Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Art et Culture

Arts : Pour l’histoire des peuples noirs

Dans leur rapport publié en novembre 2018, les deux intellectuels ont d’abord voulu lever l’ambiguïté de cette formulation, proposant des « restitutions pérennes » et d’aller vers « une nouvelle éthique relationnelle » dans la mesure où ces objets, devenus des diasporas, sont les médiateurs d’une relation qui doit être réinventée entre la France et ses anciennes colonies. « Il ne s’agit donc pas de vider les Musées des uns pour remplir ceux des autres. » 

En outre, selon les auteurs du rapport, le processus de restitution ne peut, à l’heure actuelle, concerner qu’une partie des objets et doit être « progressif».

Compte tenu de l’ampleur du pillage – on compte actuellement dans les collections publiques françaises au moins 88 000 objets provenant de l’Afrique subsaharienne, dont près de 70 000 au seul Musée du quai Branly – les auteurs du rapport jugent « vain » de vouloir formaliser à l’extrême les critères de restituabilité. Ils préconisent donc des restitutions « au cas par cas ». 

Ainsi, les auteurs du rapport proposent d’accueillir favorablement les demandes de restitutions concernant les objets saisis dans les contextes militaires, ainsi que les demandes de restitutions portant sur des objets collectés en Afrique lors de « missions scientifiques ».

Idem pour les demandes de restitutions qui pourraient porter sur des objets donnés aux musées français par des agents de l’administration coloniale ou leurs descendants, et des pièces acquises après 1960 « dans des conditions avérées de trafic illicite ».

Pour donner des gages de confiance, le président Macron a décidé, dès réception du rapport, de restituer sans tarder 26 oeuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre du général Dodds dans le palais de Béhanzin, après les sanglants combats de 1892. Reste à savoir si le processus va se poursuivre.

Une réponse à “Arts : Pour l’histoire des peuples noirs”

  1. Bon à savoir
    Merci, amicalement
    Mor Ndiaye Dieng, membre du peuple noir pour la culture et civilisations du monde modernes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts