x
Close
Opinion

Dynamiser le potentiel énergétique de l’Afrique

Dynamiser le potentiel énergétique de l’Afrique
  • Publiédécembre 12, 2023

Les partenariats dans le développement de la prospérité économique et de la sécurité énergétique. Sachant que le secteur de l’énergie est la clé qui permettra de remédier aux disparités économiques et de propulser l’Afrique vers une croissance soutenue et durable.

 

 

Tout au long de l’année 2023, diverses rencontres de premier plan sur l’énergie et les infrastructures ont confirmé que l’Afrique pourrait devenir le plus grand marché énergétique du monde.

Le secteur de l’énergie en Afrique connaît une croissance annuelle de 5 %, grâce à une population de plus de 1,2 milliard d’habitants et à des ressources naturelles abondantes, notamment le pétrole, le gaz naturel, le charbon, les énergies renouvelables et l’uranium. Bien qu’il existe des défis à relever, tels que des ressources inexploitées et des infrastructures limitées, le continent est sur le point de connaître une période de transformation.

Le développement de l’intelligence artificielle pour les prévisions pétrolières et gazières est une des possibilités passionnantes qui pourraient bénéficier au secteur pétrolier et gazier de l’Afrique

La Libye en est un bon exemple. Bien que son instabilité politique ait retardé certains projets, le vent est en train de tourner. En février 2023, la National Oil Corporation a lancé son plan stratégique pour revitaliser le secteur pétrolier et gazier du pays. Le Sommet de l’énergie et de l’économie de la Libye,, organisé en janvier 2024 permettra de mieux comprendre les perspectives énergétiques et économiques du pays.

C’est en forgeant des partenariats solides, qui sont toujours encouragés lors des événements du secteur, y compris avec des homologues mondiaux, que les pays d’Afrique peuvent améliorer les infrastructures et stimuler les opportunités économiques. L’importante croissance démographique, l’urbanisation et l’industrialisation de l’Afrique offrent un paysage unique pour le développement durable. Le secteur de l’énergie est donc la clé qui permettra de remédier aux disparités économiques et de propulser l’Afrique vers une croissance substantielle.

Le défi consiste à identifier des sources d’énergie durables et abordables pour répondre à la demande. L’Afrique a besoin de solutions dans le cadre d’un bouquet énergétique réaliste afin de maximiser toutes les ressources naturelles et de lutter contre la pauvreté énergétique.

L’Afrique a besoin de solutions dans le cadre d’un bouquet énergétique réaliste afin de maximiser toutes les ressources naturelles et de lutter contre la pauvreté énergétique.

 

Un moteur de la demande

Les émissions mondiales doivent atteindre leur maximum dans les dix à quinze prochaines années si nous voulons avoir une bonne chance de maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 2 degrés Celsius, mais nous ne pouvons pas et ne devons pas porter ce fardeau. Même si l’Afrique triplait sa production de gaz naturel par rapport aux niveaux actuels, sa contribution aux émissions mondiales n’augmenterait que de 0,67 %.

Malgré cela, il est urgent de transformer le secteur de l’électricité en Afrique. Encourager des alternatives telles que le gaz de schiste pourrait contribuer de manière minimale aux émissions mondiales. L’accent devrait être mis sur la diversification, le gaz complétant les énergies renouvelables pour fournir une électricité fiable aux 600 millions de personnes qui n’y ont pas accès.

Bien qu’il soit difficile de faire des projections précises, les secteurs du transport routier et de la pétrochimie ont été désignés comme les principaux moteurs de la demande au cours des 18 prochains mois, en raison du renforcement de l’activité économique mondiale et de l’augmentation de la consommation de biens à forte intensité énergétique. La demande future sera influencée par divers facteurs extérieurs à ces marchés immédiats, notamment la conjoncture économique mondiale, les taux de croissance démographique et l’évolution des tendances en matière de consommation de carburant (par exemple, les voitures électriques par rapport aux voitures à essence). Les deux secteurs sont fortement dépendants de l’énergie, et d’éventuelles limitations de la disponibilité d’une énergie abordable pourraient entraver la production. Les pays membres de l’OPEP, bien qu’ils soient confrontés à des problèmes de conformité de la production, restent essentiels pour stimuler la production.

La collaboration, l’investissement dans les talents locaux et la saisie des opportunités offertes par la jeune population et la classe moyenne croissante du continent sont essentiels pour progresser. Une attention particulière est nécessaire dans des domaines tels que la mise en œuvre de réseaux plus intelligents et l’avancement des véhicules électriques. En outre, l’utilisation stratégique des ports maritimes pour le stockage et la distribution d’hydrogène vert présente un potentiel important, en les positionnant comme des plaques tournantes pour l’exportation.

Les tendances croissantes d’utilisation de drones pour les inspections pétrolières et gazières, l’utilisation de la technologie Blockchain pour les transactions pétrolières et gazières, et le développement de l’intelligence artificielle pour les prévisions pétrolières et gazières sont des possibilités passionnantes qui pourraient bénéficier au secteur pétrolier et gazier de l’Afrique.  Toutes ces innovations offrent un grand potentiel pour améliorer la transparence, l’efficacité et la sécurité.

Cruciaux pour mettre en avant la cause de l’Afrique, les événements et les expositions jouent un rôle important en menant les discussions nécessaires vers le progrès tout en servant de catalyseurs économiques. En tant que continent, nous devrions moderniser les infrastructures énergétiques et avoir la liberté d’utiliser toutes les ressources pour la fiabilité énergétique, en soulignant la nécessité d’investissements impactant plutôt que de poursuivre des boussoles comme l’accord de Paris qui pourraient avoir des effets limités sur la pauvreté énergétique du continent.

 

Devi_Paulsen, Energy and Capital power

 

 

Devi Paulsen-Abbott est PDG d’Energy, Capital & Power et présidente d’AAXO (Association of African Exhibition Organizers).

 

@AB

 

Écrit par
Devi Paulsen-Abbott

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *