Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Energie

Algérie : Production de gaz à Timimoun

En novembre 2017, Total a également annoncé le projet d’acquisition du portefeuille d’actifs amont de gaz naturel liquéfié (GNL) d’un autre groupe français, Engie, qui permettra à Total de compléter son portefeuille mondial de GNL avec 4,6 millions de tonnes grâce aux contrats d’approvisionnement avec Sonatrach une fois la transaction clôturée.

Total est également présent en Algérie dans la commercialisation de lubrifiants et de bitumes. Sur le plan industriel, le groupe a posé en avril 2017 la première pierre d’une usine de production et de conditionnement de lubrifiants, sur le pôle d’activité de Béthioua, dans la Wilaya d’Oran. Construite sur un terrain de 41 000 m², cette unité aura, dès la première année, une capacité de 40 000 tonnes par an. Cette capacité de production, prévue pour répondre principalement à la demande nationale mais également à des perspectives d’exportation, pourra facilement être doublée.

« Ce projet s’inscrit dans la stratégie de développement de Total Lubrifiants Algérie, qui depuis sa création en 2003, a connu une très forte croissance et a atteint une part de marché de près de 14% en 2016. Cette taille critique lui a permis d’investir près de 4,5 milliards de dinars (31,8 millions d’euros) dans cette usine, respectant les meilleurs standards internationaux », déclarait Bernard Carbo, directeur général de la filiale locale de lubrifiants.

« Pour l’économie algérienne, l’usine de Béthioua va substituer des productions locales aux importations et va ainsi accroître la valeur ajoutée dans le pays, avec la création de 200 emplois directs et indirects dans la région oranaise », ajoutait Jérôme Déchamps, directeur Opérations de la zone Méditerranée océan Indien de la branche Marketing & Services du groupe Total.

La mise en service de l’usine de lubrifiants est prévue au dernier trimestre 2018.

Le démarrage d’un champ de gaz naturel est une première pour Cepsa, indique pour sa part la compagnie espagnole, qui intervient depuis plus de 30 ans dans l’exploration-production en Algérie, pays où elle a démarré ces activités avec l’aide de Sonatrach.

Avec son partenaire stratégique Sonatrach, Cepsa opère deux champs de pétrole importants dans le bassin de Berkine, Rhourde el Krouf (RKF) et Ourhoud (ORD), le second plus grand champ du pays, qui a atteint une production de 1 milliard de barils en novembre 2017. Dans le même bassin, Cepsa a un autre champ de brut, Rhourde er Rouni II. Au total, les champs de pétrole opérés par Cepsa en Algérie produisent plus de 130 000 b/j.

Cepsa détient une participation de 42 % dans le gazoduc Medgaz (Sonatrach 43 %, Gas Natural Fenosa 15 %), une route alternative pour la fourniture de gaz naturel algérien à l’Europe via l’Espagne. Mis en service en mars 2011 et opéré par Cepsa, ce gazoduc sous-marin de 210 km de long offre une capacité de transport de 8 milliards m3/an. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Soutien bienvenu de la BAD à Inga 3

    La Banque africaine de développement a réaffirmé son soutien au méga barrage d’Inga 3, dont le financement et les objectifs doivent être réaffirmés. Le projet est au cœur de l’ambition de la BAD d’« éclairer l’Afrique ».

  • Niger : Regain d’intérêt pour le solaire

    L’ensoleillement du Niger offre une opportunité aux investisseurs intéressés par le solaire. La demande potentielle est forte, la volonté politique est enfin au rendez-vous, reste à établir un environnement économique attractif, face aux coûts initiaux élevés.

  • RD Congo : Le gaz inexploité du lac Kivu

    De plus en plus de voix s’élèvent au sein de la société civile pour réclamer l’exploitation du gaz méthane contenu dans le lac Kivu, en vue d’accroître la production énergétique de la RD Congo.

Share This