Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Economie

Tchad : Groupe Almanna vise plus grand  

Le tchadien Groupe Almanna, très présent dans le BTP, la distribution des hydrocarbures, le transport et la distribution, veut se diversifier davantage en s’alliant à des groupes étrangers, dont le français Duval.

N’Djaména, Geoffroy Touroumbaye

C’est la tour la plus haute de N’Dja­ména, la capitale tchadienne. Avec ses 70 mètres et ses onze étages, le siège de la Radiotélévision publique du Tchad domine tout, notamment l’im­meuble de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) et ses sept niveaux qu’elle vient de détrôner. Sa livraison définitive, d’un coût global de 31 milliards de F.CFA (47,3 millions d’euros), est attendue pour mai-juin 2018.

La tour ultramoderne de la radiotélé­vision comptera 300 bureaux et un dépar­tement des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication). Rien que pour la télévision, il y est prévu neuf studios pour les débats et quatre pour le journal télévisé. Pour son équipement, Groupe Almanna a signé, en 2017 à Paris, un contrat avec le leader européen Videlio. Les équipements (notamment une unité mobile de reportage moderne, des antennes de trans­mission capables d’émettre dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres) ont été acheminés à N’Djaména, leur installation en cours devra être finie cet été.

Le groupe envisage de construire un important complexe commercial et résidentiel à N’Djaména et de répondre aux besoins des différentes villes et campagnes du Tchad en matière d’habitations, de dessertes hydrauliques et énergétiques, etc.

« Avec ces nouveaux équipements et un nouveau siège, la télévision tchadienne va certainement projeter une image plus moderne du Tchad », se réjouit Abakar Tahir Moussa, PDG du groupe tchadien. À N’Djaména, cet arabophone diplômé en Communication et droit islamique de l’université de Djeddah (Arabie saoudite) est plus connu sous le nom même d’Almanna. Pour bâtir sa notoriété et son sérieux, l’entreprise s’est entourée de meilleurs spécia­listes français, indiens, libanais, turcs, philippins, ainsi qu’ita­liens et tunisiens. C’est d’ailleurs avec des architectes italiens et tunisiens qu’il achève le siège de la Radiotélévision tchadienne. Ailleurs, Almanna construit les nouveaux bureaux de la Trésorerie paierie générale ; il s’agit d’un immeuble de neuf étages situé en face du Palais rose, le siège de la présidence de la République.

Si Groupe Almanna brille avec ces deux joyaux architecturaux, son histoire a débuté en 1994 avec la distribution de produits pétroliers. Trois ans après la mise en produc­tion de la Société de raffinage du Tchad, l’en­treprise organise une logistique de distribu­tion des principaux produits de la raffinerie. Le sérieux et le professionnalisme font de lui l’un des principaux fournisseurs retenus par la Société nationale des hydrocarbures du Tchad. Il étendra, au fil des ans, son réseau de distribution notamment au Cameroun et en République centrafricaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • La Cemac, une institution zombie ?

    La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale a-t-elle encore un sens ? Sa politique entraîne un rigorisme budgétaire…

  • Réinventer le modèle économique

    Malgré le développement de ses infrastructures et des dépenses consenties dans les domaines sociaux, le Maroc n’arrive pas à créer…

  • La ruée asiatique

    Économie dynamique et stable, le Sénégal attire de plus en plus les investisseurs asiatiques. Si la Chine tient le haut du pavé, les autres…

  • L’Algérie au ralenti

    Peu d’investissements, manque de perspectives à moyen terme et crise politique ; en pleine révolte populaire contre le système, l’économie…

  • La Bourse est-elle attractive ?

    Les marchés boursiers d’Afrique sont particulièrement volatils et leur capitalisation ne représente qu’une fraction de l’économie réelle.