x
Close
Coopération

Afrique Caraibes, un Forum fructueux

Afrique Caraibes, un Forum fructueux
  • PubliéSeptember 6, 2022

Lors du premier Forum sur le commerce et l’investissement entre l’Afrique et les Caraïbes (ACTIF2022), les délégués ont débattu des opportunités de renforcer les liens entre le continent africain et les pays de la Communauté caribéenne.

 

À la fin de d’un forum de trois jours qui vient de se tenir à la Barbade, les participants étaient convaincus qu’il existe des synergies et des opportunités évidentes entre les Caraïbes et l’Afrique, et que la seule limite est celle de l’imagination.

Les échanges commerciaux entre les deux régions sont encore faibles. Cependant, quand on pense que l’Afrique importe 4,5 milliards de dollars de poissons par an et que moins de 1 % provient des Caraïbes, il est évident que les liens commerciaux peuvent être renforcés.

Au cours du Forum, le Centre du commerce international a publié un rapport qui explique comment les échanges commerciaux peuvent augmenter rapidement d’un milliard de dollars au cours des cinq prochaines années dans des secteurs allant de l’agroalimentaire et des soins de santé , au tourisme, aux engrais et aux automobiles.

Les estimations actuelles, a révélé Carla Natalie Barnett, secrétaire générale de la CARICOM, situent les échanges commerciaux à un peu moins de 1,5 milliard $. Sur les 18,8 milliards $ d’exportations des pays de la Caricom vers le monde, l’Afrique, avec 800 millions $, ne représente que 4,4 %. Et sur les 33 milliards $ d’importations, seuls 603 millions $ proviennent du continent africain.

Les liens entre le continent africain et les pays de la Caricom (Communauté caribéenne) ont été renforcés pendant la crise de la Covid-19, lorsque les pays de la Caricom, en 2020, ont rejoint le programme d’acquisition de vaccins mis en œuvre par la taskforce de l’Union africaine, le CDC africain et l’Afreximbank.

Un accord de partenariat entre Afreximbank et sept États des Caraïbes a été signé au cours du Forum dans le but de « lancer des investissements pour concrétiser les relations commerciales entre les deux régions, en se concentrant immédiatement sur l’établissement d’un pont aérien et sur la mise en relation entre entreprises par l’intermédiaire du nouveau Conseil des affaires Afrique-Caraïbes ».

Comme beaucoup de petits pays, les nations insulaires des Caraïbes avaient été mises à l’écart lorsqu’il s’agissait d’accéder aux vaccins. Elles ont trouvé solidarité et soutien de l’autre côté de l’Atlantique en participant à la facilité de 3 milliards $ créée par Afreximbank pour acheter des vaccins à grande échelle et en temps voulu. Grâce à cette facilité, 3 millions de vaccins ont été acquis pour le compte des pays de la Caricom.

 

Une collaboration historique

 Les liens commerciaux ne sont peut-être pas aussi forts qu’ils le devraient, ont reconnu les participants. De nombreux intervenants, dont le Premier ministre de la Barbade, Mia Mottley – dans un discours enthousiaste –, ont souligné que ces liens ont toujours existé et que ce partenariat n’a été négligé qu’au cours des quarante dernières années, principalement en raison d’un manque de volonté politique.

Les précurseurs de l’indépendance africaine et les intellectuels noirs du XXe siècle, comme Marcus Garvey, ont toujours été proactifs dans l’entretien et la construction de liens commerciaux et politiques dans leur quête d’une véritable indépendance politique et économique.

Mia Mottley a reconnu que les choses prendraient du temps, mais il est clair qu’un lien a été établi. « Il n’est pas prévu que nous puissions inverser les siècles en quelques années, mais il est prévu que certains devront avoir le courage de sauter du navire et de faire en sorte que cela se produise. »

Afrique Caraïbes, des ponts en construction

En ce qui concerne la manière dont les deux régions peuvent collaborer, lors d’une session axée sur le développement des zones économiques spéciales, René Awambeng, responsable mondial des relations avec les clients de l’Afreximbank, a fait remarquer que l’Afrique représente moins de 2 % de l’industrie manufacturière mondiale, alors que plus de 70 % de ses exportations sont sous forme de matières premières. La banque investit massivement dans les ZES (Zones économiques spéciales) dans le but de développer de plus grandes capacités de fabrication. À son sens, il n’y a aucune raison pour qu’une ZES ne puisse pas être établie à Dakar pour exporter des produits manufacturés vers la Barbade, en utilisant les îles comme plateforme de transbordement pour accéder aux marchés d’Amérique du Nord et d’Amérique latine.

 

Des engagements fermes

Pour que le commerce et les investissements se développent, il faudrait néanmoins créer des ponts aériens et maritimes. Diverses annonces ont été faites au cours de ces trois jours. Par exemple, Afreximbank a annoncé qu’elle allait accueillir davantage de stagiaires des Caraïbes dans le cadre de son plan de renforcement des liens et des capacités.

La banque a également l’intention de créer une banque d’import-export caribéenne avec un investissement de 700 millions $. « Une fois les accords conclus et visibles, nous ouvrirons également un bureau dans les Caraïbes. Et si nous sommes d’accord, la banque travaillera avec les gouvernements de la CARICOM pour installer une banque d’import-export caribéenne en tant que filiale ou société affiliée d’Afreximbank. » Cette dernière, a-t-il confirmé, « engagera un investissement de 700 millions $ dans les Caraïbes dès qu’un bureau régional sera ouvert ».

Ce montant s’ajouterait aux 250 millions $ que la Banque a déjà mis à disposition pour soutenir le commerce et les investissements Afrique-Caraïbes.  De leur côté, les pays de la  Caricom ont annoncé leur intention de rejoindre le capital de la Banque.

De plus, un accord de partenariat entre Afreximbank et sept États des Caraïbes a été signé au cours du Forum dans le but de « lancer des investissements pour concrétiser les relations commerciales entre les deux régions, en se concentrant immédiatement sur l’établissement d’un pont aérien et sur la mise en relation entre entreprises par l’intermédiaire du nouveau Conseil des affaires Afrique-Caraïbes ».

Ce Forum a attiré plus de 1 000 délégués, dont  700 participants venus de tout le continent. ACTIF2022 a été organisé par le gouvernement de la Barbade et Afreximbank, en collaboration avec la Commission de l’Union africaine, le Secrétariat de la ZLECAf, l’Africa Business Council, le Secrétariat du CARICOM et l’Agence caribéenne pour le développement des exportations.

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.