Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Infrastructures

Le Gabon vise la première place mondiale des placages

Le président Ali Bongo Ondimba a inauguré dans la Zone économique à régime privilégié (ZERP) de Nkok, l’usine Accurate Industries, spécialisée dans l’exploitation forestière, le transport, la transformation du bois et de ses dérivés.

Au cours de cette cérémonie, qui intervient deux mois après la dernière visite du chef de l’Etat dans cette zone spéciale, quatre nouvelles entreprises ont signé leur agrément d’admission…

La ZERP de Nkok représente 720 000 m3 de bois en grumes consommés en moyenne, 400 000 m3 de bois transformés et exportés annuellement par l’ensemble des entreprises du secteur bois, 7 000 tonnes de fer transformés, 200 milliards de F.CFA d’investissements directs étrangers et 3 000 emplois déjà créés.

…trois dans le secteur du bois, Jiahui Wood Gabon, Egypt Gabon Veneer SARL, et Indogab Woods SARL ; et une dans le montage d’engins, Gabon ST-LTMA Machinery Company SARL. Au total, 78 entreprises sont actuellement actives dans la ZERP de Nkok.

« Le secteur bois est celui qui crée le plus d’emplois grâce à la transformation. C’est pour ça qu’il faut maintenir les objectifs que nous nous sommes fixés, voir comment nous pouvons améliorer nos exportations, augmenter le volume des échanges, être encore plus performants », a déclaré le Président, qui avait interdit en 2010 l’exportation du bois en grumes.

Le Gabon est ainsi devenu le premier producteur africain de placages avec plus de 270 000 m3 (170 000 m3 en 2009), et le deuxième producteur mondial. L’objectif, a indiqué le chef de l’Etat, est que d’ici trois ans, nous soyons le premier producteur mondial.

La ZERP de Nkok représente 720 000 m3 de bois en grumes consommés en moyenne, 400 000 m3 de bois transformés et exportés annuellement par l’ensemble des entreprises du secteur bois, 7 000 tonnes de fer transformés, 200 milliards de F.CFA d’investissements directs étrangers et 3 000 emplois déjà créés.

Dans la foulée, le gouvernement a adopté le projet de loi autorisant l’Etat gabonais à contracter un emprunt d’un montant équivalent à 98,54 millions d’euros auprès de la Banque africaine de développement (BAD).

Le produit de cet emprunt servira au financement du Projet d’appui au programme Graine (Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés), opéré par la Société de transformation agricole et de développement rural (Sotrader), détenue à 51% par l’Etat gabonais et 49% par le groupe agro-industriel singapourien Olam.

La BAD a approuvé ce prêt le 28 novembre 2017 en faveur de ce programme qui s’exécute en deux phases entre 2015-2025. Le prêt accordé dans le cadre du Partenariat public-privé (PPP) représente 85% du montant total des 116 millions d’euros nécessaires au financement de la phase I du programme qui couvre la période 2015-2020.

Le Programme d’appui au programme Graine phase 1 (PAPG1) devrait, sur 5 ans, toucher plus de 630 000 personnes dont 45% de femmes, créer environ 5100 emplois directs, permettre la mise en valeur de 10 000 hectares de cultures vivrières et 10 500 autres hectares de plantation de palmiers à huile.

Outre la création de 500 entreprises agricoles rurales et la réduction des importations de denrées alimentaires, le PAPG1 donnera lieu à la construction de routes, de classes, de centres de santé ainsi qu’à la fourniture d’eau et d’électricité.

« Ce projet va couvrir 6 provinces du Gabon (le Haut-Ogooué, la Ngounié, la Nyanga, l’Ogooué-Ivindo, l’Ogooué-Lolo et le Woleu-Ntem) et permettra la production de 274 000 tonnes de produits alimentaires. Il s’agit d’un enjeu important pour le pays qui importe 80% de ses denrées alimentaires et qui consacre près de 350 milliards de FCFA à ce volet », soulignait Ousmane Doré, directeur général de la BAD pour la région Afrique centrale.

Related Posts