x
Close
Dossier IC Intelligence

Qui profite du pétrole et du gaz de l’Afrique ?

Qui profite du pétrole et du gaz de l’Afrique ?
  • PubliéAugust 8, 2022

Si l’impératif environnemental d’abandonner les combustibles fossiles est si fort, et qu’ils sont de moins en moins nécessaires techniquement, quelle est la justification du développement pour une liberté totale des combustibles fossiles ?

 

Par Angus Chapman, chercheur associé, IC Intelligence

Tandis que les perspectives économiques pour l’Afrique sont moins flatteuses qu’en début d’année, à court terme, pour des raisons externes, le continent est touché par le bouleversement climatique. Le dernier numéro des Perspectives économiques en Afrique, publié par la Banque africaine de développement, faisait état de 131 événements météorologiques extrêmes liés au climat au cours des deux dernières années.

Les dividendes de cette expansion en termes de développement sont faibles. Il n’est pas du tout évident qu’elle créera une richesse généralisée sur le continent africain, ni qu’elle atténuera les déficits criants en matière d’accès à l’énergie.

Le changement climatique frappe l’Afrique plus durement et plus tôt que n’importe où ailleurs sur la planète, l’impact estimé d’un scénario de réchauffement élevé se traduisant par une réduction de 15 % du PIB continental par habitant à horizon 2050.

L’Afrique cherche désespérément des moyens de lutter contre cette double menace, les combustibles fossiles – en particulier les combustibles dits « de transition » tels que le gaz naturel, devant jouer un rôle majeur. La COP27, qui se tiendra en Égypte en novembre, pourrait être l’occasion pour les pays africains d’unir leurs voix au service d’un accroissement de la production de pétrole et de gaz sur le continent.

D’un point de vue environnemental, les arguments contre les combustibles fossiles sont indiscutables. De nombreuses analyses montrent que la production des gisements de pétrole et de gaz déjà autorisés – sans parler de toute exploration future – libèrera des émissions de carbone bien au-delà de ce qui est compatible avec le plafond de 1,5 degré inscrit dans l’accord de Paris. Du point de vue des systèmes énergétiques également, la situation se renforce rapidement. Richard Halsey expose de manière convaincante la diminution des besoins techniques en nouveaux combustibles fossiles sur le continent africain.

Du point de vue du développement, l’argument repose sur deux idées clés. La première est que l’investissement dans les combustibles fossiles générera une richesse générale sur le continent, les bénéfices des nouveaux projets étant canalisés vers les communautés africaines où ils peuvent améliorer la qualité de vie. Or, cette idée semble faible. Selon les données d’Oil Change International, 33 % seulement de la production pétrolière et gazière prévue en Afrique est contrôlée par des entreprises africaines. La majorité est contrôlée par des entreprises du Nord, en particulier l’Europe, pour 36 %, mais aussi l’Asie et l’Amérique du Nord.

 

Où vont les bénéfices ?

Ces entreprises sont les seules à pouvoir s’approprier les combustibles générés par les projets d’exploitation de combustibles fossiles en Afrique, ce qui rend très improbable le fait qu’une part significative des revenus de leur vente reste en Afrique pour financer le développement local. Il est beaucoup plus probable qu’elles se retrouvent entre les mains d’actionnaires étrangers, et que seule la part réduite nécessaire au réinvestissement dans les projets profite aux communautés africaines où se trouvent les ressources.

Répartition du volume de production prévu des nouveaux projets pétroliers et gaziers en Afrique, par siège social (2020-2050).

 

Même si une part importante des bénéfices de la production de combustibles fossiles revient à l’Afrique, plutôt qu’aux investisseurs internationaux, il est probable que ces bénéfices sont très inégalement répartis. La part du lion de la nouvelle production de pétrole et de gaz est concentrée dans un très petit nombre de nations africaines. Le Nigeria et le Mozambique représentent à eux seuls 36 % de la production totale prévue. Si l’on ajoute l’Algérie et l’Angola, ce sont près de 60 % qui sont couverts.

La plupart des pays d’Afrique ont de grands besoins en matière de développement, et tous sont fortement exposés aux effets néfastes du changement climatique. Cependant, face à cette réalité commune, seule une poignée de pays du continent sont prêts à profiter de l’extraction de combustibles fossiles. Cela suggère que, loin d’être une solution aux problèmes panafricains de pauvreté et de vulnérabilité, l’expansion de la production de combustibles fossiles est plutôt un coup de pouce à court terme pour quelques chanceux.

 

Projets de production de pétrole (en noir) et de gaz (en rouge) entre 2020 et 2050, par pays, en milliards de barils équivalents pétrole.

 

Étant donné que la plupart des pays (Nigeria, Algérie, Angola, Libye, Égypte, etc.) sont déjà des producteurs de combustibles fossiles établis dont la richesse en ressources n’a pas réussi jusqu’à présent à se traduire par des résultats tangibles en matière de développement, on ne voit pas bien où se situe leur potentiel nouveau. Il est peu probable que les revenus tirés de l’expansion de la production de combustibles fossiles restent en Afrique, et ceux qui le font sont destinés à un petit nombre de nations riches en ressources.

 

L’Afrique produit plus qu’elle ne consomme

La deuxième idée par laquelle on peut s’attendre à ce que l’expansion de la production de combustibles fossiles améliore les résultats en matière de développement en Afrique est la disponibilité. Selon les partisans, si l’Afrique extrayait davantage de pétrole et de gaz, ceux-ci pourraient être utilisés pour élargir l’accès à l’énergie à tous, tout en remplaçant les solutions plus sales pour le chauffage et la cuisson. Ce point mérite une attention particulière. Sur les 759 millions de personnes que la Banque mondiale a recensées comme n’ayant pas accès à l’électricité en 2019, et les 2,6 milliards de personnes n’ayant pas accès à une cuisine propre, 660 et 910 millions respectivement se trouvaient en Afrique subsaharienne.

L’expansion de la production nationale de combustibles fossiles a toutefois peu de chances de résoudre ces problèmes. Si l’offre seule était en cause, c’est-à-dire si la demande d’énergie se heurtait constamment à la quantité disponible à partir des sources actuelles, provoquant des déficits d’accès, nous nous attendrions à ce que l’Afrique consomme au moins l’énergie qu’elle produit.

En fait, c’est en fait l’inverse qui se produit : l’Afrique produit systématiquement plus d’énergie qu’elle n’en consomme. Le fait que l’Afrique ne puisse même pas consommer toute l’énergie qu’elle génère suggère d’autres causes du grave déficit d’accès à l’énergie. Le prix, par exemple, est probablement un facteur important. Les prix des combustibles fossiles sont fixés et négociés sur les marchés mondiaux, ce qui crée un écart important entre ce que l’Africain moyen peut se permettre de payer pour l’énergie et le prix que cette énergie peut atteindre au niveau international, même si elle a été extraite en Afrique au départ.

Selon le site GlobalPetrolPrices.com, qui fournit une base de données en temps réel sur l’accessibilité de l’essence, neuf des dix pays les plus inabordables se trouvent en Afrique. Au Malawi, le pays le moins abordable, il faut compter 1,48 fois le revenu mensuel moyen pour remplir un réservoir de quarante litres. Il n’est donc guère surprenant que les Africains consomment beaucoup moins de combustibles fossiles qu’ils ne le devraient. Aux prix mondiaux inélastiques, ils sont – et resteront probablement – tout simplement trop chers.

Outre son caractère inabordable pur et simple, le prix élevé des combustibles fossiles sur les marchés internationaux fait qu’il est de plus en plus probable que le pétrole et le gaz africains seront exportés, plutôt que conservés pour la consommation intérieure. Ce constat est d’autant plus pertinent que les pays européens ont récemment tenté de se sevrer du gaz russe.

Le chancelier Olaf Scholtz s’est rendu au Sénégal et au Niger en mai pour renforcer la revendication de l’Allemagne sur leur futur approvisionnement en gaz, tandis qu’en mars, l’Italie a conclu de nouveaux accords d’approvisionnement importants avec l’Angola, la RD Congo, l’Algérie et l’Égypte. D’autres suivront, chaque goutte de nouveaux combustibles fossiles exportée vers les riches consommateurs occidentaux réduisant l’accès des Africains privés d’électricité. Comme le souligne Varun Khanna, les infrastructures constituent un autre facteur important.

Selon la dernière enquête Afrobaromètre, seuls 43 % des ménages africains sont connectés à un réseau électrique national. Le problème est particulièrement aigu dans les pays ruraux subsahariens comme le Malawi, le Burkina Faso et le Niger, où moins d’un ménage sur quatre est raccordé. L’expansion de la production de combustibles fossiles ne contribue guère à résoudre ce problème ; ce n’est pas la pénurie d’approvisionnement qui est en cause, mais plutôt l’incapacité à fournir de l’énergie à ceux qui en ont le plus besoin. Compte tenu de la faible justification environnementale et technique de l’expansion de la production de combustibles fossiles, les défenseurs de la cause se sont tournés vers le développement comme principale raison pour laquelle l’Afrique doit extraire autant de pétrole et de gaz que possible. Cependant, les dividendes de cette expansion en termes de développement sont faibles. Il n’est pas du tout évident qu’elle créera une richesse généralisée sur le continent africain, ni qu’elle atténuera les déficits criants en matière d’accès à l’énergie. Les gagnants les plus probables des combustibles fossiles africains ne sont pas les Africains, mais les entreprises étrangères qui possèdent la majorité des ressources, et les nations riches dont le développement à forte intensité de carbone a provoqué le changement climatique qui tue actuellement les populations du continent.

@ICI

 

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.