x
Close
Diaspora Politique

Sénégal : les nouveaux visages de l’Assemblée nationale

Sénégal : les nouveaux visages de l’Assemblée nationale
  • Publiéaoût 26, 2022

Au Sénégal, les résultats des élections législatives du 31 juillet 2022 ont redessiné la physionomie de l’Assemblée nationale. Si d’anciens députés ont regagné leur poste, de nouveaux visages émergent et siégeront bientôt dans l’hémicycle, dont de fortes personnalités.

 

Barthélemy Dias, Ahmed Aïdara, Guy Marius Sagna ou Pape Djibril Fall, des profils aussi atypiques les uns que les autres, certains parfois moralisateurs, d’autres au caractère plus vif, plus acerbe et virulent. Au Sénégal, l’hémicycle promet d’être très animé, à la hauteur de ces figures au tempérament hors normes.

On le sait, 165 sièges de députés étaient en jeu lors de ce scrutin. La coalition proche du président Macky Sall, Benno Bokk Yakaar, a totalisé 82 sièges avec une majorité relative, avant de bénéficier du ralliement de l’ancien maire de Dakar, Pape Diop de “Bokk Guiss Guiss”, pour arriver à une majorité. L’inter-coalition de l’opposition Yewi Askan Wi/Wallu Sénégal a obtenu 80 sièges, un chiffre record pour une opposition qui arrive donc coude à coude avec le parti de la mouvance présidentielle, jusque-là largement majoritaire. 

 

La « Gaïnde » de Pikine, Mame Diarra Fam

L’ancienne députée de la diaspora en Italie depuis 2017, Mame Diarra Fam, surnommée la « Gaïndé de Pikine » (lionne de Pikine), militante du Parti démocratique sénégalais (PDS) parti de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, a rejoint l’Assemblée grâce à sa victoire dans la ville de Pikine sous l’égide de l’inter-coalition de l’opposition Yewi Askan Wi/Wallu Sénégal. Celle qui a le verbe explosif pour ses sorties et ses prises de paroles hors du commun lors des débats sur des projets gouvernementaux, fait ainsi son retour dans une Assemblée aux débats qui promettent d’être incisifs.

 

 

Le tonitruant Barthélemy Dias, maire de Dakar

Barthélemy Dias, le maire de Dakar, a aussi confirmé sa place. Il met fin à six ans d’absence. En 2016, son immunité parlementaire avait été levée, alors qu’il était accusé d’avoir tiré sur un homme envoyé par le PDS, le parti au pouvoir, qui avait attaqué sa mairie de Mermoz-Sacré-Cœur en décembre 2011. En 2022, il récupère donc son fauteuil au sien de l’Assemblée nationale. Véridique, énergique, bouillonnant, charismatique, il est une importante personnalité du Parti socialiste, et est proche du maire déchu de Dakar Khalifa Ababacar Sall. Ce nouveau poste de député sonne comme une revanche politique pour le nouveau maire de Dakar qui a des positions très tranchées envers le gouvernement.

 

 

Ahmed Aïdara, maire de Guédiawaye, un journaliste engagé 

Une autre figure proue de cet hémicycle, est le journaliste chroniqueur Ahmed Aidara, élu sous les bannières de la coalition Yewwi Askan Wi dans le département de Guédiawaye dont il occupe le fauteuil de maire, depuis janvier 2022. Il y succède au frère de président Macky Sall, Aliou Sall. Et compte désormais parmi les nouvelles têtes de cette Assemblée nationale. Il est l’un des deux députés de Guédiawaye et il fait partie des 18 députés que compte la région de Dakar.  

 

 

Guy Marius Sagna, l’activiste de tous les combats

L’événement inédit s’est opéré à Ziguinchor, au sud du Sénégal, qui a élu l’activiste engagé, le fondateur du mouvement Fraap France Dégage, Guy Marius Sagna. Travailleur social dans la Fonction publique, combattant de la première heure, son crédo : être la voix des sans voix, celle des Sénégalais qui souffrent et qui font face à l’injustice. GMS comme l’appellent affectueusement les Sénégalais, fut derrière le collectif « Non aux APE » qui fut un contre-sommet de la Francophonie qui s’était tenu en novembre 2014 à Dakar.

Il fut également l’initiateur du mouvement patriotique « Moom Sa Reew ». Depuis 2012, Guy Marius Sagna a pris part à toutes les grandes manifestations citoyennes et mobilisations populaires. Il dénonce la mal gouvernance, l’injustice sociale, le néo-colonialisme, l’impérialisme, la françafrique ou la corruption. Plusieurs fois arrêté et mis en prison pour ses actions de protestations, puis relaxé, ces élections législatives de 2022, ont confirmé sa popularité au sein du peuple sénégalais qui attend avec impatience ses premières apparitions et prises de parole au sein de l’Assemblée nationale.

 

 

Pape Djibril Fall, la révélation

L’autre élection inédite de cette joute électorale, est l’avènement du journaliste Pape Djibril Fall, un novice qui s’est lancé dans le ring politique que depuis quelques mois avec une liste proportionnelle des serviteurs/Marche pour le Renouveau (MPR), il a réussi une prouesse en gagnant un seul siège. Il est diplômé de la 42e promo du Centre d’études des sciences et techniques de l’information (CESTI). « PDF » comme le surnomment ses partisans, était le plus jeune candidat de cette campagne électorale.

Après de nombreuses années passées sur les plateaux de la télévision TFM à décortiquer, analyser, prendre des positions sur la vie sociopolitique, il gagne le cœur et l’attention des Sénégalais, position qui l’a poussé à afficher sa conviction et ses ambitions politiques. Sa clairvoyance, son charisme verbal et sa détermination donneront un autre souffle à l’hémicycle.

 

Dans la diaspora, même scénario

Sur les quinze députés de la diaspora, le rang a été serré, l’inter-coalition de l’opposition a gagné dix sièges et Benno Bokk Yakar la coalition du pouvoir, cinq. À noter que cette dernière avait raflé douze députés en 2017 pour n’en laisser que trois à l’opposition. Des personnalités méconnues du public font ainsi leur apparition en scène. C’est le cas d’Ibrahima Diop, Aliou Guèye, Mame Bousso Guèye, Alioune Sall ou encore Ndèye Satala Diop, qui accèdent pour la première fois à la législature. 

 

Alioune Sall, ingénieur informaticien, coordinateur de Pastef-Les Patriotes France

Alioune Sall tête de liste l’inter-coalition de l’opposition Yewi Askan Wi/Wallu Sénégal pour la circonscription ENOC, qui représente l’Europe du Nord, de l’Ouest, et du Centre, a gagné sa place. Ingénieur informaticien de formation, il travaille en tant que directeur de projet dans les ITI, nouvelles technologies de l’information dans la sécurité réseau à Paris. Il est le coordinateur de Pastef-Les Patriotes France depuis 2016.

Il regagnera le Sénégal d’ici quelques mois pour assurer son rôle de député de la diaspora. Pour une législature qui pourrait ne durer que deux ans, cela représente « un tournant capital, qui me permettra de mettre en pratique mes principes et idéaux pour respecter le choix du peuple sénégalais en étant leur représentant au sein de l’hémicycle », lance le nouveau député.

 

 

 

Ibrahima Diop, professeur en France, une nouvelle figure des députés de la diaspora

Ibrahima Diop est chargé de la communication et porte-parole de la fédération PDS /France. Il a réalisé tout son parcours politique au sein du Parti démocratique sénégalais. Il est professeur en France depuis dix ans. Élu député de la zone ENOC, il fera également ses premiers pas dans l’hémicycle. 

 

 

 

 

Ndèye Satala Diop, de Mantes-La-Jolie à Dakar

En France depuis 1982, comptable de formation, Ndèye Satala Diop a beaucoup œuvré pour l’accompagnement des migrants. Elle surfe entre vie professionnelle, associative et politique. Son père fut ancien membre du Parti socialiste. C’est donc naturellement qu’elle milite à son tour dans ce parti depuis 2015 auprès de l’ancien maire de Dakar dans le mouvement “Takhawou Sénégal”. Membre du parti socialiste également en France, elle est élue en tant que conseillère municipale à Mantes-La-Jolie. « Pour moi, c’est une grande fierté de représenter la diaspora. Beaucoup de travail nous attend. Ce ne sera pas facile car il y a beaucoup de choses à faire, mais nous essayerons de représenter le peuple sénégalais et surtout la diaspora dignement. »

 

 

 

La 14e législature doit s’installer en septembre 2022. Une forte augmentation du nombre de députés issus de l’opposition avec de nouveaux visages feront ainsi entrée dans l’hémicycle. Le parti du pouvoir central de Dakar doit désormais compter avec une opposition renforcée. Un chapitre inédit a été ainsi ouvert dans la vie politique du Sénégal, un tournant décisif dans le fonctionnement des institutions. 

@NA

 

Écrit par
Aïssatou Diamanka-Besland

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.