Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

La Mauritanie compte sur le pétrole et les ports

Le président de la Zone franche de Nouadhibou (ZFN), Mohamed Ould Daf, a annoncé que l’étude de faisabilité du projet de premier port en eaux profondes de Mauritanie a été concluante économiquement.

La nouvelle infrastructure bénéficiera d’une profondeur de -18 mètres, permettant de « changer radicalement l’échiquier commercial de la sous-région, et de rehausser la compétitivité des secteurs essentiels de l’économie mauritanienne comme la pêche, les mines et les échanges commerciaux. » Les travaux devraient démarrer dans la capitale économique vers la fin de l’année 2018.

Une zone publique sous douane de 13,3 ha accueillant une zone logistique avec entrepôts et hangars, ainsi que les services administratifs portuaires comme capitainerie, douane… ; et une zone tampon de 2,4 ha abritant des parkings, des bâtiments administratifs et le Guichet unique.

Le projet consisterait à construire, sur des terre-pleins gagnés sur la mer, un ensemble comprenant : deux terminaux (terminal à conteneurs et terminal polyvalent) sur une superficie de 40,2 ha, cette composante étant envisagée en partenariat public-privé (PPP) ; une zone publique sous douane de 13,3 ha accueillant une zone logistique avec entrepôts et hangars, ainsi que les services administratifs portuaires comme capitainerie, douane… ; et une zone tampon de 2,4 ha abritant des parkings, des bâtiments administratifs et le Guichet unique.

L’évaluation de la viabilité commerciale et l’étude de préfaisabilité ont été réalisées par le français Catram Consultants et financées par la Banque mondiale et la ZFN.

Les investissements ont été estimés à 300 millions d’euros, dont 77 millions d’euros environ d’équipements. Le financement de l’autorité portuaire représenterait 60 % (infrastructures) et le financement privé 40 %.

Les capacités seraient de 40 000 EVP pour le terminal conteneurs et de 1,65 million de tonnes pour le terminal polyvalent à l’horizon 2020, et respectivement 540 000 EVP et 2,5 millions t (ou 306 000 EVP et 1,9 million t) à l’horizon 2035.

 Total prévoit deux puits d’exploration en 2019

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a reçu Patrick Pouyanné, PDG du groupe français Total, en compagnie d’une délégation de l’entreprise comprenant Guy Maurice, directeur Afrique de la branche Exploration-Production de Total. L’entretien s’est déroulé en présence de Mohamed Ould Abdel Vetah, ministre du Pétrole, de l’énergie et des mines.

Outre Total, deux autres sociétés internationales importantes, ExxonMobil et British Petroleum, figurent parmi les sociétés opérant actuellement en Mauritanie.

« Total, qui a renforcé sa présence en Mauritanie l’année dernière, a entamé début 2018 un vaste programme d’exploration qui a englobé des levés sismiques 3 D sur 13 000 km2 dans les eaux territoriales mauritaniennes », selon le ministère du Pétrole, qui précise que le groupe « prévoit en outre le forage de deux puits d’exploration à l’horizon 2019».

La société française est liée à la Mauritanie par trois contrats d’exploration et de production. Total avait signé en mai 2017 un contrat d’exploration-production portant sur l’exploration d’hydrocarbures sur le bloc C7, d’une superficie de 7.300 km2, le groupe étant opérateur avec 90%, aux côtés de la Société mauritanienne des hydrocarbures et de patrimoine minier (SMHPM) pour les 10% restants.

«Cet accord s’inscrit dans la stratégie de Total d’explorer de nouveaux bassins en mer profonde du continent africain. Associé à notre participation existante dans le permis en mer profonde C9, ce bloc permettra de créer une surface d’exploration contigüe étendue sur environ 17.000 km2 dans une zone prometteuse de l’offshore mauritanien », déclarait Guy Maurice.

Total détient 90% dans le permis d’exploration C9 (10.150 km2). Le groupe opère également dans le bassin de Taoudenni le permis d’exploration à terre Ta29 (12.500 km2), où il détient 72 %.

Outre Total, deux autres sociétés internationales importantes, ExxonMobil et British Petroleum, figurent parmi les sociétés opérant actuellement en Mauritanie.

1

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • AfroChampions : La force de l’initiative…

    L’initiative AfroChampions veut transformer et développer le continent. Quelques mois après son lancement officiel, elle continue de mobiliser les acteurs majeurs du secteur privé africain. …

  • Le Gabon agricole du ministre Moussavou

    Face aux défis de l’agriculture au Gabon, un meilleur système d’accès à la propriété foncière et l’amélioration des infrastructures représentent les principaux éléments de réponse, …

  • Afrique : Accélérer sa transformation…

    L’année 2018, est-elle historique ? La signature des accords visant à la création de la Zone de libre-échange en Afrique, soutenue par l’initiative AfroChampions et …

  • Le bois, l’or brun du Gabon

    « Faire du Gabon un leader mondial du bois tropical certifié » telle est l’ambition annoncée par le chef de l’État à l’horizon 2025. Ambition …

  • Gabon : Restructuration de l’agriculture

    L’État s’est engagé dans une vaste restructuration du secteur agricole, appuyé par les bailleurs de fonds, résolument décidé à respecter les objectifs de la Déclaration …

  • Gabon, en quête d’un nouveau souffle

    Pour sortir de l’ambiance d’attentisme de ces dernières années, le Gabon se lance dans une nouvelle dynamique : revitaliser la vie politique par de nouvelles …