Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Construction

Guinée : Lancement des travaux du barrage d’Amaria

Le président Alpha Condé a lancé les travaux de construction du barrage hydroélectrique d’Amaria, sur le fleuve Konkouré, à 38 km de la sous-préfecture de Tanènè (préfecture de Dubréka).

Par Gérard Choisnet

Dans une communication au gouvernement relative au projet de convention minière entre la Guinée et TBEA Group, le ministre des Mines et de la géologie, Abdoulaye Magassouba, indiquait le 28 décembre que TBEA est une société de droit privé chinoise cotée en Bourse, basée dans la ville d’Urumqi (Xinjiang).

A travers cette convention de base, TBEA souhaite exploiter les ressources en bauxite (notamment le bloc de Santou Nord et des périmètres de recherche additionnels) situées dans les préfectures de Boffa, Télémelé et Boké.

Ce projet « ambitieux et stratégique pour la Guinée » selon le ministre des Mines, porte sur le développement par phases sur le territoire national d’une chaîne de production intégrée de la bauxite à l’aluminium, assortie d’infrastructures portuaires, énergétiques et ferroviaires, et d’une zone industrielle multi-activités et multi-secteurs.

Lors de la première phase du projet, TBEA procèdera à la construction et à l’exploitation d’une mine de bauxite d’une capacité initiale de 10 millions de tonnes par an, d’une raffinerie d’alumine d’une capacité de1 million t/an, d’une fonderie d’aluminium d’une capacité de 200 000 t/an et d’une centrale thermique d’une puissance initiale de 75 MW, ainsi que de la centrale hydroélectrique d’Amaria d’une puissance installée de 300 MW.

La production de bauxite devrait démarrer le 30 juin 2019, et celle d’alumine le 30 juin 2021. La mise en service de la fonderie est prévue dans un délai de 7 ans et demi à compter de l’entrée en vigueur de la convention de base. La centrale thermique, la centrale hydroélectrique et le port à réaliser par TBEA au cours de cette phase initiale seront accessibles aux tiers.

Plusieurs phases additionnelles portant sur la réalisation d’autres infrastructures transformatrices sont prévues. TBEA entend créer au total plus de 10 000 emplois locaux directs et indirects.

Le ministre des Mines a noté l’engagement de l’investisseur à réaliser un investissement initial de 2,89 milliards $, et il a été accepté de favoriser un tel investissement par la mise en place de mesures spécifiques d’incitations fiscales et d’accompagnement. Les travaux du barrage d’Amaria sont prévus sur une durée de 56 mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Le mirage « Bobo 2010 »

    Bobo-Dioulasso est la préfecture des Hauts- Bassins. Avec plus d’un million d’habitants, la ville est aussi la deuxième du pays. Considérée comme la capitale économique …

  • Areva gèle le site d’Imouraren

    Face à la baisse des cours de l’uranium, Areva retarde toujours l’exploitation du gisement géant d’Imouraren, au nord du Niger. Cette décision prive de leur …

  • N’Djamena la métamorphose

    Bâtiments administratifs, infrastructures hôtelières, voiries urbaines… La capitale tchadienne change, chaque jour, de visage, grâce aux revenus du pétrole. Mais les défis restent nombreux. À …

  • Valoriser les matériaux au Congo

    Face aux besoins de la construction, le Congo doit encourager la production des matériaux. Si le béton — modernisme oblige — reste privilégié, les choix …