Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Opinion

En finir avec les démocratures…

L’argent se crée, il ne se quémande pas

La Grande-Bretagne, en quittant d’UE, veut se désolidariser de l’impotence européenne vis-à-vis des migrants. Elle veut sortir de cette incapacité en bande organisée. Imitant quelque peu Singapour qui s’est détaché de la Malaisie, et a réussi à signer une success story unanimement reconnue. Nul ne sait si le rêve d’un Singapour-sur-Tamise deviendra réalité. Par contre, à l’échelle de l’Union européenne dans son ensemble, on peut affirmer sans se tromper qu’il sera impossible de concrétiser la promesse d’une prospérité déconnectée de la démocratie en Afrique, comme de la paix au Moyen- Orient.

Les Africains ne veulent pas d’un supplément d’aide au développement comme le clament à l’unisson les politiques européens. Des populistes aux républicains en marche. Les Africains savent désormais que l’argent se crée, il ne se quémande pas. Pour tarir le flot de migrants économiques, il faut et il suffit que l’Europe décide de rendre caducs les dispositifs de sujétion coloniale mis en place en 1960. Au moment des indépendances « de papier ». Dispositifs intitulés « accord de coopération entre la puissance coloniale d’alors, et ses colonies d’Afrique ». Les plus emblématiques de ces accords étant le dispositif de la monnaie CFA, et les accords de défense (des autocrates africains contre leurs peuples !).

Dès la dénonciation de ces accords par le pays tuteur, l’Europe verra le flot des migrants tarir. Pour le motif que les démocratures africaines pourront enfin être renversées par les populations lassées de vivre dans des conditions infra-humaines au Gabon, au Congo Brazzaville, au Togo, au Bénin, en Côte d’Ivoire, etc.

L’Europe sait qui est le pays tuteur. Elle a donc la solution, la réponse structurelle à la question des migrants. Mais l’Europe aura-t-elle la force ou la sagesse de heurter les intérêts économiques du pays tuteur, identiquement pays fondateur de l’UE ? Au sein de l’Europe, le groupe de Višegrad, les pays d’Europe centrale, qui n’ont jamais colonisé qui que ce soit, ou les pays nordiques, réussiront-ils à rendre caducs les accords de coopération économique signés entre le pays tuteur et ses colonies en 1960.

En finir avec les démocratures

Quand l’Europe cessera de vendre au monde l’illusion d’une Afrique francophone indépendante depuis 60 ans. Quand l’Europe cessera d’adouber les autocrates africains. Quand elle cessera ipso facto ses relations diplomatiques avec les pays où l’on change de Constitutions comme de chemises, elle verra le flot des migrants s’amenuiser jusqu’à devenir insignifiant. Les racines du fait migratoire ne sont pas dans la démographie africaine, ni dans les « appels d’air » des législations européennes. Encore moins dans l’existence des passeurs.

Les jeunes Africains sont littéralement poussés vers l’Europe par les démocratures, c’est-à-dire la démocratie réduite à des élections trafiquées. Les démocratures ainsi que la pérennité des rapports de sujétion coloniale ne sont que, l’avers et l’envers d’une seule et même médaille. En finir avec les migrants, c’est en finir avec les autocrates africains, en finir avec la monnaie CFA.

Cette leçon du primat du politique sur l’économique, du primat du politique sur le fait migratoire, semble aussi vitale à rappeler aux diverses Afriques subsahariennes, lancées dans de multiples expériences d’intégration économique, sans colonne vertébrale politique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This