x
Close
Diplomatie

Le Burkina Faso fâché des propos de l’ambassadeur français

Le Burkina Faso fâché des propos de l’ambassadeur français
  • PubliéJuly 23, 2022

L’ambassadeur français, Luc Hallade, aurait qualifié de guerre civile la situation actuelle au Burkina Faso, s’attirant les foudres du gouvernement burkinabé.

Par Laurent Allais

« Des propos discourtois, inamicaux et assez graves. » La réaction du gouvernement de la Transition au Burkina Faso ne s’embarrasse pas de diplomatie, en réaction à des propos de l’ambassadeur de France à Ouagadougou. Propos que ce dernier, Luc Hallade, aurait lui-même reconnus comme étant excessif, selon un communiqué du gouvernement burkinabé.

Toujours selon cette source, l’ambassadeur aurait minimisé les efforts des forces de défense et de sécurité burkinabè dans la lutte contre le djihadisme. Évoquant la situation intérieure du Faso, l’ambassadeur aurait déclaré qu’« une partie de la population se rebelle contre l’État et cherche à le renverser ». Selon le communiqué du gouvernement burkinabé, l’ambassadeur aurait déclaré que la situation militaire provoque des frustrations de plus en plus vigoureuses dans le pays et que « ce conflit endogène est en réalité une guerre civile ». Ces propos auraient été tenus le 5 juillet 2022 devant des sénateurs français.

Dans un communiqué, le gouvernement précise « ne pas s’accommoder de cette analyse erronée et empreinte de jugements de valeur sur la situation sécuritaire ».

Le ministère burkinabé des Affaires étrangères « invite l’ambassadeur de France à plus d’objectivité et de retenue », indiquant qu’une note de protestation lui sera transmise.

La rumeur et les officines

« Tous les combattants terroristes ne sont pas des Burkinabè, les chefs et financiers de ces groupes terroristes ne sont pas des fils de ce pays », explique la note diplomatique transmise à la presse. Pour le ministère des Affaires étrangères, « il est à craindre qu’une telle condescendance à l’égard des autorités de la transition n’exacerbe davantage le sentiment anti-politique française ».

Lors d’une allocution prononcée le 14 juillet, à l’occasion de la fête nationale française, l’ambassadeur s’était voulu plus rassembleur. « La France, comme d’autres partenaires, se tient aux côtés des autorités et des Forces de défense et de sécurité burkinabè dans la lutte contre le terrorisme, car nous sommes attachés à la souveraineté et à la stabilité du Burkina Faso. »

L’ambassadeur a néanmoins déploré les rumeurs relayées par les réseaux sociaux, cette « caisse de résonance de ceux et celles qui, aveuglés par une haine absurde, nous accusent, sans preuve aucune, de jouer un double jeu, de vouloir exploiter les richesses du Burkina Faso ou pire encore, d’armer les terroristes », a-t-il déploré. Et l’ambassadeur de dénoncer « quelques officines ayant intérêt à voir la région du Sahel demeurer dans l’instabilité ».

@NA

Écrit par
laurent

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.