x
Close
Culture

Un prix pour l’édition en Afrique

  • Publiémai 23, 2024

Le prix Canex donne la priorité aux livres imprimés et produits sur le continent africain ainsi qu’aux livres publiés dans les langues africaines.

 

Canex BooK Factory vise à promouvoir une culture littéraire dynamique à travers l’Afrique et à encourager le développement d’un écosystème commercial durable dans le domaine de la littérature. Ce programme Canex a été lancé en 2020 par Afreximbank en tant que moteur clé du développement et de la création d’emplois en Afrique, après avoir reconnu la pertinence et les opportunités offertes par les industries créatives et culturelles. Ce prix est conçu en partenariat avec Narrative Landscape Press Limited.

Par ailleurs, l’écrivain et sociologue congolais Dibakana Mankessi a remporté le prix Orange du livre en Afrique 2024 pour son roman Le Psychanalyste de Brazzaville.

Canx Book Factory mettra en lumière et valorisera la chaîne de valeur du livre africain en organisant un atelier d’écriture panafricain, en publiant un bulletin électronique sur la littérature africaine et en décernant le prix de l’édition en Afrique. Le point d’orgue sera la cérémonie de remise du prix lors du Canex WKND qui se tiendra à Alger, du 16 au 19 octobre 2024.

L’éditeur du meilleur livre commercial recevra un prix de 20 000 dollars. En outre, quatre finalistes recevront chacun un prix d’une valeur de 2 000 $.

Kanayo Awani est vice-présidente exécutive d’Afreximbank en charge de la banque du commerce intra-africain et du développement des exportations. Elle commente : « À travers le prix Canex, nous souhaitons reconnaître et renforcer les auteurs et les éditeurs africains qui jouent un rôle essentiel dans le façonnement de notre identité culturelle et l’enrichissement de nos communautés par le biais de la littérature dans ce qui est une industrie de plusieurs milliards de dollars. »

S’agissant de l’importance d’initiatives telles que le programme Canex,  Chimamanda Adichie (photo ci-dessus), écrivaine et romancière, réagit : « Imaginez un Africain rêvant d’être écrivain, entouré de personnes partageant les mêmes intérêts, cela vous stimule et vous donne de l’espoir. J’ai toujours cru qu’il n’y avait rien de plus essentiel à l’esprit humain que l’espoir. Canex est synonyme d’espoir ; l’espoir de voir naître beaucoup plus d’histoires africaines ».

 

Soutenir l’économie créative

Les soumissions seront jugées sur la qualité de l’écriture, de l’édition et de la production. La priorité sera donnée aux livres imprimés et produits sur le continent africain ainsi qu’aux livres publiés dans les langues autochtones africaines. Une concession essentielle pour l’année inaugurale (2024) est que les livres publiés au cours des deux années précédentes seront pris en compte.

En soutenant l’environnement favorable à différents secteurs créatifs tels que la mode, la musique, le cinéma, l’art, la littérature, la gastronomie et le sport, Canex cherche à soutenir le développement et l’expansion de l’économie créative et culturelle, tant en Afrique qu’au sein de la diaspora, en utilisant divers outils et initiatives financiers et non financiers, explique un communiqué publié par Afreximbank.

Pour être éligibles, les livres doivent être publiés pour la première fois par des éditeurs africains établis en Afrique, stipule le règlement du concours. La date de publication doit se situer durant l’année civile précédente. Pour l’année inaugurale, les livres publiés au cours des deux années précédentes seront éligibles.

Le jury examinera donc des livres grand public en anglais, français, arabe, swahili, portugais, espagnol publiés pour la première fois en Afrique au cours de l’année d’éligibilité. Il s’agira de versions intégrales, de recueils de nouvelles, de poésies ou d’essais, y compris signés de plusieurs auteurs. En revanche, le jury ne retiendra pas les livres publiées par le biais de plateformes et de services d’auto-édition, ainsi que les rééditions.

*****

Récompense

Dibakana Mankessi, Prix Orange du livre en Afrique

 

L’écrivain et sociologue congolais Dibakana Mankessi a remporté le prix Orange du livre en Afrique 2024 pour son roman Le Psychanalyste de Brazzaville. Roman publié aux éditions Les Lettres mouchetées. Le lauréat recevra une dotation de 10 000 euros et bénéficiera d’une campagne de promotion de son ouvrage.

Ce roman historique, mêlant personnages réels et fictifs, fait revivre le début de l’indépendance du Congo. Il place le lecteur dans le cabinet d’un psychanalyste congolais où vont se succéder les élites de la jeune nation. Véronique Tadjo et les membres du jury, réunis au SIEL (Salon international de l’édition et du livre) de Rabat ont souligné : « Par son dispositif original et bien construit, ce roman entraîne les lecteurs dans le tourbillon et les soubresauts d’une époque troublée qui sera déterminante pour l’ensemble du continent. »

Dibakana Mankessi et la couverture de son livre.

Dibakana Mankessi se confie à RFI : « Ce qui m’intéressait, c’était de comprendre ce qui se passait dans leur tête, et j’ai pensé que le psychanalyste, en tout cas son divan, était le meilleur endroit permettant la libération de la parole. »

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *