x
Close
Dossier AHAf

Pourquoi une Agence humanitaire africaine

Pourquoi une Agence humanitaire africaine
  • Publiénovembre 29, 2022

La création de l’Agence humanitaire de l’Union africaine, actée en 2020 et dotée de financements en 2022, repose sur des valeurs panafricaines millénaires pour protéger les femmes, les jeunes et les personnes fragiles. Il est désormais temps de la rendre opérationnelle.

 

L’Agence humanitaire africaine (AHAf) détient un mandat d’une haute importance stratégique dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine. Elle est financée par des ressources africaines : 140 millions de dollars d’engagements ont été obtenus lors du Sommet humanitaire et la Conférence des donateurs organisés en mai 2022 à Malabo par l’UA et la Guinée équatoriale.

La nouvelle agence doit être neutre, impartiale et indépendante pour pouvoir affronter les problèmes que posent les frontières nationales et la diversité sur le continent et agir efficacement dans les points chauds fragiles de l’Afrique.

Les trois quarts de l’activité humanitaire globale se déroulent en Afrique. Le continent abrite 26% des réfugiés du monde et quelque 115 millions d’Africains ont besoin d’assistance. L’AHAf travaillera la main dans la main avec les instances nationales, régionales et internationales, dont l’UNFPA, le Fonds des Nations unies pour la population. Elle ambitionne de devenir une grande organisation continentale pour servir de plateforme pour accélérer l’action visant à forger un humanisme à visage africain. Elle adoptera les meilleures pratiques mondiales en partenariat avec les agences humanitaires internationales.

L’AHAf doit agir rapidement pour protéger et aider les personnes les plus vulnérables, les femmes et les enfants qui se trouvent dans des situations d’urgence humanitaire. Car l’Afrique n’a jamais joué un rôle de premier plan dans l’espace humanitaire du continent, même si elle s’est déjà occupée des réfugiés, des migrants et des personnes déplacées par des conflits armés, les difficultés économiques et politiques ou les risques liés au climat et à la santé.

Avec sa pleine opérationnalisation, la nouvelle agence avance rapidement pour prioriser les interventions à travers le continent. Elle doit diriger la formulation et la mise en œuvre de l’action humanitaire en Afrique en collaborant de manière proactive avec les agences humanitaires. Le mandat de l’AHAf en fait la pièce maîtresse de l’action humanitaire et marque un tournant pour le continent.

Il s’agit d’une étape extrêmement importante pour l’Afrique qui prend en charge directement cette activité humanitaire laissée jusqu’à maintenant principalement entre les mains d’organismes et de donateurs étrangers.

 

Une attitude proactive

L’AHAf est désormais chargée de guider et de coordonner le continent pour prévenir les catastrophes humanitaires et y apporter les réponses adéquates. L’Afrique a brillamment démontré qu’elle était en mesure de trouver des solutions africaines aux problèmes africains. La meilleure illustration de cette solidarité africaine a été la réaction des pays africains pour combattre la pandémie de Covid-19 ou celle d’Ebola. L’intervention des gouvernements, des banques et du secteur privé a été immédiate et une grande réussite dans le combat humanitaire.

Cette attitude proactive pour ne laisser personne de côté a permis de mobiliser des ressources humaines et financières importantes garantissant l’accès à des vaccins vitaux et à du matériel médical indispensable. Un nombre considérable de professionnels et d’experts dans les secteurs de la santé et de la finance sont apparus sur le continent avec les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer des actions humanitaires de grande envergure.      

Les compétences individuelles et les capacités organisationnelles sont essentielles pour transformer le paysage humanitaire et assurer le développement de l’Afrique. L’AHUA se fonde sur ses connaissances locales, dialogue avec les dirigeants locaux, identifie les priorités locales ainsi que les structures de mobilisation communautaire. Ce qui lui permet d’avoir des équipes d’intervention conjointes en partenariat avec des organisations internationales qui ont une longueur d’avance dans le domaine humanitaire. L’AHAf, en tant que chef de file souverain sur le continent, s’appuie sur ces partenariats pour assurer la fourniture efficace et rapide de services humanitaires d’urgence. La nouvelle agence doit être neutre, impartiale et indépendante pour pouvoir affronter les problèmes que posent les frontières nationales et la diversité sur le continent et agir efficacement dans les points chauds fragiles de l’Afrique.

 

À lire,

Notre entretien avec Mabingué Ngom :

Un agenda pour l’humanité

 

Éclairage : Inverser l’effet de silo

@NA

 

 

Écrit par
NewAfrican

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *