Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Lotfi Saïbi, fondateur de 4D Leadership-House

Donner le leadership à la jeunesse La jeunesse africaine est à la fois un atout et un défi (formation, emploi). Lotfi Saïbi veut contribuer à former de nouveaux esprits et de nouveaux leaders. Rencontre.

Dakar, Seydou Ka

Dans son costume bleu ciel assorti d’une chemise noire, sans cravate, cheveux frisés, Lotfi Saïbi dégage incontestablement une certaine empathie. Il peut passer « toute la journée devant un café» à causer sur des questions liées à la jeunesse africaine. Il maîtrise les codes de communication moderne, comme en atteste sa présence sur la Toile.

Lorsque nous l’avons rencontré, dans un hôtel daka­rois, il venait de faire ses « premiers pas » en Afrique, en compagnie d’une délégation d’hommes d’affaires tunisiens en mission de prospection au Sénégal.

Paradoxalement, à 57 ans et après vingt ans de voyage à travers le monde, Lotfi Saïbi connaît peu le conti­nent. « Connaître l’Afrique, c’est connaître son histoire, sa richesse, ses habitants et ses traditions. » Il se dit « ravi » de ce premier voyage au Sénégal, où il a noué des contacts avec la Chambre de commerce de Dakar et l’Agence sénégalaise de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (Adepme) pour accompagner les jeunes porteurs de projets.

Il veut identifier, dans chaque pays, des jeunes pour les former au « self determination » afin de créer « des noyaux » de leaders sur le continent.

Origines modestes

Originaire d’un petit village de Sidi Bouzid, dans le Sud tunisien, Lotfi Saïbi a fait du chemin. Jeune bachelier, il quitte la Tunisie, au début des années 1980, à l’âge de 17 ans, pour rejoindre les États-Unis, précisément Boston, « pour quatre ans, le temps d’étudier pour revenir », pensait-il. Son séjour états-unien durera plus de trente ans. « J’ai raté la dictature de Ben Ali », sourit-il, d’une voix sans regret.

En 2011, il revient au pays « pour six mois afin d’aider la transition», pensait-il, là aussi. Depuis lors, Lotfi Saïbi est resté, consta­tant que six mois, c’est « insuffisant  pour contribuer à redonner la confiance et l’au­tonomie de pensée à une jeunesse biberon­née, depuis plusieurs années, à une culture top-down, où c’est toujours quelqu’un qui  décide à sa place.

«La jeunesse tunisienne n’était pas prête pour la démocratie, il lui manquait la confiance en soi», constate Lotfi Saïbi, qui se dit frappé par le paradoxe entre la révolution digitale qui permet aux jeunes Africains d’avoir accès à toutes les informations, alors qu’ils sont « inca­pables de réfléchir par eux-mêmes ». Ce qui explique, pour ce qui est de la Tunisie, «le retour des oligarques».

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • Infrastructures : Les défis gabonais

    Entre désenclavement régional et ouverture sur le monde, le Gabon a fait du développement des transports une priorité. Dossier réalisé par Marie-France Réveillard. En partenariat avec …

  • AfroChampions : La force de l’initiative…

    L’initiative AfroChampions veut transformer et développer le continent. Quelques mois après son lancement officiel, elle continue de mobiliser les acteurs majeurs du secteur privé africain. …

  • Le Gabon agricole du ministre Moussavou

    Face aux défis de l’agriculture au Gabon, un meilleur système d’accès à la propriété foncière et l’amélioration des infrastructures représentent les principaux éléments de réponse, …

  • Afrique : Accélérer sa transformation…

    L’année 2018, est-elle historique ? La signature des accords visant à la création de la Zone de libre-échange en Afrique, soutenue par l’initiative AfroChampions et …

  • Le bois, l’or brun du Gabon

    « Faire du Gabon un leader mondial du bois tropical certifié » telle est l’ambition annoncée par le chef de l’État à l’horizon 2025. Ambition …