x
Close
NTIC

La cybercriminalité exige une réponse africaine ferme

La cybercriminalité exige une réponse africaine ferme
  • Publiéaoût 18, 2022

Alors que la révolution Internet se poursuit en Afrique, les cybercriminels sont prêts à frapper. Les gouvernements et les entreprises doivent renforcer leurs défenses.

 

Alors que des millions de nouveaux citoyens africains se connectent à l’Internet chaque année, les gouvernements et les entreprises font d’énormes progrès en matière de numérisation, faisant entrer le continent dans le courant dominant de la mondialisation et stimulant une énorme croissance économique.

Selon une analyse de la SFI et de Google, l’économie de l’Internet en Afrique pourrait atteindre 180 milliards de dollars d’ici 2025, soit 5,2 % du PIB du continent. En 2050, la contribution potentielle prévue pourrait atteindre 712 milliards de dollars, soit 8,5 % du PIB du continent.

Tout soutien n’a pas besoin d’être de haute technologie et coûteux, l’éducation et la sensibilisation peuvent également contribuer à enseigner aux particuliers et aux entreprises qui découvrent l’internet l’importance de la sécurité en ligne de base.

Mais l’essor de l’Internet a aussi un côté sombre, avec le risque croissant que des particuliers, des entreprises et des gouvernements soient victimes de la cybercriminalité.

Selon l’éditeur de logiciels Kaspersky, les attaques liées aux menaces de perte de données – y compris le phishing (hameçonnage), les escroqueries et l’ingénierie sociale (dans laquelle les utilisateurs sont attirés sur un site et incités à saisir des informations personnelles) – ont augmenté de manière significative en Afrique au deuxième trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent.

La société a détecté 10 722 886 attaques de phishing en Afrique au deuxième trimestre. Les utilisateurs kenyans ont été les plus soumis à ce type de menace : 5 098 534 attaques de phishing ont été détectées en 3 mois, soit une croissance de 438 % par rapport au trimestre précédent. Le Kenya est suivi par l’Afrique du Sud (4 578 216 détections et une croissance de 144 %) et le Nigeria (1 046 136 détections et une croissance de 174 %).

Selon des études, le coût annuel de la cybercriminalité en Afrique s’élève à plus de 3,5 milliards de dollars par an, un chiffre qui ne peut qu’augmenter car de plus en plus d’Africains utilisent l’internet pour leurs transactions commerciales, leurs opérations bancaires, leurs loisirs et leurs communications en général. Sans efforts sérieux en matière de cybersécurité, les criminels opportunistes du monde entier sont prêts à récolter les fruits de la croissance de l’internet en Afrique.

 

Lutter contre les escrocs

Heureusement, un certain nombre d’initiatives sont lancées pour aider le continent à lutter contre les escrocs. Le projet « Organised Crime : West African Response on Cybersecurity and Fight Against Cybercrime, qui travaille dans les pays membres de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et en Mauritanie, a organisé un atelier de formation d’une semaine au Cap-Vert fin juillet. Ce programme a permis de renforcer les capacités des représentants des services chargés d’appliquer la loi au Cap Vert, en Gambie, au Ghana, au Liberia, au Nigeria et à la Sierra Leone.

Dans son discours d’ouverture, Folake Olagunju, responsable principal du programme pour l’Internet, la cybersécurité et les applications électroniques à la Commission de la Cedeao, a souligné l’importance d’une approche coordonnée et collaborative pour un cyberespace régional plus sûr.

Elle a souligné la nécessité pour les participants de partager leurs perspectives et expériences nationales et a déclaré que l’événement était l’occasion de coopérer à de futurs partenariats.

De telles initiatives régionales visant à former des experts et à renforcer les capacités sont encourageantes. Tout soutien n’a pas besoin d’être de haute technologie et coûteux, l’éducation et la sensibilisation peuvent également contribuer à enseigner aux particuliers et aux entreprises qui découvrent l’internet l’importance de la sécurité en ligne de base.

Il est également nécessaire que les gouvernements augmentent leurs budgets de cybersécurité pour s’assurer que les ministères et les industries d’importance stratégique sont protégés des acteurs malveillants. Alors que l’Afrique passe à la dernière itération de l’internet, les décideurs et les chefs d’entreprise ont accès à des outils de plus en plus sophistiqués, mais les pirates informatiques aussi. Ils doivent s’assurer qu’ils sont prêts à se battre.

À lire également : 

Prendre conscience des cybermenaces

Un centre régional de la cybersécurité au Togo

@NA

Écrit par
David Thomas

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.