banque doit compter davantage d’employés chinois, émiratis, indonésiens, mozambicains et rwandais afin de pouvoir enrichir ses conseils de leur expérience et de leurs enseignements en matière de réduction de la pauvreté, sur la base de modèles et de cadres économiques différents et variés.

Des personnes originaires des îles du Pacifique et des Caraïbes doivent diriger les travaux de la Banque en matière de résilience et de gestion des catastrophes. En d’autres termes, si la Banque veut surmonter ses difficultés et devenir une banque d’avenir, le personnel blanc élevé et éduqué dans des pays à majorité blanche doit rapidement devenir une minorité au sein ses effectifs.

À l’heure actuelle, il semble peu probable que David Malpass puisse mettre en place ce type de structure. À moins qu’un nouveau président ne s’engage à mettre fin à la pensée dominante actuelle au sein de la Banque par le biais de la diversité, il est probable qu’il sera confronté à autant de défis, sinon plus, que l’actuel président.

@NA

Écrit par
Hannah Ryder

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *