Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

In memoriam

Hommage au « promeneur » professeur Beseat Kifle Selassié

Le Comité international Joseph Ki-Zerbo pour l’Afrique et sa diaspora (CIJKAD) déplore la disparition du professeur Beseat Kifle Selassié (1941-2019). Il avait été désigné comme doyen de l’association lors de sa dernière Assemblée générale.

Par le professeur Lazare V. Ki-Zerbo

Le CIJKAD adresse à sa famille, aux autorités éthiopiennes et au peuple d’Ethiopie ses condoléances les plus émues.

Beseat Kifle Selassié a été décrit comme un spécialiste de l’interdisciplinarité et lui-même se voyait comme un « promeneur ».

Beseat Kifle Selassié a été décrit comme un spécialiste de l’interdisciplinarité et lui-même se voyait comme un « promeneur ». C’est dire que dans ce qu’il appelait la constellation des grands penseurs de l’Afrique et de la diaspora, notamment Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Joseph Ki-Zerbo…, il se distingue par sa capacité à traverser différents champs

C’est dire que dans ce qu’il appelait la constellation des grands penseurs de l’Afrique et de la diaspora, notamment Aimé Césaire, Cheikh Anta Diop, Joseph Ki-Zerbo…, il se distingue par sa capacité à traverser différents champs : l’art, la poésie et la littérature, lorsqu’il met en lumière les relations entre Arthur Rimbaud ou Pablo Picasso et l’Afrique,  l’histoire et la culture de l’Ethiopie, la théorie de la culture et l’étude de la culture politique basée sur le consensus, les valeurs culturelles cardinales de la solidarité,  de l’échange et du partage incarnées par la fraternité et la sororité.

C’était aussi un théoricien du développement endogène comme le montre son importante  étude de 1983 pour l’Unesco consacrée à L’essentiel et le marginal : l’échange des connaissances et les dimensions culturelles dans le processus du développement endogène, où les similitudes avec la pensée de Joseph Ki-Zerbo sont patentes. 

Il fut un précieux collaborateur de deux directeurs généraux de l’Unesco, René Maheu et Ahmadou Makhtar Mbow, puis directeur du Fonds international pour la promotion de la culture (FIPC), poste dont il n’accepta jamais d’avoir été injustement démis, même s’il resta fidèle à l’idéal humaniste de cette institution. 

Le professeur Lazare V. Ki-Zerbo

Les mouvements étudiants en Ethiopie, la place de la Bataille d’Adwa (1896) dans l’essor du panafricanisme, le rôle des femmes dans la Renaissance africaine étaient également au cœur de cette longue marche d’une pensée en perpétuel mouvement depuis les années 1960.

Interviewé en 2014 par le professeur Bekerie Ayele, Beseat Kifle Selassié disait : « Quand je mourrai je voudrai être Ethiopien à 100%, Africain à 100 % et citoyen du monde à 100 % ». Tel est l’héritage combien actuel de ce panafricaniste ouvert sur l’universel.

Il constituera à cet égard un précieux viatique  pour toutes celles et tous ceux que la dignité de l’Afrique et de chaque humain préoccupe.

Le CIJKAD conviera ultérieurement tous les sympathisants à un hommage à ce digne fils de de l’Éthiopie-Afrique 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts