Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Mines

Maroc : Contrat Vinci/Andritz pour une station

Les travaux de génie civil réalisés par VINCI Construction incluent : le terrassement de deux bassins supérieur et inférieur (1,3 million m3 chacun) pour le stockage d’eau ; le creusement de l’usine de production installée à flanc de colline et enterrée ; et l’installation de la conduite de transfert d’eau sur 3 km (dont 1 km enterré) reliant les deux bassins et l’usine, avec essentiellement une conduite forcée extérieure en acier, de diamètre variable entre 4 m et 5 m et d’une longueur de 2,1 km .

L’accès aux installations pour le chantier et pour l’opération future du site nécessite par ailleurs la création de nouvelles routes et la réhabilitation de plusieurs autres.

L’équipement électromécanique, pris en charge par Andritz Hydro, comprend entre autres deux turbines-pompes réversibles Francis de 175 MW chacune, mises au point spécialement dans le laboratoire de l’entreprise, et l’installation d’un poste à haute tension 225 kV à côté de la centrale.

D’une durée de 48 mois, le chantier mobilisera 840 personnes, dont 780 recrutées localement.
Un programme de formation sera mis en place pour garantir la sécurité et la qualité du chantier.

Le groupe français VINCI, acteur de référence et de long-terme au Maroc, est principalement présent à travers ses filiales Sogea-Satom et VINCI Energies.

Sogea Maroc et Dumez Maroc, filiales de Sogea-Satom, sont implantées dans le pays depuis 90 ans. Opérant dans quatre domaines d’activité (bâtiment, ouvrages d’art, génie civil industriel et travaux hydrauliques), Sogea Maroc a notamment réalisé le génie civil du site chimique de Jorf Lasfar et de l’usine Renault à Tanger, et mène actuellement la construction des gares TGV de Tanger et Kenitra. L’entreprise Dumez Maroc est, quant à elle, spécialisée dans les travaux maritimes et a récemment construit le nouveau port de pêche de Casablanca.

Présente dans le pays depuis 70 ans, VINCI Energies Maroc est un acteur majeur du programme d’électrification du pays, depuis son lancement en 1996. Elle est également leader dans le développement des infrastructures de production, transport, transformation et distribution de l’énergie, en haute et très haute tension.

Andritz Hydro, filiale du groupe autrichien Andritz, a fourni de nombreux équipements au Maroc depuis le début des années 1920. Depuis cette date, la société a fourni ou réhabilité environ 30 centrales d’une puissance totale de près de 800 MW, représentant 60 % de la puissance hydroélectrique nationale. Parmi ces centrales figurent celles d’Afourer, Al Massira, Hansali (Dchar el Oued), El Khamir, El Borg, Tanafnit, Matmata…

L’ONEE entreprend par ailleurs les études détaillées pour le lancement de deux nouvelles STEP : la STEP El Menzel II (300 MW) située sur le Haut Sebou (à 35 km de Sefrou) et la STEP Ifahsa (300 MW) au nord du pays (en rive droite de l’oued Laou, à environ 14 km de la ville de Chefchaouen). Les quatre STEP représenteront à terme une puissance installée totale de 1 410 MW.

À fin 2016, la puissance totale installée du parc de production électrique de l’ONEE s’élevait à quelque 8 260 MW, dont centrales hydroélectriques 1 306 MW, STEP 460 MW, centrales thermiques 5 412 MW, éolien 898 MW et solaire 180 MW. 34,5 % de la puissance installée était de source renouvelable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Le Cameroun en passe de devenir leader de la bauxite

    Il est en passe de devenir l’un des plus importants projets de bauxite du monde, et le premier site minier du Cameroun. Minim-Martap se révèle très prometteur, selon les études minières qui restent à confirmer, avant une phase d’exploitation qui pourrait débuter en 2022.

  • Togo : Le phosphate peine à retrouver sa place

    D’importantes réserves et de lourds investissements n’ont pas permis à la filière phosphate de décoller, au Togo. Malgré les besoins croissants de fertilisants en Afrique et le soutien de grands industriels, l’avenir de l’or gris reste incertain.

  • RD Congo : Le nouveau Code minier

    Les principaux opérateurs ne décolèrent pas, quelques mois après l’entrée en vigueur d’un nouveau Code minier. Les fondamentaux du secteur ne sont pas remis en cause, mais il traverse quelques turbulences.

  • RD Congo : Le bras de fer se poursuit

    Le climat de méfiance qui règne entre les géants miniers et l’État congolais s’est alourdi après la promulgation, par le président Joseph Kabila, du nouveau …