Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Contrepoint

Du New Deal pour les États fragiles

Les occasions de dialogue entre les acteurs publics et privés sont nombreuses, aujourd’hui. Le New Deal pour l’engagement dans les États fragiles, porté par 47 pays et organisations, peut structurer les échanges et aider à fixer des caps pour l’engagement des entreprises.

Par Nicolas Bouchet

Le New Deal pour l’engagement dans les États fragiles est un accord né en 2011, signé par des pays en développement dits « fragiles », des bailleurs de fonds et des organisations internationales. Il vise à établir les conditions de paix et de stabilité indispensables au développement économique et social, favorisées par des pratiques de coopération innovantes et adaptées aux contextes de conflit.

L’emploi des jeunesses africaines est un enjeu fort pour la Paix, alors que le chômage croissant de jeunes qualifiés pour des filières qui ne peuvent tous les accueillir, dans le secteur manufacturier en particulier, accroît les risques d’instabilité.

L’accord a pour ambition de faire sortir ces pays de leurs situations de fragilité institutionnelle et sociale et assume une dimension politique.

Celle-ci n’avait cependant trouvé que peu d’écho dans le contexte des Objectifs du millénaire adoptés par les Nations unies en 2000, qui n’intégraient pas l’impact des conflits sur les pays fragiles. Depuis 2015, le nouveau cadre des ODD (Objectifs du développement durable) donne un espace aux ambitions des tenants du New Deal dont certains sont les pays les plus concernés par les conflits comme la Centrafrique, la RD Congo ou le Soudan du Sud.

Leur approche emploie le dialogue politique, avec la société civile notamment, et la réforme des rapports entre l’administration centrale, les pouvoirs locaux et les communautés.

L’ODD 16 recherche bien « l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous » et les signataires du New Deal ont saisi cette occasion de montrer l’importance de la consolidation de la Paix pour le développement jusque dans ses dimensions économiques et commerciales. Leur publication, Le rôle du New Deal dans l’atteinte des ODD dans les pays touchés par les conflits et la fragilité, met en avant les correspondances de l’accord avec pas moins de 14 objectifs sur les 17 qu’en compte la stratégie onusienne.

La participation à la prévention des conflits n’est pas encore une évidence pour les milieux économiques. Les intérêts des acteurs privés en Afrique sont pourtant directement concernés car les pays considérés comme fragiles sont majoritairement africains : sur 36 « situations de fragilité », la Banque mondiale en dénombre 20 sur le continent. Les conflits armés y défont les marchés et entraînent des pertes économiques lourdes. La dégradation des rapports de l’État avec la société civile met en danger le cadre réglementaire des entreprises.

Vers des politiques légitimes, aux yeux du secteur privé

Le délitement des institutions, judiciaires en particulier, se produit aux dépens des entreprises, des investisseurs et des consommateurs, donc du climat des affaires. La protection des intérêts du secteur privé s’en ressent, nous voyons chaque année la forte volatilité du rang des pays africains dans le rapport Doing Business publié par la Banque mondiale.

Face à ces enjeux, le New Deal cherche à rendre objectifs les liens entre acteurs publics et privés et donner autant d’importance aux investissements des uns qu’à l’activité des autres. Devant les représentants du privé, les pays membres de l’accord promeuvent de concert des « politiques légitimes » et le maintien des « fondamentaux économiques ».

Un discours qui pourrait parler aux milieux économiques africains et les investisseurs internationaux, tant le prix de la reconstruction post-conflit pèse sur leurs intérêts. Dans leur rapport Chemins pour la paix, la Banque mondiale et l’ONU estiment en moyenne à plus de 30 milliards de dollars les coûts des destructions, donc de l’interruption de l’activité causés à un pays par un conflit violent.

Viennent ensuite de lourds investissements post-conflit que les États et l’aide internationale ne peuvent couvrir seuls. Les pays touchés par les conflits ne sont d’ailleurs pas les seuls à en souffrir : leurs voisins voient la croissance du PIB diminuer de 1,4 point et le taux d’inflation augmenter de 1,7 point.

Les dividendes de la Paix

Les acteurs du développement donnent des pistes de convergence entre investissement public et privé, comme la création de marchés, la formation de revenus, donc la création d’emplois, ceux des jeunes en particulier.

L’emploi des jeunesses africaines est un enjeu fort pour la Paix, là où la population urbaine explose mais la majorité du travail demeure lié au secteur agricole. Le chômage croissant de jeunes qualifiés pour des filières qui ne peuvent tous les accueillir, dans le secteur manufacturier en particulier, accroît les risques d’instabilité.

Le New Deal souligne enfin l’importance du financement des services essentiels, comme d’assurer l’accès équitable de tous aux soins médicaux, à l’éducation, à l’eau. À rebours, l’exclusion de populations de ces services sur des bases régionales, politiques ou commerciales soutient des inégalités qui sont autant de risques de violence.

Ces analyses sont autant d’appels lancés au secteur privé à investir dans la stabilité des pays africains. L’idée de dividendes de la Paix apparaît comme une incitation supplémentaire pour les acteurs économiques à s’intéresser à la prévention des conflits.

Dans un scénario dit « pessimiste », où les chances de réussite des mesures de prévention seraient de 25 %, les recherches citées par les Nations unies et la Banque mondiale estiment les économies réalisées par pays proches de 5 milliards $. Un coût annuel à comparer à celui de la prévention, estimé à 1 milliard $ et qui éviterait des destructions au montant dix fois supérieur. 

*Carte d’illustration, source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (pôle géographique)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts