Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Economie

Focus : Plaidoyer pour un capitalisme positif

L’ex-SNI marocaine, Al Mada, est un fonds d’investissement panafricain à capitaux privés. Son PDG, Hassan Ouriagli, revient sur le bien-fondé de l’appellation « Positive Impact » que le fonds accole à son nom. Selon lui, l’entreprise africaine ne peut plus ignorer sa responsabilité sociale et environnementale.

Hassan Ouriagli, PDG de Al Mada

Le Positive Impact est un thème particulièrement important dans le cadre de la problématique de l’intégration régionale. Il illustre l’ADN d’Al Mada, fonds d’investissement privé panafricain. Positive Impact est en quelque sorte notre « raison d’être » et traduit le sens de notre responsabilité sociétale, la portée bénéfique de nos actions dans le long terme. Le nom d’Al Mada lui-même est porteur de cet engagement…

La vision du Positive Impact d’Al Mada concerne les territoires et les populations auprès desquelles nous inter­venons, et s’inscrit plus largement dans le cadre de notre vision panafricaine. Il existe un lien fort entre une entreprise, un fonds d’investissement, plus généralement tout acteur économique, et les territoires, populations auprès desquels il exerce son action. Pourtant, par le passé, ce lien et cette empreinte ont pu être niés, subis ou vécus a minima.

Ainsi l’entreprise agissait-elle avec une philosophie économique simple : la rentabilité économique, garante de sa pérennité, justifiait la focalisation de la mission des entreprises sur le seul profit.

L’impact positif de l’entreprise n’était qu’une victoire annexe, une sorte d’effet positif collatéral, nice to have et son action sociale assimilée à une forme de paternalisme ou d’action de charité.

Nos amis d’obédience anglo-saxonne se souviendront de la formule « Are you running a business or a charity ? » qui opposait vocation financière de l’entreprise et préoccupation sociale. On s’engageait pour son entreprise ou pour une oeuvre philanthropique – l’un et l’autre ne pouvaient aller de pair.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • William Elong : PDG de Algo Drone Holding

    Premier fabricant de drones Made in Cameroon à destination des entreprises, William Elong vient de lever 1,3 milliard de F.CFA pour développer son activité à l’international. Misant sur les performances de l’intelligence embarquée, il entend rivaliser avec les plus grands.

  • 16è Convention Europe – Afrique du Nord

    En quête d’ancrages sûrs des deux côtés de la Méditerranée, les partenariats entre pays européens et du Maghreb veulent se réinventer et parient sur l’économie sociale et solidaire, ainsi que sur les start-up du numérique.

  • Cameroun : Un budget sous pression fiscale

    Le Cameroun prévoit une hausse de 4,3 % de son budget, à la faveur de nouvelles mesures fiscales. L’État entend relever ses défis sociaux et économiques, tout en se conformant aux engagements du FMI. Sans lever toutes les inquiétudes des milieux d’affaires.

  • Commerce extérieur africain : La face cachée

    Il est délicat d’analyser la place de l’Afrique au sein du commerce extérieur international. Ne serait-ce qu’en raison des illusions statistiques et de leur pendant, le manque d’information fiables. Pour autant, de grandes tendances se confirment, depuis quelques années.

  • Les opportunités de croissance

    Les économistes de l’Union africaine et de l’OCDE émettent une série de recommandations pour l’Afrique. Les réalités du continent sont autant de risques que de facteurs d’opportunités. Aux États et aux décideurs économiques d’éviter les premiers et de saisir les seconds.