Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Interview

Brehima Amadou Haïdara, administrateur, directeur général de BDM-SA

La Banque de développement du Mali a été distinguée lors des Trophées African Banker. Administrateur, directeur général depuis janvier 2017, Brehima Amadou Haïdara détaille la vision et les ambitions de son établissement.

Propos recueillis par Sami Utique

Comment avez-vous accueilli ce Trophée 2018 de la « Meilleure banque en Afrique de l’Ouest » ?

Elle récompense les efforts fournis par les membres de nos équipes à tous les niveaux. Les instances dirigeantes, et en particulier les membres du conseil d’administration sont honorés d’avoir pu hisser l’institution à un niveau appréciable de solidité financière, de couverture géographique, et de qualité de services offerts. C’est également une grande satisfaction pour nous tous et un moment de fierté et de grand bonheur. Nous mesurons à sa juste valeur la portée de cette distinction professionnelle et cela nous pousse à redoubler d’efforts pour continuer sur le chemin de la réussite.

Quels sont les éléments clés de votre stratégie d’expansion dans la zone Uemoa ?

Notre stratégie à moyen terme est très claire. Nous tenons à maintenir notre position de leader dans le financement des grandes entreprises et dans le financement de la campagne cotonnière. Nous avons quatre objectifs prioritaires : le renforcement de l’internationalisation de la banque et des services en direction des Maliens résidents à l’étranger, le développement du financement des PME-PMI et des particuliers, la modernisation de la banque, et l’amélioration de la qualité des services à la clientèle…

Ceci doit s’accompagner par la maîtrise des frais généraux, l’augmentation du produit net bancaire, la consolidation de la structure financière de la banque, ou encore le renforcement de la sécurité. Pour la mise en oeuvre de ces axes stratégiques, la BDM-SA assurera une plus grande présence à l’étranger.

Elle compte consolider les acquis des filiales et des bureaux déjà existants : Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, BDM France et son bureau d’Espagne. Elle va s’implanter dans les pays de l’Uemoa où elle est encore absente, en ouvrant de nouvelles représentations sous forme de filiales ou succursales.

Enfin, elle recherchera des partenaires stratégiques comme correspondants bancaires. Afin d’améliorer la collecte des ressources extérieures, la banque va renforcer ses actions commerciales à l’endroit des Maliens résidents à l’étranger. Le lancement de Diaspo transfert et de produits de la banque-assurance s’inscrit dans ce cadre.

Le partenariat avec la BMCE à travers BES (BMCE Euro Service), l’ouverture de nouveaux points de vente en France et en Espagne et le redémarrage de nos activités au Congo à travers la Congolaise de Banque nous permettront d’être parmi les premières banques des Maliens résidents à l’étranger à l’horizon 2018-2020.

Pour servir cette vision, cela suppose que vous ayez des fonds propres suffisants.

Déjà, la banque compte sur ses propres capacités humaines, matérielles et financières. Elle dispose d’un niveau de fonds propres suffisants pour faire face à tous ses besoins internes et d’expansion. En plus de cela, la banque, dans le cadre de son implantation à l’étranger, noue des partenariats avec des investisseurs locaux dans des pays d’accueil. Dans le même ordre d’idées, la banque dispose également d’un matelas de titres d’État qui peuvent être mobilisés pour faire face à des impératifs d’expansion dans le cadre de la réalisation de ses ambitions internationales.

Comment faites-vous pour augmenter votre capacité de croissance interne ?

La BDM-SA utilise toutes les solutions innovantes pour sa croissance interne. Les réserves accumulées, année après année, lui ont permis de constituer un niveau de fonds propres conséquent aujourd’hui. En poursuivant cette stratégie, la banque pourra se donner des moyens pour satisfaire sa croissance tout en se conformant à la réglementation.

La BDM-SA collabore également avec les institutions de financement de développement pour soutenir la promotion et la croissance des PME-PMI. Ainsi, elle collecte des ressources financières suffisantes pour financer les investissements des entreprises et des industriels pour la transformation des produits locaux.

La « révolution digitale » est une source d’opportunités immenses. La banque a noué un partenariat avec un opérateur de téléphonie mobile pour l’offre des supports de dépôts et de transactions d’espèces.

Les négociations ont été engagées avec plusieurs bailleurs de fonds internationaux dont la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement, la BADEA, Afreximbank…

Les fonds collectés permettent de soutenir des entreprises créatrices de richesses et d’emplois. Ils permettront de consolider le tissu économique national et de jouer favorablement sur le niveau des migrations et l’exode rural des jeunes.

Comment travaillez-vous votre image de marque pour imposer votre marque ?

L’image de marque est la représentation par le public d’une entreprise, d’une organisation ou d’une institution. L’image de marque de la banque a une place très importante pour la BDM-SA. Comme les clients aiment à le dire : à la BDM-SA, on est comme « chez soi ». Car la BDM-SA répond toujours aux besoins de ses clients par les services offerts dans ses agences grâce à un personnel profondément humain et serviable.

L’établissement porte un soin particulier à sa stratégie de communication pour véhiculer l’image de la BDM-SA comme étant une banque citoyenne, ayant une solide situation financière, rendant des services de qualité à sa clientèle. Pour donner davantage d’écho aux actions de la banque et imposer la marque la BDM-SA comme une référence, un dispositif de communication dédié est chargé de la promotion des grands axes prioritaires du groupe bancaire BDM-SA.

La BDM-SA souhaite que le public la perçoive comme une entreprise responsable. La BDM-SA met en place la fondation BDM-SA pour donner une meilleure visibilité à ses actions sociales. Cette fondation bénéficie d’une dotation annuelle en ressources. Elle entreprend des activités dans les domaines de la santé, l’éducation, le sport et l’environnement. La responsabilité sociétale des entreprises (RSE) sera renforcée avec la mise en place d’un dispositif spécifique en vue de la certification à la norme ISO 14001. La BDM-SA a adopté une politique RSE qui sera déployée à l’intérieur de l’entreprise.

Pour rester en phase avec sa vision d’accompagner le développement économique des différents pays de la région, la BDM-SA va prendre en compte les enjeux majeurs du développement durable. Ce qui se traduit par un engagement dans une démarche de Responsabilité sociétale d’entreprise.

Au titre de ces engagements figurent : le renforcement des actions visant l’épanouissement des collaborateurs dans un environnement sûr et sécurisé ; la mise en place progressive d’une politique d’achat responsable avec une attention particulière pour l’accompagnement des fournisseurs locaux ; la mise en place progressive d’un Système de gestion environnementale et sociale (SGES) dans la politique des prêts aux entreprises par la prise en compte des risques sociaux et environnementaux dans le processus d’évaluation des demandes de crédit ; et enfin une attention particulière à la notion de crédit responsable aux particuliers.

Comment vivez-vous la « révolution digitale » qui est en train de bouleverser aussi l’univers de la banque ?

La « révolution digitale » est une source d’opportunités immenses. Le nouveau schéma organisationnel a pris en compte le besoin d’un département dédié à la banque digitale.

La banque a noué un partenariat avec un opérateur de téléphonie mobile pour l’offre des supports de dépôts et de transactions d’espèces. C’est ainsi que le produit Bank-to-Wallet est disponible. Des services innovants sont également offerts travers les GAB : le versement espèces, les virements de compte à compte, les mises à disposition.

Pour ce qui concerne les produits monétiques, la banque procédera au lancement de plus de 20 000 cartes prépayées en vue de faciliter l’accès aux services bancaires pour la population non bancarisée ; ainsi qu’à la mise en place de l’activité Acquisition commerçants en mettant sur pied un modèle économique innovant, permettant de lever toutes barrières à l’entrée et favorisant le micro-paiement au regard des coûts réduits comparativement aux TPE.

À cet égard, la BDM-SA offre les produits de digitalisation à travers : le SMS Banking qui permet au client de recevoir sur son téléphone mobile des alertes (mouvements créditeurs/ débiteurs, disponibilité de carte et chéquiers) et de faire des requêtes pour recevoir le solde de son compte et les relevés bancaires.

Le mobile et le Web Banking permettent de procéder à la consultation du solde, du mini-relevé, du statut de la carte, d’effectuer des recharges de carte prépayée et virements, d’activer/désactiver la carte. Cette solution est disponible à partir d’un téléphone mobile ou d’un PC ; le Transfert électronique de fonds (EFT) est une plateforme à partir de laquelle le client transmet électroniquement ses ordres de paiement à la banque. 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts