Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Infrastructures

Des investissements de choix pour le Cameroun

Le Cameroun a accueilli avec succès la Coupe d’Afrique des Nations. Son organisation contribue à moderniser le pays et à unir la nation. Plusieurs villes disposent de stades neufs et d’infrastructures rénovées, au service des populations. Les retombées touristiques pourraient suivre.

Par Frédéric Nonos

Huit ans après avoir obtenu le droit d’accueillir le tournoi le plus prestigieux d’Afrique le Cameroun vient d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations. La compétition s’est finalement tenue deux ans et demi après la date initialement prévue.

Félicitant le patron de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe, le président Paul Biya s’est réjoui de « la coopération renforcée entre le Cameroun et la CAF », lors de ce « tournoi continental majeur ». Le Président a émis le vœu de « voir la Confédération développer et diversifier ses projets, en faveur des footballeurs et de la jeunesse camerounaise ».

La compétition, qui a réuni 24 équipes africaines et certains des meilleurs joueurs du monde, tels que l’Égyptien Mohamed Salah et le Sénégalais Sadio Mané, s’est déroulée dans six stades à travers le pays. Quatre d’entre eux étaient nouveaux, construits spécifiquement pour le tournoi.

Le gouvernement a dépensé plus de 520 milliards de F.CFA (793 millions d’euros) pour rénover et moderniser les infrastructures – routes, hôpitaux, aéroports, hôtels – et pour le développement des installations sportives. Le nouvel Olembé de 60 000 places, le stade de la capitale, Yaoundé, a coûté environ 245 millions d’euros.

Le président Paul Biya et la première dame Chantal Biya arrivent pour la cérémonie d’ouverture de la CAN. (Photo : Kenzo Tribouillard / AFP

Douala, la capitale économique et deuxième plus grande ville du pays, se dote d’un chef-d’œuvre moderne, le stade Japoma de 50 000 places, qui a coûté 210 millions d’euros. À Bafoussam et Limbé, deux stades de 20 000 places ont été construits, tandis que celui de Garoua, de 25 000 places, a été complètement rénové.

Le gouvernement a financé un tout nouvel hôtel cinq étoiles à Douala, le Krystal Palace, où ont séjourné les équipes, les journalistes et les touristes.

Le retour de MTN

Le gouvernement a tout mis en œuvre pour la réussite de la CAN dont les dépenses ont été largement supérieures à celles des éditions précédentes. Les nouvelles infrastructures doivent servir à l’avenir pour promouvoir le sport au Cameroun. La couverture mondiale du tournoi, qui a été retransmis en direct dans des centaines de pays, devrait générer des investissements et des revenus touristiques substantiels.

Déjà, les revenus directs des supporters et des touristes en 2022 sont estimés à plus de 175 millions d’euros. Sur le plan national, le tournoi s’est avéré une pause bienvenue aux blocages et tensions politiques. Il a réservé bien des surprises tout au long des matches et de petites équipes ont pu révéler leurs talents et gagner là où elles n’étaient pas attendues.

Il a également contribué à créer un sentiment d’unité, en réunissant des Camerounais de différentes régions pour célébrer un grand événement, qui augure bien du processus de paix en cours. Pour le Cameroun et ses citoyens, la CAN a été un vainqueur absolu, sur et en dehors des terrains de foot.

Les félicitations de Paul Biya

Preuve supplémentaire de l’optimisme ambiant : le géant sud-africain des Télécoms MTN a signé un contrat de sponsoring avec la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), en vue d’accompagner les championnats nationaux. « Le Cameroun est désormais doté de belles infrastructures, de beaux stades et un top management certainement à la hauteur de nos attentes », a commenté Stephen Blewett, le directeur général de MTN Cameroon.

« Nous devons travailler main dans la main pour accompagner ce football, afin d’avoir de nouveaux Samuel Eto’o au Cameroun. » L’ancien attaquant du Barça, doit-on le rappeler, est devenu président de la Fédération camerounaise de football en décembre.

En avril 2018, rappelle Investir au Cameroun, MTN avait rompu son contrat avec la Ligue professionnelle, invoquant des dysfonctionnements dans l’organisation des championnats.

Un marchand ambulant souffle sur une vuvuzela. (Photo : Kenzo Tribouillard/AFP)

Enfin, le président du Cameroun a adressé ses « chaleureuses félicitations » à Patrice Motsepe, président de la Confédération africaine de football (CAF), suite « au succès de la 33e édition de la CAN-TotalEnergies ».

Paul Biya se réjouit de « la coopération renforcée entre le Cameroun et la CAF », lors de ce « tournoi continental majeur », et émet le vœu de « voir la Confédération développer et diversifier ses projets, en faveur des footballeurs et de la jeunesse camerounaise ».

@NAF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts