Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interview

Propos de Amani Abou-Zeid Commissaire aux infrastructures et à l’énergie (Union africaine)

Femme d’expérience, l’Égyptienne Amani Abou-Zeid décrit les ressorts cachés des transformations du continent dans la perspective de sa Zone de libre-échange.

Entretien avec Hichem Ben Yaïche, envoyé spécial aux Spring Meetings de la Banque mondiale, Washington 

La question des infrastructures en Afrique est centrale ; elle rejoint celle de l’intégration, puisque la zone de libre-échange va franchir une nouvelle étape, à compter de ce mois de juillet. Cette donne va-t-elle modifier votre façon de travailler ? 

Je dirais plutôt que cette donne va concrétiser tout ce que nous avons entrepris depuis des années. L’intégration continentale constitue la mission première de l’Union Africaine. Cet objectif essentiel, fixé par l’agenda 2063, détermine toute notre stratégie actuelle.

L’année 2018 a été, à cet égard, une année exceptionnelle dans l’histoire de l’Afrique : lancement, en janvier, du marché unique du transport aérien africain, un projet phare de l’agenda 2036 de l’UA, par la libéralisation des transports, afin de développer des liaisons rapides et accessibles à tous, et à terme, d’accélérer l’intégration physique du continent.

D’autres programmes régionaux de transports existent, mais nous avons considéré que le transport aérien constituait un projet phare prioritaire pour permettre le développement des échanges commerciaux, notamment touristiques. Le tourisme représente, en effet, un secteur extrêmement important pour l’Afrique.

Le développement des infrastructures régionales est l’aspect le plus visible de cette intégration et aussi un atout pour soutenir le développement du continent. Le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) constitue un important catalyseur pour le développement des infrastructures régionales et des échanges transfrontaliers encourageant ainsi le développement du commerce et la création d’emplois.

Pour la première fois, la Banque mondiale mentionne notre projet en rappelant qu’il a été conçu sous l’égide, le leadership et la vision de l’Union africaine. Et il s’agit d’un projet qui porte sur des technologies de pointe !

En mars 2018, nous avons assisté au lancement de la ZLEC ainsi que de la convention sur la libre circulation des personnes, le droit à la résidence et sur la création d’un passeport africain. Toutes ces mesures partagent cet objectif commun de l’intégration. Une trentaine de pays ont signé les accords sur le marché aérien et sur la libre circulation. La Sierra Leone a tout récemment déposé les instruments de ratification de l’accord, ce qui porte à 22 le nombre d’États l’ayant ratifié. Ainsi, cette zone de libre-échange pourra entrer en vigueur dès juillet 2019. Tous nos efforts tendent donc à faire de l’intégration africaine une réalité, le plus rapidement possible. 

Certes, mais l’UA manque souvent de moyens pour concrétiser ses ambitions ; comment traduire ses idées et projets dans les faits ? 

Pour concrétiser ses ambitions, l’UA développe une nouvelle approche pluridimensionnelle dans le cadre de la réforme institutionnelle en cours, basée essentiellement sur la promotion de la participation effective des jeunes et des femmes, du secteur privé, ainsi qu’un partenariat gagnant-gagnant avec l’ensemble des partenaires stratégiques. 

Voyez, nous avons eu tout de même les moyens de concrétiser les accords sur la ZLEC entre tous les pays africains ! 

Les moyens législatifs… 

Les textes, sur toutes les initiatives que je viens d’évoquer, sont en cours de finalisation, laquelle devrait aboutir très prochainement. Ils pourront être ainsi soumis aux chefs d’État en juillet 2019. 

Quels obstacles rencontrez-vous dans votre action ? 

Les secteurs sur lesquels je travaille – transport aérien, ferroviaire, routier, maritime, énergie, technologies de l’information et de la communication, tourisme –, supposent des infrastructures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts