x
Close
Culture

Afif Ben Yedder récompensé pour sa carrière

Afif Ben Yedder récompensé pour sa carrière
  • Publiémai 8, 2024

Le 9 mai, le fondateur, éditeur et rédacteur en chef d’IC Publications, Afif Ben Yedder, a reçu un prix pour l’ensemble de sa carrière, lors du Sommet panafricain des leaders des médias.

 

Afif Ben Yedder, lauréat du prix AMLS de cette année pour l’ensemble de sa carrière, est un géant pionnier dans le monde de l’édition panafricaine. Au début des années 1960, avec son ami et collègue Béchir Ben Yahmed, il a pris la décision, alors extraordinaire, de créer des périodiques panafricains à une époque où l’aube de l’indépendance se levait à peine pour la plupart des pays africains.

« Nous devons nous efforcer d’obtenir le meilleur et ne pas être freinés par la tyrannie des faibles attentes. L’Afrique est riche et pleine de ressources et nous devons lutter contre les forces internes et externes qui entravent le progrès. »

L’ensemble des publications qui ont vu le jour ont innové dans le monde de l’édition et, au fil des décennies, ont servi de modèle à une multitude d’autres titres et médias centrés sur l’Afrique.

« Nous voulions produire des publications internationales de très grande qualité en français et en anglais, en choisissant l’exemple des meilleurs magazines au monde, pour raconter l’histoire de l’Afrique du point de vue de l’Afrique », se souvient-il.

En 1974, Afif Ben Yedder s’est lancé sur le marché anglophone en créant IC Publications, un groupe de presse international basé à Londres et à Paris. Ses titres phares, New African, African Business et plus tard African Banker, ont placé la barre très haut en matière de qualité journalistique. « Nous avons eu la chance de pouvoir compter sur un grand nombre de journalistes et de rédacteurs en chef exceptionnels », relate-t-il.

La profondeur et l’ampleur de l’analyse politique, économique et sociale des magazines, l’éventail des activités couvertes et les entretiens exclusifs avec les personnalités qui façonnent la nouvelle Afrique ont fait de ces publications des incontournables, non seulement en Afrique, mais aussi dans les cercles décisionnels mondiaux et dans le monde universitaire.

Afif Ben Yedder est né et a grandi à Tunis, la capitale de la Tunisie. Il a fréquenté ce qui était reconnu comme la meilleure école du pays, le Collège Sadiki, où un environnement bilingue (arabe et français) s’est développé.

 

Dans l’intérêt de l’Afrique

Après avoir obtenu son baccalauréat, il s’est rendu à Paris pour étudier à HEC, la célèbre école de commerce française. Plus tard, en 1969, il a complété ses ambitions académiques en participant au Program for Management Development de la Harvard Business School.

Alors qu’il étudiait à HEC Paris, il était déjà engagé dans le panafricanisme et, après avoir obtenu son diplôme en 1963, il a ouvert les bureaux parisiens du magazine pionnier Jeune Afrique, fondé par Béchir Ben Yahmed. Il en est le directeur général jusqu’en 1971, date à laquelle il s’installe à Londres pour lancer Africa magazine, une publication sœur de Jeune Afrique en anglais.

Béchir Ben Yahmed et Afif Ben Yedder
Béchir Ben Yahmed et Afif Ben Yedder.

 

Au fil des décennies, le groupe a diversifié ses activités. Il dispose d’un département événementiel et d’un service de relations avec les médias. Il conseille également les institutions africaines et internationales sur les questions de communication stratégique en Afrique. IC Events organise des conférences, des ateliers et des cérémonies panafricaines, dont les prestigieux Trophées African Banker.

Le contenu éditorial et l’orientation du groupe ont toujours été axés sur l’évolution du continent dans tous les domaines, en recherchant activement et en défendant le meilleur tout en ne ménageant pas ses efforts lorsqu’une critique constructive s’impose.

« Nous nous efforçons également de fournir aux Africains une plateforme leur permettant d’exprimer leurs opinions et d’élaborer un programme africain. Nous avons également entrepris d’amplifier la voix d’un continent souvent marginalisé, ainsi que de mettre en valeur et de célébrer la diversité et les cultures vibrantes du continent africain », explique-t-il.

Afif Ben Yedder a toujours donné à ses équipes toute latitude pour s’exprimer et faire preuve de créativité. Cependant, on reconnaît aussi en lui sa rigueur, insistant sur le respect des délais et de la précision, ainsi que sur la responsabilité financière. « Mes principes directeurs sont l’authenticité, l’intégrité et le fait de placer les intérêts de l’Afrique au centre de tout notre travail. »

 

Combattre les stéréotypes

Anver Versi, qui travaille pour le groupe depuis le début des années 1980 et qui a occupé la charge de rédacteur en chef de chacun des titres, à un moment ou à un autre, et qui est actuellement rédacteur en chef d’African Banker, résume le rôle d’Afif Ben Yedder en tant qu’éditeur :

« Afif a pris son rôle d’éditeur très au sérieux. Il ne s’agissait jamais pour lui d’un projet de vanité. Il a toujours insisté sur le fait que nous étions une entreprise et que le lecteur passait avant tout. Sans lecteurs, pas d’annonceurs, pas de publication. Nous devions offrir un bon rapport qualité-prix. Les lecteurs devaient apprécier le contenu et être informés. L’écriture et la conception devaient être de première classe, à chaque fois. Il était toujours la personne la plus active du bureau et vous obteniez une réponse et une décision immédiates, quelle que soit l’heure à laquelle vous l’appeliez pour lui faire part de votre problème. »

L’avenir appartient à l’Afrique

Afif Ben Yedder a également été salué pour son sens des affaires exceptionnel dans un domaine considéré comme l’un des plus difficiles et des plus complexes. « Mon conseil aux entreprises de médias africaines est de se concentrer sur la durabilité. Au cours de ma vie, j’ai vu de nombreuses marques de médias se lancer et échouer à cause d’un manque d’intérêt pour la durabilité. C’est un message important à faire passer aux futurs propriétaires de médias. »

Parce qu’il a grandi dans l’Afrique de l’après-indépendance et qu’il est conscient des défis et du potentiel du continent, les idéaux panafricains de Kwame Nkrumah et Habib Bourguiba ont profondément influencé la vision du monde d’Afif Ben Yedder et continuent de l’animer, aujourd’hui encore. Il a toujours été un fervent défenseur du génie africain et s’est battu contre les stéréotypes négatifs de l’Afrique qui subsiste malheureusement dans certains milieux.

Le journaliste multimédia Henry Bensu et Omar Ben Yedder, éditeur de IC Publications, lors des African Banker Awards, en 2021.

 

Un jour, alors qu’un célèbre auteur africain se moquait des dirigeants africains et suscitait des rires, il s’est levé et a prononcé un discours passionné sur le fait que, face à des défis similaires, peu de dirigeants mondiaux auraient été en mesure de s’attaquer aux problèmes du continent comme l’ont fait bon nombre de nos dirigeants. Il a été ovationné.

Au cours de sa carrière, Afif Ben Yedder a rencontré pratiquement tous les dirigeants politiques et économiques africains, ainsi que les grands artistes du continent. Il a toujours eu l’heureux don de se faire des amis instantanés parmi eux. Il l’a reconnu un jour en expliquant que c’était facile car « ils m’intéressent toujours beaucoup et c’est toujours un plaisir de rencontrer quelqu’un qui travaille pour l’amélioration du continent ».

 

L’Afrique que nous voulons

Grâce à ses publications, il a profondément influencé le cours intellectuel du continent et a eu un impact positif sur de nombreuses vies sur le continent et au-delà. Son succès en tant qu’éditeur, après avoir traversé des périodes extrêmement difficiles avec un courage et une détermination incroyables, est en soi un exemple qui montre que si le rêve est suffisamment fort, il se réalisera.

Les revers ne l’ont jamais découragé. Ses mots d’ordre sont la persistance, la résilience et l’audace, et ce sont des traits de caractère qu’il s’efforce d’inculquer à ceux qui l’entourent et à la communauté africaine. « Nous devons nous efforcer d’obtenir le meilleur et ne pas être freinés par la tyrannie des faibles attentes. L’Afrique est riche et pleine de ressources et nous devons lutter contre les forces internes et externes qui entravent le progrès », considère-t-il.

Afif Ben Yedder est le fondateur de IC Publications (African Business, New African et African Banker).Après avoir parcouru le monde, lorsqu’il repense à sa carrière, l’aspect le plus gratifiant du travail en Afrique est sans doute de voir et de vivre l’humanité et la beauté intérieure incomparables de notre merveilleux continent.

L’année dernière, il a célébré 60 années d’aventure, de tempête et parfois d’exaltation dans le monde des affaires. Il a menacé de prendre sa retraite il y a plus de dix ans, mais l’encre des imprimeurs qui coule dans ses veines et le sentiment qu’il reste encore beaucoup à faire ne lui ont pas vraiment permis de s’éloigner des deux amours de sa vie : la presse et l’Afrique.

Après avoir parcouru le monde, il dit avoir appris à apprécier encore plus la beauté intérieure du continent et de ses habitants.

Le rêve d’Afif Ben Yedder a toujours été celui d’une Afrique renaissante, vivant en paix avec elle-même et avec les autres et éliminant peu à peu tous les défis hérités pour émerger comme une force majeure pour le bien dans notre monde troublé. Il n’a jamais dévié de ce rêve et, année après année, il doit se réjouir du fait que le continent se rapproche de plus en plus de l’« Afrique que nous voulons ».

*****

En bref

Repenser les médias africains

 

Le sommet AllAfrica Media Leaders’ Summit se déroule du 8 au 10 mai 2024 à Nairobi, au Kenya, et mettra en valeur la diversité et le dynamisme du paysage médiatique de ce pays.

Ce rendez-vous réunit plus de 300 propriétaires et opérateurs de médias africains, des responsables gouvernementaux, des chefs d’entreprise, des universitaires, des champions de la société civile et des partenaires du développement pour discuter des activités des médias et du rôle essentiel qu’ils doivent jouer pour façonner l’avenir de l’Afrique. Le développement économique et humain, le progrès social, la paix, la sécurité et une gouvernance responsable et efficace ne peuvent s’épanouir sans une diffusion d’informations justes, précises et fiables à l’ère numérique. Le sommet de 2024 aura pour thème « Repenser les médias africains en période de transformation critique ».

@NA

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *