Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Environnement

Forum PLANet A : Parce qu’il n’y a pas de planète B…

Bien que l’agriculture représente la première source d’emplois en Afrique, sa productivité n’augmente pas suffisamment pour répondre aux besoins alimentaires d’une population croissante. Mais les nouvelles technologies pourraient tout changer. De nombreuses innovations comme la collecte de données agricoles et les objets connectés deviennent accessibles aux agriculteurs africains leur permettant ainsi de mieux maîtriser leur production.

Dans les cinq pays du Sahel (Mauritanie, Niger, Tchad, Burkina Faso, Mali), six millions de personnes ont besoin d’assistance alimentaire immédiate, soit 40 % de plus qu’en 2017 à la même époque, commente William Affif, responsable de la zone Sahel du PAM. Il reconnaît s’inquiéter du manque de prise de conscience du besoin d’investissement dans des domaines comme la santé et l’éducation, notamment des filles, « qui permettent aux populations de se fixer », et ainsi de ne pas grossir les flots de migration vers les centres urbains ou les pays étrangers.

Au Mali, « beaucoup d’écoles ont fermé », poursuit-il. « Les instituteurs ont peur de la violence qui se développe, c’est la même chose pour beaucoup de centres de santé », ajoute William Affif.

Au Niger, le gouvernement a lancé en 2012 le programme 3N « Les Nigériens nourrissent les Nigériens », soutenu par les bailleurs de fonds internationaux, qui passe par une transformation rurale du pays, afin de réduire la fréquence des déficits céréaliers et fourragers. Le ministre de l’Agriculture et de l’élevage du Niger, Albadé Abouba, a présenté cette initiative lors de ce forum consacré à l’avenir de l’agriculture mondiale face au changement climatique. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts