x
Close
Environnement

Mieux connaître la forêt

Mieux connaître la forêt
  • Publishedjanvier 11, 2022

Les programmes d’évaluation et de suivi national des forêts de la FAO reçoivent un nouveau coup de pouce de la Finlande. Devant la dégradation de la forêt, et parfois devant les progrès réalisés pour la préserver, une connaissance fine des données se révèle un enjeu crucial.

Par Marie-Anne Lubin

Par un nouveau partenariat, la FAO et la Finlande vont renforcer les capacités des pays africains en matière de gestion des données et de ressources forestières. Ce projet multidonateurs, d’un montant de 7 millions de dollars, sera mis en œuvre conjointement par deux équipes de l’organisme onusien.

Une première équipe est chargée de l’Évaluation des ressources forestières mondiales et une seconde équipe est responsable du suivi national des forêts. D’une durée de quatre ans, l’accord est doté d’une contribution initiale de 2,3 millions $ apportés par la Finlande.

Parfois, les données sont trop anciennes et obtenues au moyen de méthodes qui manquent de cohérence. C’est pourquoi cette initiative de la FAO aide à produire des données actualisées et de qualité sur les ressources forestières, ce dans plus de 50 pays, dont un tiers se trouvent en Afrique.

Grâce à ce nouveau partenariat mondial, la FAO et la Finlande feront équipe pour aider les pays à produire et à diffuser de meilleures informations, et ainsi contribuer à une meilleure prise de décision à différents niveaux. 

Maria Helena Semedo, directrice générale adjointe de la FAO juge que cette « importante collaboration » va permettre de renforcer les capacités de surveillance innovante et précise des forêts. « En mettant l’accent sur l’autonomisation des femmes en Afrique, ce projet apportera notre expertise et nos outils là où ils sont le plus nécessaires. »

De son côté, « la Finlande a une tradition et une expertise séculaires de l’évaluation et du suivi des forêts », commente Ville Skinnari, ministre finlandais de la Coopération au développement. Qui voit dans cet accord « une excellente occasion de contribuer à l’arrêt et à l’inversion de la perte forestière et de la dégradation des terres d’ici à 2030 ».

Un précieux suivi

Les forêts sont des sources d’énergie, de nourriture et de revenus, et elles fournissent des services importants, parmi lesquels l’atténuation du changement climatique et la protection des sols et des ressources en eau. Les écosystèmes forestiers sont d’une importance capitale pour les moyens de subsistance ruraux, notamment dans les pays en développement.

La nouvelle contribution de la Finlande soutiendra des activités de renforcement des capacités ambitieuses et inclusives ainsi que l’égalité d’accès aux formations, aux outils et aux informations. L’accent des activités de renforcement des capacités sera mis sur l’Afrique, et sur la participation des femmes.

L’occasion aussi, d’apporter aux pays les outils et les techniques qui leur permettront de collecter et d’analyser des données actualisées sur leurs ressources forestières et de communiquer ces données, en toute transparence, dans le cadre des processus et conventions nationaux et internationaux.

S’inscrivant dans le cadre onusien des ODD (Objectifs de développement durable), le projet contribuera à réduire la déforestation et la dégradation des forêts. Concrètement, il permettra d’encourager et faciliter la gestion et l’utilisation durables des parcs, ce qui se traduira par des avantages économiques, sociaux et environnementaux plus importants.

La FAO n’est pas novice en la matière. Son Activités de la FAO concernant les forêts est l’évaluation des forêts et de la foresterie la plus reconnue et la plus complète. La dernière en date, achevée en 2020, contient des analyses régionales et mondiales détaillées pour 236 pays et territoires, en réponse aux besoins des diverses parties prenantes, parmi lesquelles le secteur privé et le secteur public, les ONG, les médias, ou encore les universités. Elle est consultable en ligne.

L’évaluation repose sur les statistiques officielles des pays. Toutefois, dans les pays moins développés, les données sont parfois trop anciennes et obtenues au moyen de méthodes qui manquent de cohérence.

C’est pourquoi cette initiative de la FAO sur le suivi national des forêts aide à produire des données actualisées et de qualité sur les ressources forestières, ce dans plus de 50 pays, dont un tiers se trouvent en Afrique.

L’objectif est de mettre en place des systèmes nationaux de suivi des forêts qui soient modernes, transparents, fiables et accessibles, en fournissant des outils gratuits et au code source ouvert pour la collecte de données actualisées et fiables sur les ressources forestières au moyen de la télédétection et d’inventaires sur le terrain.

Parmi les outils les plus importants pour le suivi national des forêts, figure Open Foris, lancé en 2009 avec le soutien financier du gouvernement finlandais.

Cette initiative fournit des biens publics numériques au code source ouvert, largement utilisés dans différentes applications de surveillance des forêts et des terres.

@Malu

Written By
Par Marie-Anne Lubin

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.