Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Economie

L’Égypte s’engage à stimuler les investissements et la coopération en Afrique

L’édition 2018 du Forum a consacré une journée au rôle des femmes en Afrique et une journée aux jeunes entrepreneurs – la contribution des femmes et des jeunes étant considérée comme essentielle pour faire progresser le développement de l’Afrique.

Quelque 250 start-up ont été invitées à prendre part à la Journée des jeunes entrepreneurs. Le Forum a également réuni plus de trente créatrices africaines des secteurs de la mode, du design et des articles de luxe dans le cadre d’une exposition destinée à les faire connaître aux entrepreneurs présents et à montrer les talents qu’offre l’Afrique.

Cinq chefs d’État africains, les présidents de plusieurs institutions de financement du développement ainsi que de nombreuses personnalités et des PDG, ont participé au Forum. 

Les femmes au centre du Forum Africa 2018 

« Il faut laisser l’Afrique voler de ses deux ailes ! », s’est exclamé l’un des intervenants. En revanche, les participants n’étaient pas toujours d’accord sur les moyens d’y parvenir. 

Dans l’Agenda 2063 de l’Union africaine – et dans beaucoup de pays africains –, le principe de la parité est en place, de même que les politiques et les instruments juridiques pour l’atteindre, mais la mise en oeuvre fait défaut. Trop souvent, la culture et la tradition supplantent la loi et le patriarcat est un obstacle majeur. Il faut lever ces obstacles. 

Lors d’une vive discussion au sujet des femmes aux postes de leadership, les opinions ont divergé sur la meilleure façon d’obtenir une meilleure représentation des femmes et d’autres groupes marginalisés.

L’un des intervenants a affirmé que, souvent, les femmes ne voulaient pas accéder à ces postes en raison des difficultés qu’ils représentent. D’autres ont estimé que le retrait des femmes était dû au traitement dont elles font l’objet lorsqu’elles occupent un poste de pouvoir.

Généralement, elles ne sont pas payées autant que leurs collègues masculins et les tentatives qu’elles font pour s’affirmer sont perçues comme une agression. Les femmes seraient trois fois plus critiquées que les hommes aux mêmes postes. 

Il semble y avoir un consensus sur un point : pour parvenir à l’égalité entre les hommes et les femmes, il faut un changement radical des mentalités. Cela commence à la maison et à l’école. Certains intervenants ont suggéré qu’il était nécessaire de tenir compte de la question des femmes dans toute politique afin d’éviter toute conséquence non intentionnelle de la législation. 

Au lendemain du Forum, l’OCDE a publié l’indice Institutions sociales et égalité homme-femme. Le rapport a révélé que l’Afrique est la région qui a connu le plus de progrès depuis le dernier rapport, publié en 2014.

Depuis cette date, dix pays du ont adopté des lois contre la violence domestique et cinq ont introduit des quotas pour augmenter le nombre de femmes au parlement. Bathylle Missika, directrice de la Division égalité hommes-femmes à l’OCDE, a précisé que la plupart des pays africains offrent aujourd’hui un congé de maternité rémunéré, alors que les États-Unis ne le font toujours pas.

Lors du Forum, la question des femmes en politique et celle des femmes dans les conseils d’administration ont été longuement discutées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • La ruée asiatique

    Économie dynamique et stable, le Sénégal attire de plus en plus les investisseurs asiatiques. Si la Chine tient le haut du pavé, les autres…

  • L’Algérie au ralenti

    Peu d’investissements, manque de perspectives à moyen terme et crise politique ; en pleine révolte populaire contre le système, l’économie…

  • La Bourse est-elle attractive ?

    Les marchés boursiers d’Afrique sont particulièrement volatils et leur capitalisation ne représente qu’une fraction de l’économie réelle.

  • Algérie : Des réformes au point mort

    Dans l’attente d’une stabilité politique, la capacité des autorités algérienne à financer les réformes nécessaires pour diversifier l’économie demeure incertaine.