Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Brèves

Afrique : Brèves économiques et financières

Niger

Inauguration du 3ème échangeur de Niamey  

Le président Issoufou Mahamadou a inauguré le 3 avril le 3ème échangeur de Niamey, dénommé ‘Échangeur Diori Hamani’, du nom du premier Président du Niger indépendant.

Les travaux de construction de l’échangeur Diori Hamani, situé sur le boulevard de l’Indépendance, ont été officiellement lancés le 26 juin 2015 et ont effectivement démarré le 15 décembre suivant. Ils ont été exécutés par Sogea Satom (groupe Vinci) pour un coût global de plus de 49 milliards de F.CFA hors taxes, et avec un délai d’exécution de 32 mois. Ces travaux ont été financés par la BOAD, la BOA Niger et l’Etat nigérien.

Les travaux du marché de base se sont achevés le 15 mars 2018, précise Sogea Satom. Ce projet permet de fluidifier le trafic dans cette zone de très forte activité commerciale (marché Katako). De plus, l’aménagement du lit du Gountou Yena a permis un drainage structuré des eaux pluviales et usées qui étaient à l’origine de l’insalubrité dans les quartiers. ISC (Vinci Construction France), Freyssinet, Terre Armée (filiales de Soletanche Freyssinet) et LSE (Vinci Construction International Network) participaient également à ce projet, dont le montant du contrat s’élevait à 63 millions d’euros (41,3 milliards de F.CFA).

Cette infrastructure vient s’ajouter à celles déjà réalisées dans le cadre de ‘Niamey Nyala’, a souligné le Président, citant notamment la centrale thermique de Gorou Banda, l’Hôpital général de référence, le boulevard Tanimoune, la route de Goudel, l’échangeur Mali Béro, l’échangeur du Rond-point des martyrs, etc., ainsi que des écoles et des infrastructures sanitaires.

« La ville de Niamey se modernise, elle change de visage », a déclaré le chef de l’Etat, et « de plus en plus, Niamey va mériter son nom de ‘Niamey Nyala’ ou Niamey la Coquette. » D’autres projets sont ainsi en cours de réalisation tels que le renforcement de l’éclairage public, la modernisation de l’aéroport international Diori Hamani, la reprise de la voie expresse reliant cet aéroport au centre-ville, le renforcement des capacités en eau, le 3ème pont dénommé Seyni Kountché, l’aménagement de la corniche Yantala, la réalisation d’infrastructures hôtelières dans la perspective de la 33ème conférence au sommet de l’Union africaine que Niamey accueillera en 2019, la construction d’un nouveau Palais des Congrès …

Sénégal

Deux nouveaux projets photovoltaïques pour ENGIE

Le groupe français ENGIE et son partenaire d’investissement Meridiam ont été retenus par la Commission de régulation du secteur de l’électricité (CRSE) sénégalaise comme soumissionnaire privilégié dans un appel d’offres lancé en octobre 2017 pour deux projets solaires photovoltaïques, représentant une puissance totale de 60 MW.

Selon ENGIE, ces deux projets font partie de l’initiative Scaling Solar, menée conjointement au Sénégal par les autorités et la Société financière internationale (SFI), du Groupe Banque mondiale. Ces projets sont situés à Kahone, dans la région de Kaolack, et à Touba-Kaël, dans la région de Diourbel. ENGIE et Meridiam détiendront 40 % chacun dans la société du projet. Le Fonds souverain d’investissements stratégiques (Fonsis) sénégalais sera actionnaire à hauteur de 20%. La construction et l’exploitation des centrales seront dirigées et exécutées par ENGIE.

« Nous nous attacherons maintenant à finaliser les projets pour livrer la centrale solaire photovoltaïque la plus compétitive », a déclaré Yoven Moorooven, CEO d’ENGIE Afrique)

« Grâce à la réduction des coûts de l’équipement solaire, ce projet particulier aura un impact important sur le développement en augmentant la capacité du Sénégal de générer de l’énergie propre à un prix très concurrentiel », renchérissait Mathieu Peller, COO de Meridiam Afrique.

Au Sénégal, ENGIE participe déjà au projet Senergy, une centrale solaire photovoltaïque de 30 MW à Santhiou Mekhé, et au projet Ten Merina, une centrale solaire photovoltaïque de 29,5 MW dans la région de Thiès, près de Dakar. Ces deux projets sont actuellement en exploitation. En 2017, ENGIE a conclu un partenariat avec l’Agence nationale des énergies renouvelables (ANER), qui vise à accélérer le développement de ces énergies au Sénégal. Le groupe met également en œuvre des solutions d’énergie solaire destinées aux ménages ruraux au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun. ENGIE a par ailleurs été sélectionné sur le projet de Train express régional (TER) de Dakar, en partenariat avec Thales, pour la conception et la production de l’infrastructure et des systèmes, dont le contrat s’élève à 225 millions d’euros.

L’agriculture et l’énergie soutenues par la BID

A l’occasion de sa participation à la 43ème réunion annuelle du Groupe de la Banque islamique de développement (BID) organisée à Tunis, du 1er au 5 avril, Amadou Ba, ministre de l’Economie, des finances et du plan, a signé le 4 avril deux accords avec la Société islamique pour le financement du commerce international (ITFC).

Le premier accord, d’un montant de 50 millions de dollars, soit 26,7 milliards de F.CFA, est relatif au  financement par la Sonacos de son programme de collecte de graines d’arachide 2017-2018.

Le second accord porte sur une garantie de financement à la Senelec pour un montant de 110,5 millions d’euros, soit 72,5 milliards de F.CFA, en vue d’optimiser la fourniture d’électricité dans le pays, notamment par la sécurisation de l’approvisionnement en produits pétroliers destinés aux centrales thermiques de l’entreprise.

En outre, le Sénégal a été retenu pour un programme pilote dans le cadre de  » l’initiative régionale de la chaîne de valeur riz » initiée par le Groupe de la BID pour un montant de 175 millions $, environ 95 milliards de FCFA, qui concerne 10 pays.

Afrique centrale

Cameroun

Progression du projet hydroélectrique de Nachtigal

Le ministre des Finances, Louis Paul Motaze, a reçu le 3 avril Marianne Laigneau, directrice exécutive Groupe de EDF en charge de la Direction internationale.

Selon celle-ci, les progrès de la phase préparatoire du projet hydro-électrique de Nachtigal amont sont en bonne voie, en particulier d’un point de vue industriel et technique. Les plans ont été achevés et les promoteurs ont une idée claire de la structure architecturale du barrage. « Nous avons beaucoup de prêteurs participant au projet et ils sont complètement engagés à voir le projet comme réussi. Le plan d’investissement d’ENEO est toujours en négociation. Mais ce n’est pas vraiment un obstacle. Nous travaillons ensemble pour atteindre le bouclage financier du projet. » Les indemnités ont déjà été payées aux propriétaires terriens qui doivent évacuer la zone du futur barrage.

Le projet hydroélectrique Nachtigal amont est développé par la Nachtigal Hydro Power Company (NHPC) créée en 2016, dont les actionnaires sont l’Etat du Cameroun (30%), la Société financière internationale (SFI) (30%), filiale de la Banque mondiale, et Electricité de France International (EDFI) (40%).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Afrique : Brèves économiques et financières

    Électrification rurale avec les Etats-Unis Thièm Bolidja, directeur général de l’Agence togolaise d’électrification rurale et des énergies renouvelables (AT2ER), a participé au sommet de l’Alliance solaire …