Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Education

La Tunisie analyse son système éducatif

Tandis que la réforme du système éducatif est au point mort depuis 2015, le gouvernement entend relancer la modernisation de l’enseignement. Avec l’appui financier du Partenariat mondial sur l’éducation, il lance une vaste étude de diagnostic.

Par Aude Darc

La Tunisie se veut un modèle en matière de système éducatif en Afrique, ce qui la conduit à se remettre en question. À l’aune de la réponse éducative à la crise sanitaire, et de la persistance d’un chômage important, le gouvernement a décidé une vaste étude diagnostique et analytique de son système éducatif. Cette étude vise, à moyen terme, à mettre sur pied un nouveau mécanisme en matière d’éducation.

Les premiers pas de la réforme de l’éducation ont permis d’enregistrer des résultats sensibles, dont le dialogue sociétal sur l’éducation, a fait observer le dirigeant syndical Noureddine Chemenki. Qui souligne la nécessité de s’engager dans un processus durable.

Elle sera menée conjointement avec le Partenariat mondial sur l’éducation (GPE en anglais), un fonds international spécialiste de ces questions, a confirmé le ministre de l’Éducation, Fethi Sellaouti. Le financement de l’étude est apporté par le GPE.

En marge d’un atelier tenu le 2 janvier 2021 à Hammamet sur le lancement de cette étude, – encore en phase d’élaboration – le ministre a souligné qu’« il ne s’agit pas de procéder à un nouveau diagnostic de la réalité » à partir de zéro. Il est plutôt question d’approfondir ce qui a été accompli en matière de programmes et de diagnostic du système éducatif en Tunisie durant ces dernières années, pour en identifier les lacunes et les besoins.

Le ministre a souligné que la nouvelle étude prendra néanmoins en compte la réalité de la situation du système éducatif, en rapport notamment, avec la pandémie de la Covid-19 et les limites des moyens relatifs à l’infrastructure, aux ressources humaines, à la gouvernance et à la formation.

Les conclusions de l’étude permettront de formuler un diagnostic objectif et réaliste afin d’entamer la mise en œuvre d’un programme de financement complet visant à promouvoir le système éducatif.

Pour Fethi Sellaouti, il est nécessaire de relancer le programme de réformes – en jachère depuis 2015 – et d’élaborer les réformes nécessaires au système éducatif tunisien « sur une base participative et efficace ». Il faut reconnaître, a-t-il expliqué, que des phénomènes nouveaux ou anciens ont pris de l’ampleur ces dernières années, tels que la violence scolaire, le décrochage scolaire et la consommation de stupéfiants. Ce dernier volet fera l’objet d’une étude plus complète afin de mieux lutter contre ce fléau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts