x
Close
Energie

Quels partenariats pour la transition énergétique ?

Quels partenariats pour la transition énergétique ?
  • PubliéSeptember 6, 2022

Les nations riches ont offert à l’Afrique du Sud 8,5 milliards de dollars pour l’aider à passer du charbon aux énergies renouvelables. Ce modèle n’est pas nécessairement transférable à d’autres pays africains.

 

De nouveaux partenariats de développement seront sans doute proposés lors de la prochaine COP27 de Sharm El-Sheikh, à l’image de ce qui a été conclu l’an passé à Glasgow. En effet, représentant environ 34 % des émissions de CO2 du continent en 2020, principalement générées par le charbon, l’Afrique du Sud avait été quelque peu surprise, lors de la COP26 d’être au centre d’une bonne nouvelle lors de la COP26 de Glasgow. Cette bonne nouvelle se présentait sous la forme du Partenariat pour une transition énergétique juste (JETP), un nouvel accord entre l’Afrique du Sud et les pays du G7 (États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne et Union européenne) visant à soutenir la transition énergétique verte de l’Afrique du Sud, en mobilisant 8,5 milliards de dollars, notamment auprès du secteur privé.

Le fait que le G7 ou d’autres pays acceptent de financer divers projets régionaux cruciaux en matière d’énergie renouvelable est un résultat supplémentaire important qui devrait être sur la table, afin que les Africains puissent atteindre des objectifs ambitieux et à plus grande échelle à l’échelle du continent, tant pour l’environnement que pour le développement.

Selon un document du Forum économique mondial, l’Afrique du Sud aura besoin de 250 milliards $ d’ici à 2050 pour financer sa transition énergétique, dont 125 milliards $ pour remplacer l’énergie du charbon par l’énergie éolienne et solaire, le reste étant nécessaire pour le stockage, la transmission et le soutien aux communautés touchées. Compte tenu de l’accueil positif réservé au JETP, le G7 a également déclaré qu’il souhaitait développer davantage de JETP avec les pays du Sud, ce qui contribuera à la réalisation du Partenariat pour l’infrastructure et l’investissement mondial (PGII) du G7, qui vise également à mobiliser 600 milliards $ les secteurs public et privé en faveur des pays à revenu faible et intermédiaire du monde entier jusqu’en 2027.

Des propositions de nouveaux PGII seront dont certainement mises sur la table au Caire, en novembre 2022. Tout cela semble encourageant en principe, mais est-ce vraiment le cas ? Comment les pays africains doivent-ils réagir ?

 

Les besoins de l’Égypte

Pour répondre à cette question, deux points méritent d’être analysés. Premièrement, il faut se demander si d’autres pays africains ont également besoin d’une sorte de soutien à la « transition ». Deuxièmement, il s’agit de savoir si la structure elle-même – un pays bénéficiaire et un groupe de pays donateurs ou créanciers – est appropriée pour que les pays africains tirent le meilleur parti des partenariats mondiaux. Les pays africains ont-ils besoin d’un soutien à la transition ? L’Égypte en a besoin, mais peu d’autres sont dans ce cas.

En effet, l’Égypte est le deuxième plus gros pollueur du continent, responsable de 16 % des émissions de CO2 en 2020. L’Égypte et l’Afrique du Sud présentent également des niveaux élevés d’industrialisation et d’accès à l’énergie. Par exemple, selon l’indice de performance industrielle concurrentielle (CIP) de l’ONUDI, qui prend en compte des aspects tels que les exportations de produits manufacturés par habitant et la part des exportations de produits manufacturés dans les exportations totales, l’Afrique du Sud est classée au premier rang sur le continent, et l’Égypte au troisième, juste derrière le Maroc.

En 2020, l’Égypte faisait partie des rares pays africains à avoir un accès à l’électricité à 100 %, tandis que 84,4 % des Sud-Africains avaient accès à l’électricité, soit le 11e rang seulement continent. L’Afrique du Sud et l’Égypte ont également des pourcentages similaires d’énergies renouvelables dans leur mix électrique. En 2021, seulement 8,34 % de l’électricité sud-africaine provenait d’énergies renouvelables, principalement de l’énergie éolienne, hydraulique et solaire. De même, en Égypte, les énergies renouvelables représentaient 10 % de la production d’électricité.

Ce qui est peut-être le plus important pour le concept du G7 selon lequel le JETP doit mobiliser les investissements du secteur privé, une grande partie des dérisoires 5% (et pourtant chiffres records) des flux mondiaux d’IDE destinés au continent africain en 2021 était destinée à l’Afrique du Sud et à l’Égypte. En 2021, 17 % de l’ensemble des investissements en Afrique ont été réalisés en Afrique du Sud (environ 6 milliards $), suivie par l’Égypte (14 %). Ces deux destinations sont sans doute les pays les plus faciles à encourager pour le secteur privé, surtout lorsqu’il s’agit d’investissements perçus comme risqués, tels que les énergies renouvelables.

 

Ailleurs, une « transition » peu urgente

Peu d’autres pays africains s’approchent de ces critères. La grande majorité n’ont pas encore atteint les niveaux d’industrialisation, d’accès à l’énergie ou d’investissements étrangers de l’Afrique du Sud et de l’Égypte, et sont donc nettement plus éloignés de la réalisation des ODD (Objectifs de développement durable) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine que ces deux pays.

Pour enfoncer le clou, en 2018, le secteur de l’énergie était la première source d’émissions pour seulement 14 des 55 pays africains. Pour le reste du continent, l’agriculture et le changement d’affectation des terres/la foresterie constituaient la principale source. Bien qu’une partie de cette situation soit due à une utilisation élevée d’énergies renouvelables – le Kenya et l’Éthiopie, par exemple, ont recours à l’hydroélectricité et à la géothermie – le fait est qu’en 2020, les énergies renouvelables ont contribué à hauteur d’environ 9 % au mix énergétique total de l’Afrique, et que la capacité d’énergie renouvelable de l’Afrique ne représente que 2 % de la capacité mondiale totale.

Sans même tenir compte de l’énergie destinée aux usages industriels, seuls 39 % de la population du continent ont accès à l’électricité. Cela montre à quel point la plupart des pays africains sont loin d’atteindre leur potentiel de développement et de production. En effet, la plupart des pays africains n’ont pas besoin d’effectuer une transition, ils doivent passer à l’échelle supérieure. Cela signifie que la structure du JETP devrait être adaptée de manière significative pour les autres pays africains afin de faire une réelle différence – pour en faire des « Partenariats de mise à l’échelle de l’énergie juste »” et, comme d’autres l’ont fait valoir, intégrer également l’utilisation d’un large éventail de sources d’énergie « plus propres », y compris le gaz.

En outre, étant donné le faible intérêt du secteur privé dans la plupart des autres pays africains, les plans au-delà de l’Afrique du Sud et de l’Égypte devraient probablement inclure une composante plus importante de financement public.

 

Quel type de soutien approprié ?

Voici la question la plus fondamentale : est-il approprié pour l’Afrique de se concentrer sur des structures de type JETP ? Est-il dans l’intérêt des gouvernements africains de s’asseoir avec un groupe de gouvernements donateurs ou créditeurs – et même avec leurs secteurs privés – pour tirer le meilleur parti des partenariats mondiaux liés au climat ? Est-ce la meilleure façon pour les pays donateurs ou créanciers de s’engager auprès des nations africaines ? Notre point de vue est le suivant : pas nécessairement. Le fait est qu’il existe d’autres configurations possibles, qui peuvent donner des résultats similaires ou meilleurs pour les pays africains, conformément aux ambitions de l’Agenda 2063.

Prenons l’exemple des projets régionaux, qu’il s’agisse de nouvelles constructions, de pools énergétiques régionaux ou d’installations de stockage plus importantes pouvant permettre l’exportation et l’importation d’énergie renouvelable au sein des sous-régions africaines. Le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) existe déjà en tant qu’initiative conjointe de la Commission de l’Union africaine, de la BAD (Banque africaine de développement) et de l’Agence de planification et de coordination du développement du Nouveau partenariat pour l’Afrique (Nepad). Pour progresser sur ces projets, il est nécessaire de réunir les principaux pays africains, ainsi qu’un ou plusieurs donateurs ou créanciers. Le problème est que les structures de type JETP pourraient freiner les progrès sur les projets régionaux, en utilisant le temps et l’énergie des gouvernements africains pour négocier de plus petits projets pays par pays et les conditions permettant au secteur privé de se sentir plus à l’aise pour investir.

En outre, les structures du JETP présentent le défi potentiel de conclure de nouveaux accords uniquement pour exporter de l’énergie hors du continent. Au cours des cinq premiers mois de la guerre en Ukraine, le principal terminal d’exportation d’Afrique du Sud, Richards Bay Coal Terminal, aurait exporté environ 40 % de charbon de plus vers les pays européens que pendant toute l’année 2021. L’Allemagne cherche à exporter du GNL depuis le Sénégal pour faire face aux problèmes d’approvisionnement en provenance de Russie. L’Angola et le Congo exportent du gaz vers l’Italie, tandis que l’Égypte exporte du gaz vers l’UE – et pourrait en exporter davantage à l’avenir dans le cadre d’un plan de transition vers une « énergie propre ». C’est pourquoi, lors de la COP27, si les JETP peuvent et doivent figurer à l’ordre du jour, les pays africains doivent chercher à aller plus loin. Le fait que le G7 ou d’autres pays acceptent de financer divers projets régionaux cruciaux en matière d’énergie renouvelable est un résultat supplémentaire important qui devrait être sur la table, afin que les Africains puissent atteindre des objectifs ambitieux et à plus grande échelle à l’échelle du continent, tant pour l’environnement que pour le développement.

@AB

 

 

 

Écrit par
Lauren Ash-more et Hannah Ryder

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.