Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

NTIC

Djoliba, premier réseau Internet d’Afrique de l’Ouest

Huit pays d’Afrique de l’Ouest sont désormais connectés, à la faveur du nouveau réseau panafricain déployé par Orange, sur terre et sur mer. Djoliba est le premier réseau sans frontière de la région.

Par Marie-Anne Lubin

« Djoliba permettra de réduire la fracture numérique en Afrique », promet Stéphane Richard, PDG du groupe Orange. À l’occasion du salon international AfricaTech Festival, Orange et ses filiales annoncent la mise en service et le lancement commercial de Djoliba, le premier backbone panafricain.

« Djoliba est à la fois une offre de transmissions et une offre de données. C’est une réponse aux besoins des Africains, des opérateurs, des fournisseurs de contenus, aux acteurs du BtoB. Tout un écosystème de la sous-région est concerné. »

Cette infrastructure s’appuie sur un réseau de fibres optiques terrestres, couplé à des câbles sous-marins, offrant ainsi une connectivité sécurisée vers l’international depuis l’Afrique de l’Ouest. « Cet investissement vise à soutenir l’écosystème numérique et répond aux besoins croissants de connectivité dans la région », explique le groupe, au cours d’une conférence de presse, ce 10 novembre.

Djoliba – le nom du fleuve Niger en langue mandingue – est le premier réseau unifié très haut débit permettant de fournir une connectivité sans couture (sans rupture technologique), avec une meilleure disponibilité grâce à la redondance et la sécurisation du réseau, et une excellente qualité de service. Exploité et maintenu depuis Dakar pour plus d’efficacité, de réactivité et de proximité, il bénéficie d’un centre de supervision dédié.

Ce nouveau backbone couvre huit pays : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali, le Nigeria, le Sénégal, puis la Guinée et le Liberia, dans un second temps. Nativement interconnectée avec les réseaux domestiques au sein des pays, « cette large couverture permettra de démocratiser l’accès à la connectivité auprès des opérateurs et des entreprises ».

Jusqu’à présent, les réseaux de télécommunications en Afrique de l’Ouest étaient construits à l’intérieur de chaque pays, jusqu’à ses frontières : il n’y avait pas de réseau transfrontalier.

Pour fournir un service entre deux capitales, les opérateurs devaient intégrer les offres de plusieurs fournisseurs et abouter plusieurs réseaux différents qui s’interconnectaient aux points frontières. Réelle innovation : ce nouveau réseau simplifie les processus d’interconnexion entre les pays.

Quelque 330 millions de connectés

Djoliba est le premier réseau offrant une sécurisation complète en Afrique de l’Ouest avec plus de 10 000 km de réseau terrestre à fibres optiques, couplé à 10 000 km de câble sous-marin, des offres à très haut débit (jusqu’à 100 Gbit/s) et 99,99% de taux de disponibilité.

Ce réseau couvre seize points de présence avec un maillage de près de 155 sites techniques, et relie 300 points de présence en Europe, en Amérique et en Asie. Il s’appuie sur le réseau d’Orange et permet donc une connexion sans couture avec les réseaux internationaux du groupe.

L’enchevêtrement du réseau permet la fluidité des transferts de données, quelle que soit l’utilisation. Ainsi, la liaison de la Cote d’Ivoire au Burkina, par exemple, pourra s’effectuer via la fibre, directement, soit via le Mali ou le Ghana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

Share This