Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Cameroun : Plaidoyer patronal pour une réforme fiscale

Le Groupement inter-patronal du Cameroun a remis un volumineux document de propositions au ministre des Finances, plaidant pour une meilleure fiscalité des entreprises, dans l’élaboration du budget 2019.

Douala, Frédéric Nonos

Le plus important mouvement patronal du Cameroun, le GICAM, vient de suggérer un train de mesures visant à élargir l’assiette fiscale tout en protégeant le tissu productif, générateur de croissance. Ce document de 310 pages a été remis le 28 mai 2018 au siège du Groupement, à Louis-Paul Motaze, ministre des Finances.

Il s’agit d’une étude réalisée par un collège d’experts à la demande du patronat. De cette étude, il ressort que le Cameroun doit changer son système fiscal : « Il s’agit de sortir du principe de fiscalisation sur le chiffre d’affaires pour revenir au principe et à l’orthodoxie de fiscalisation des entreprises sur le bénéfice », précise Célestin Tawamba, président du GICAM.

Le dialogue public-privé en marche

Dans le détail, l’organisation patronale propose des mesures d’élargissement de l’assiette fiscale permettant à l’État « d’engranger des recettes supplémentaires de l’ordre de 65 milliards de F.CFA (99 millions d’euros), et ce, uniquement par la restructuration du système d’impôt libératoire », explique-t-il. Toutefois, la mise en application de cette réforme nécessite des études plus approfondies pour valider ces simulations du patronat camerounais.

Du côté de l’administration, la mesure semble bien perçue, d’autant plus que le dialogue secteur public-secteur privé fait partie des priorités du gouvernement. En effet, le système fiscal, dont les véritables dernières réformes datent des années 1993-1994 et de 2007, a connu des évolutions, ces dernières années, qui n’ont guère satisfait le patronat camerounais.

Le système fiscal reste redouté par les entreprises, du fait de sa complexité et de son caractère injuste. Bien plus, pour certaines entreprises, cette fiscalité, dénonce le patronat, est devenue confiscatoire, et, redoutent certains économistes, elle s’est muée en frein au développement.

Pour le ministre des Finances, cette proposition est la contribution du secteur privé à la résolution de la crise économique que traverse le Cameroun. « Le gouvernement n’a pas le monopole de la vérité. Les intelligences du GICAM, lorsqu’elles sont mises à contribution pour nous aider à trouver des propositions à cette solution, sont les bienvenues », a déclaré l’argentier du Cameroun.

Louis Paul Motaze observe que « le cadre de concertation qui avait déjà été mis en place entre l’administration et le secteur privé va être revisité et mis en application. Mais également, dans le cadre de la redevabilité mutuelle, nous allons faire en sorte que chaque fois que des propositions comme celles-là sont formulées, qu’elles soient examinées et que le sort qui mérite d’être donné soit donné », réitère-t-il aux chefs d’entreprise qui souhaitent l’établissement d’un climat de confiance entre le secteur public et le secteur privé.

Un impôt plus juste

Cette mesure vise également à rendre l’impôt plus juste. Depuis 2013, les recettes fiscales ont augmenté de 66 %, soit 714 milliards F.CFA, alors que le taux de croissance a baissé de plus de 2 points (de 5,4 % à 3,2 %). Dans le même temps, le chiffre d’affaires des grandes entreprises a chuté de 15 % à 8 500 milliards F.CFA.

Autrement dit, pendant que l’économie régresse, que les entreprises s’appauvrissent et détériorent leur capacité d’autofinancement, l’administration fiscale engrange des recettes en forte augmentation, au risque de casser l’outil qui est à l’origine de ces recettes. Un paradoxe qui, d’après Célestin Tawamba, ne peut s’expliquer que par l’augmentation de la pression fiscale sur ces entreprises. 

Rate this article

Author Thumbnail
Written by African Business

Fort de son succès, ce magazine est une référence pour les femmes et les hommes d’affaires en Afrique. Il permet aux décideurs d’avoir une approche concrète du marché et de saisir de nombreuses opportunités à travers le continent africain. African Business est respecté et reconnu pour son intégrité éditoriale et sa contribution au développement de l’Afrique. Tous les secteurs de l’économie sont couverts par des journalistes renommés. Les numéros annuels sur les “200 Premières banques” et les ‘‘250 Premières entreprises’’ sont devenus de réels outils de travail et des indicateurs du climat des affaires en Afrique. Chaque année, les Trophées d’African Business récompensent la réussite des entrepreneurs et des les entreprises les plus performantes du continent.

Related Posts

  • AfroChampions : La force de l’initiative…

    L’initiative AfroChampions veut transformer et développer le continent. Quelques mois après son lancement officiel, elle continue de mobiliser les acteurs majeurs du secteur privé africain. …

  • Le Gabon agricole du ministre Moussavou

    Face aux défis de l’agriculture au Gabon, un meilleur système d’accès à la propriété foncière et l’amélioration des infrastructures représentent les principaux éléments de réponse, …

  • Afrique : Accélérer sa transformation…

    L’année 2018, est-elle historique ? La signature des accords visant à la création de la Zone de libre-échange en Afrique, soutenue par l’initiative AfroChampions et …

  • Le bois, l’or brun du Gabon

    « Faire du Gabon un leader mondial du bois tropical certifié » telle est l’ambition annoncée par le chef de l’État à l’horizon 2025. Ambition …

  • Gabon : Restructuration de l’agriculture

    L’État s’est engagé dans une vaste restructuration du secteur agricole, appuyé par les bailleurs de fonds, résolument décidé à respecter les objectifs de la Déclaration …

  • Gabon, en quête d’un nouveau souffle

    Pour sortir de l’ambiance d’attentisme de ces dernières années, le Gabon se lance dans une nouvelle dynamique : revitaliser la vie politique par de nouvelles …