Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interview

Diakarya Ouattara (Directeur général de Coris Bank International Burkina Faso) : Nous améliorons l’accès aux services bancaires pour tous

La filiale du groupe Coris Bank, riche de 51 agences, affiche une solide assise financière, répondant aux besoins de sa clientèle de PME. Elle renforce sa structure dédiée à la mésofinance, précise son directeur général, Diakarya Ouattara.

Propos recueillis par Lina Rayan 

Comment définissez-vous votre positionnement dans le paysage bancaire burkinabè ? 

Nous sommes leader du secteur bancaire au Burkina Faso depuis 2016, avec plus de 19 % de parts de marché ; la banque a fait du financement des PME-PMI son coeur de métier. Au 30 septembre 2019, le total bilan s’élevait à 1 065 milliards de F.CFA (1,62 milliard d’euros) avec un encours net de crédit de 595 milliards de F.CFA (907 millions d’euros). Coris Bank International SA (CBI SA), filiale du groupe Coris est une banque commerciale cotée à la Bourse régionale, la BRVM. 

Forte des bonnes performances obtenues, avec une moyenne de 20 milliards de résultat net depuis 2017, la banque dispose de 133 milliards de F.CFA (202,8 millions d’euros) de fonds propres au 30 septembre 2019 et s’est construit une solide assise financière qui garantit son développement. Reconnue comme l’une des meilleures institutions innovantes, CBI SA a révolutionné le paysage bancaire depuis son arrivée en 2008.

Elle est la première banque certifiée ISO 9001 version 2015 du Burkina Faso, répondant ainsi à sa volonté d’offrir à ses clients des services conformes aux standards internationaux. Disposant d’un large réseau d’agences et d’un bon maillage du territoire national, notre établissement a su développer sa proximité avec la population du Burkina Faso et construire des liens de confiance forts avec ses clients. 

L’expertise du modèle Coris a servi de base pour le développement à l’international du groupe qui est classé 7e sur la liste des principaux groupes bancaires exerçants dans l’espace Uemoa, selon la BCEAO. Pour consolider ses acquis et maintenir sa position de leader et saisir les opportunités qui se présentent à elle, la banque s’est engagée dans une dynamique de digitalisation afin de relever le défi de l’inclusion financière. 

Quelle est la place de la mésofinance dans votre stratégie ? Celle-ci suppose-t-elle de s’adresser à une niche particulière ? 

La mésofinance est une solution alternative de financement des TPE et PME. À cheval entre la banque classique et la microfinance, elle s’adresse aux TPE et aux micro, petites et moyennes entreprises (MPME) qui peinent très souvent à trouver des offres de financement adaptées à leurs besoins et aux réalités de leurs activités. Dans notre volonté de servir les MPME qui sont notre coeur de métier, et fort de notre expertise reconnue dans le domaine du financement des MPME, il est apparu nécessaire au groupe Coris de créer une entité spécialisée : Coris Mésofinance, pour servir cette niche que vous évoquez. 

En 2020, nous poursuivrons l’innovation technologique de nos produits et services à travers le lancement d’une application mobile pour permettre à nos clients Particuliers et Entreprises de bénéficier de services de mobile banking. Notre politique d’extension géographique sera maintenue.

Coris Mésofinance intervient dans le financement des micros et petites entreprises, des associations de femmes et celui des MPME. Elle permet aux TPE et MPME d’avoir rapidement des financements adaptés à leurs besoins. 

Comment, dans le contexte actuel du taux de bancarisation au Burkina Faso, comptez-vous augmenter votre part de marché ? 

Si je me réfère aux statistiques de la BCEAO, le taux de bancarisation stricte (nombre de personnes adultes disposant d’un compte bancaire) dans l’Uemoa est de 22 % en moyenne, contre 20 % au Burkina Faso. Outre les mesures de gratuité de certains services financiers, mises en place par la Banque centrale pour relever le défi de la bancarisation, Coris Bank International a intégré dans son orientation stratégique l’amélioration de l’accès aux services financiers.

Cela s’est matérialisé à travers l’extension de notre réseau qui compte 51 agences, dont une mobile. Plus de 200 000 étudiants ont été bancarisés, en tant que bénéficiaires du Fonds national pour l’éducation et la recherche ; nous avons aussi une démarche active pour bancariser les salariés ; nous avons lancé une branche de finance islamique dénommée CBI Baraka, pour répondre aux besoins d’un segment de la population ; nous avons digitalisé nos produits et services et lancé notre solution de monnaie électronique, dénommée Coris Money ; nous mobilisons nos équipes et privilégions l’amélioration constante de la qualité de services, permettant de sensibiliser en permanence la population. 

Ces points sont des leviers qui améliorent l’accès des services bancaires à toutes les couches sociales. Aussi, le 

chantier d’interopérabilité élargi des systèmes financiers intégrés, engagé par la BCEAO, est une belle opportunité pour les acteurs du monde financier de l’Uemoa et notre institution entend jouer sa partition pour relever le défi de l’inclusion financière et favoriser le développement économique. 

Êtes-vous déjà bien avancés au plan de la mise en oeuvre de la stratégie digitale ? Quels sont vos outils pour aller plus loin dans cette direction ? 

Pionner de la formalisation des acteurs du secteur informel avec des offres de produits et services adaptés aux besoins des clients, la banque poursuit sa dynamique de digitalisation et de dématérialisation de ses processus, avec le lancement en 2018 de la solution de paiement mobile dénommée Coris Money.

Ce porte-monnaie électronique permet aux clients de la banque, et aux non-détenteurs de compte bancaire de disposer d’un compte de monnaie électronique et d’effectuer des transactions financières (dépôts, retraits, transferts, achats de biens et services et paiement de factures etc.) à partir de leur téléphone mobile. Après une année d’existence, Coris Money a pu recruter plus de 356 000 clients. 

L’objectif est de renforcer cette plateforme en bâtissant un important réseau de sorte que l’utilisateur arrive à réaliser des opérations bancaires sur son téléphone mobile ; très bientôt, nous allons proposer à nos clients des services de microcrédit et d’épargne. 

Quelles sont vos perspectives pour 2020 ? 

Au cours de l’année 2020, notre institution renforcera sa dynamique de croissance et de satisfaction de la clientèle. La banque poursuivra la mise en oeuvre de sa stratégie en tirant le meilleur parti des opportunités du marché et en consolidant ses acquis. 

À cet effet, nous poursuivrons l’innovation technologique de nos produits et services à travers le lancement d’une application mobile pour permettre à nos clients Particuliers et Entreprises de bénéficier de services de mobile banking. Notre politique d’extension géographique sera maintenue avec l’implantation de nouveaux points de vente modernes et digitaux pour rapprocher les services bancaires aux populations et contribuer à relever le défi de l’inclusion financière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts