Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Economie

Cameroun : La difficile survie des PME

Constituant plus de 90 % du tissu économique, les Petites et moyennes entreprises contribuent à près de 35 % du PIB du Cameroun. Mais elles souffrent notamment du manque de financements et 72 % d’entre elles ne dépassent pas les cinq ans.

Douala, Frédéric Nonos

À la tête d’une savonnerie située dans la banlieue de Douala, Abdoulaye Aminou se montre pessimiste quant à l’avenir de son entreprise, créée il y a cinq ans. Faute de financements pour renouveler une partie de son outil de production, chiffré à 200 millions de F.CFA (300 000 euros).

En dépit des garanties (immeubles, titre foncier) fournies à sa banque, il n’a pu obtenir d’elle que 65 millions de F.CFA (100 000 euros) ; il a congédié début août, 15 des 40 employés, réduisant ainsi son coût de production. 

Les dirigeants de PME et les pouvoirs publics ont devant eux un important travail à accomplir pour rehausser le niveau de compétitivité des entreprises. Travail qui passe par une modernisation des infrastructures afin de les aligner aux normes mondiales. 

Malgré sa solvabilité, François Malong a reçu une fin de non-recevoir à sa demande d’un prêt de 50 millions de F.CFA (85 000 euros) auprès de sa banque. Cet agriculteur comptait pourtant améliorer la production de dix hectares, sur les quinze qui constituent sa plantation de palmier à huile, en activité depuis dix ans. Un projet pour l’instant inaccompli.

Les PME camerounaises évoluent dans un environnement de contraintes dont la plus marquante reste le manque de financements. Un déficit de capitaux préjudiciable à leur pérennité.

Selon une étude du Centre d’analyse et de recherche sur les politiques économiques du Cameroun (Camercap) publiée en mai 2016, un Think Tank financé en partie par les fonds publics, 72,2 % des entreprises créées de 2010 à 2015 avaient disparu, à la date de l’étude.

Rentrent dans la catégorie des PME selon la loi du 13 avril 2010, les entreprises ayant un effectif permanent entre 21 et 100 personnes et dont le chiffre d’affaires annuel hors taxes est supérieur à 100 millions de F.CFA et inférieur à un milliard de F.CFA (1,5 million d’euros). 

Moteur de l’économie 

Les PME représentent aujourd’hui, selon l’Institut national de la statistique (INS), plus de 90 % du tissu économique national camerounais, pour une participation dans le PIB évaluée à près de 35 %. Considérées comme « le moteur de l’économie nationale » par l’INS, les PME exercent à 85 % dans le secteur tertiaire et assurent plus de 70 % des créations d’emplois. 

À la faveur de l’installation, en 2010, des Centres de formalités de création des entreprises (CFCE) à travers le pays, l’État a favorisé la création des PME à travers le Guichet unique, permettant de boucler le processus en trois heures.

De plus, les pouvoirs publics ont également réduit les coûts, sans oublier des exonérations fiscales entières au cours des premières années de fonctionnement des PME. 

Selon un rapport publié en juillet 2018 par le ministère des PME, de l’économie sociale et de l’artisanat, 72 000 entreprises ont été créées entre 2010 et 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts