x
Close
Opinion

Accroître les investissements dans l’éducation et les jeunes

Accroître les investissements dans l’éducation et les jeunes
  • Publiémars 13, 2024

Investir dans le potentiel des jeunes Africains, en particulier celui des femmes et des filles, est un pas vers l’établissement de l’Afrique en tant que force influente sur la scène mondiale.

 

Le continent africain est prêt pour une croissance et un changement transformationnels. Avec plus de 60 % de la population du continent âgée de moins de 25 ans, son dividende démographique est une lueur d’espoir et la promesse d’un avenir prospère. Investir dans le potentiel de leadership des jeunes Africains, en particulier des femmes et des filles, va au-delà de l’autonomisation des individus. Il s’agit d’un investissement dans la croissance globale et d’une étape vers l’établissement de l’Afrique en tant que force formidable et influente sur la scène mondiale.

Les jeunes leaders, et en particulier les femmes, seront le moteur de la croissance future, du développement durable et de la prospérité, à condition que nous leur donnions les outils, les opportunités et l’espace pour le faire.

Les jeunes Africains ne sont pas seulement à la recherche du changement, ils en sont les créateurs. Mes échanges avec les jeunes prouvent qu’ils sont talentueux, informés, éduqués et ambitieux. D’ores et déjà, ils redéfinissent l’innovation, défendent des causes sociales et sont le fer de lance de l’action climatique. Les jeunes ont joué un rôle prépondérant dans les récentes négociations de la COP28 des Nations unies. Il s’agit d’un changement bienvenu, étant donné que les nations africaines et leurs jeunes porteront le poids du changement climatique. Ils sont prêts à façonner un monde en évolution rapide qui exige des perspectives nouvelles et un leadership audacieux.

Toutefois, la réalisation de ce potentiel exige un changement stratégique de notre approche. Placer la jeunesse au centre de notre programme de développement, en particulier pour relever les défis mondiaux tels que le changement climatique, peut engendrer une croissance et une influence sans précédent. Il s’agit d’un impératif collectif, et pas seulement du devoir des jeunes. La responsabilité nous incombe à tous, par-delà les générations et les frontières, de collaborer à un changement significatif. Il est temps de reconnaître que la transformation de l’Afrique est inextricablement liée à l’autonomisation de ses citoyens les plus jeunes.

Le leadership des jeunes est également la clé pour relever les défis du multilatéralisme, qui sous-tend la démocratie, l’équité, l’État de droit et la paix mondiale.

 

Saisir les opportunités

Donner aux jeunes la possibilité d’accéder et de se hisser à des postes de direction est un moyen efficace de permettre au continent africain d’avoir son mot à dire sur la manière dont les décisions mondiales sont prises, sur la manière dont le multilatéralisme est protégé et renforcé et sur la manière dont les défis mondiaux sont relevés.

En conséquence, l’Afrique sera en mesure de prendre l’initiative de créer un nouvel ordre mondial, où les institutions mondiales ne sont plus dominées par un petit nombre de nations riches et puissantes, mais où les personnes les plus touchées par leurs politiques font partie intégrante du processus de prise de décision.

D’ici 2050, la population africaine devrait doubler, tout en restant la région la plus jeune du monde. Cette poussée démographique, qui va de pair avec l’accroissement de notre empreinte mondiale, nécessite d’offrir de nombreuses possibilités à nos jeunes.

Ces opportunités doivent être intégrées dans les processus de prise de décision à tous les niveaux de gouvernance, afin d’enrichir les politiques locales, nationales et régionales. En outre, nous devons veiller à ce que les jeunes Africains aient accès à des espaces où leurs voix influencent les institutions publiques et privées et l’élaboration des politiques, en favorisant un paysage où l’inclusion et l’équité ne sont pas seulement des concepts, mais des réalités concrètes.

L’éducation est la pierre angulaire du développement d’un leadership ambitieux et déterminé chez les jeunes. En ayant la possibilité d’accéder à une éducation de qualité, à la formation et au développement des compétences, les jeunes peuvent accéder à des rôles de leadership qui font d’eux des agents de changement transformateur.

L’éducation a été un élément essentiel de mon parcours. Depuis les salles de classe du Liberia, où j’ai d’abord rêvé de changer les choses, jusqu’aux couloirs  de la Kennedy School of Government de l’université de Harvard, mon parcours éducatif a été à la fois une source d’autonomisation et un catalyseur de mon évolution en tant que femme dirigeante.

Toutefois, pour être efficace, l’éducation doit également être équitable. Les femmes et les filles doivent bénéficier d’un accès égal à une éducation de qualité, à l’emploi et à des possibilités de formation qui les mettent sur un pied d’égalité avec leurs homologues masculins. Grâce à une éducation et à une formation de qualité, les femmes et les filles africaines peuvent accéder à des rôles de direction dans tous les domaines de la vie.

Cet engagement en faveur du leadership et de l’autonomie se reflète dans l’approche proactive de l’Afrique en matière de développement du capital humain.

 

Créer le changement

La décision de l’Union africaine de faire de 2024 l’année de l’éducation témoigne de la volonté d’agir pour façonner l’avenir de l’éducation et tracer une voie de transformation en investissant dans le dividende démographique du continent par le biais de l’éducation.

L’Afrique fait également déjà entendre sa voix pour contribuer à l’élaboration de l’agenda mondial, en prenant des décisions concernant l’utilisation et la distribution des ressources mondiales, en contribuant aux stratégies de préparation et de réponse aux défis et crises mondiaux, tels que les pandémies et le changement climatique, et en prenant des mesures pour favoriser la préservation de la paix et de la sécurité dans le monde.

En fait, le Conseil de sécurité des Nations unies a récemment adopté une résolution-cadre sur le financement des opérations de soutien à la paix menées par l’Afrique. Cette évolution historique souligne le rôle croissant de l’Afrique dans la gestion de la paix et de la sécurité sur le continent, dans la garantie d’un financement durable et dans la promotion d’un leadership autonome.

L’avenir de l’Afrique dépend de ceux qui sont le plus à même de créer le changement, à savoir les jeunes du continent. Les jeunes leaders, et en particulier les femmes, seront le moteur de la croissance future, du développement durable et de la prospérité, à condition que nous leur donnions les outils, les opportunités et l’espace pour le faire. La voix de l’Afrique sur la scène mondiale et sa promesse en tant que continent de l’avenir seront déterminées par la mesure dans laquelle elle donnera à ses jeunes l’éducation de qualité et les compétences nécessaires à la vie courante pour réaliser leur potentiel et accéder à des rôles de leadership.

 

Ellen Johnson Sirleaf a été présidente du Liberia entre janvier 2006 et janvier 2018.

@NA

 

Écrit par
Ellen Johnson Sirleaf

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *