x
Close
Analyse et Opinion

Une conjoncture meilleure mais un financement coûteux

Une conjoncture meilleure mais un financement coûteux
  • Publiéavril 19, 2024

Le FMI évoque une reprise timide et coûteuse de l’Afrique subsaharienne, dont les pays peinent à trouver des financements à coûts abordables.

 

« Au terme de quatre années turbulentes, l’Afrique subsaharienne semble enfin se rétablir », juge le FMI. L’institution publie son rapport semestriel des perspectives économiques régionales, dont le titre « Une reprise timide et coûteuse », n’incite pourtant guère aux réjouissances.

Quelques signes indéniables de meilleure santé, toutefois : à la faveur de l’assouplissement des conditions financières mondiales, la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Kenya ont émis des euro-obligations en début d’année, mettant ainsi un terme à une période de près de deux ans pendant laquelle la région n’avait plus accès aux marchés internationaux de capitaux. « Les ratios de dette publique se sont largement stabilisés, et l’on observe certains flux de capitaux amorcer un retour dans la région », commente le FMI.

« Les pays d’Afrique subsaharienne ont besoin de plus de soutien de la part de la communauté internationale, et les banques de développement multilatérales et régionales pourraient envisager d’avoir davantage de recours à l’effet de levier sur leurs bilans pour favoriser un avenir plus inclusif, durable et prospère. »

Dans l’ensemble, les perspectives s’améliorent progressivement et l’activité économique reprend modestement. La croissance va passer de 3,4 % en 2023 à 3,8 % en 2024, et près des deux tiers des pays s’attendent à une croissance en hausse. La reprise économique devrait se poursuivre au-delà de cette année ; la croissance devrait atteindre 4,0 % en 2025. En parallèle, le taux médian d’inflation a pratiquement été divisé par deux, de presque 10 % en novembre 2022 à environ 6 % en février 2024.

Toutefois, la situation de la région n’« est pas au beau fixe », et la pénurie de financements se poursuit. Les États sont encore en proie à des manques de financements, des coûts d’emprunt élevés et des risques de refinancement, dans un contexte où la mobilisation des recettes publiques nationales reste faible. Des remboursements d’ampleur se profilent cette année et la suivante, prévient le FMI. Ces difficultés de financement contraignent les pays à réduire certaines dépenses publiques essentielles et à réaffecter au service de la dette des fonds censés financer leur développement, ce qui met en péril les perspectives de croissance des générations futures.

La logique simple du FMI.
La logique simple du FMI, le 19 avril 2024.

 

La pénurie de financement tient en partie à la raréfaction des sources de financement traditionnelles de la région, en particulier l’Aide publique au développement. « Au cours des quatre prochaines années, les besoins de financement bruts extérieurs des pays à faible revenu d’Afrique subsaharienne devraient dépasser les 70 milliards de dollars annuels. » Soit 6 % du PIB.

 

Une année critique

Les sources de financement concessionnel se raréfiant, les États se tournent vers d’autres solutions, « qui se caractérisent souvent par des coûts plus élevés, une plus grande opacité et des échéances plus courtes ».

Les coûts de l’emprunt, au niveau national comme au niveau international, se sont accrus et continuent d’être élevés pour beaucoup de pays. En 2023, les paiements d’intérêts par les États ont représenté 12 % des recettes publiques pour le pays médian d’Afrique subsaharienne, soit plus du double du niveau observé il y a dix ans ; le secteur privé n’est pas épargné par la hausse des taux d’intérêt.

Évoquant les risques, le FMI considère que l’année 2024 sera « critique » pour l’Afrique subsaharienne, où doivent se tenir 18 élections de portée nationale. Les chocs climatiques sont de plus en plus fréquents et étendus, notamment les sécheresses, dont la gravité a atteint des niveaux inédits. Dans le contexte actuel, marqué par des contraintes de financement et des chocs en cascade, la communauté internationale doit prêter plus activement assistance à la région.

Couverture Perspectives économiques avril 2024, FMI.Cela étant, les pays peuvent s’adapter à ces difficultés en agissant de manière prioritaire dans trois domaines. Premièrement, en améliorant la situation des finances publiques, par l’augmentation des recettes publiques. Lesquelles « demeurent la première ligne de défense dans un monde où l’emprunt coûte plus cher et où les possibilités de financement se réduisent ». Cependant, les pouvoirs publics doivent avant tout limiter le plus possible les répercussions négatives du rééquilibrage budgétaire sur les populations et leurs moyens de subsistance. Sachant qu’en matière de financement, subsiste « un besoin urgent de davantage de dons et prêts concessionnels ».

Deuxièmement, juge le Fonds, la politique monétaire devrait rester axée sur la stabilité des prix. À mesure que l’inflation marque le pas, de plus en plus de pays disposeront des marges de manœuvre nécessaires pour baisser les taux d’intérêt. « Une coordination accrue des politiques budgétaire, monétaire et de change est indispensable. »

Enfin et troisièmement, la mise en œuvre de réformes structurelles pourrait permettre de diversifier les sources de financement et l’économie, considère le FMI, qui encourage l’accélération de l’intégration commerciale et à l’amélioration du climat des affaires pour attirer davantage d’investissements étrangers.

*****

Encadré

Existe-t-il une « prime africaine » sur les emprunts ?

 

Les pays d’Afrique subsaharienne ayant accès aux marchés internationaux ont toujours été confrontés à des coûts d’emprunt plus élevés que d’autres pays émetteurs similaires, insiste le FMI. Par exemple, l’émission d’euro-obligations de 2,6 milliards $ par la Côte d’Ivoire en janvier 2024 (avec un écart de taux moyen pondéré d’environ 400 points de base) a été la plus coûteuse à ce jour, bien que les récentes augmentations de coûts puissent être largement attribuées à la hausse des rendements obligataires américains.

L’écart à l’émission pour la Côte d’Ivoire était de 50 points de base au-dessus du prix d’une obligation similaire d’un pays en développement hors Afrique subsaharienne affichant la même notation. Ce fait amène à se poser la question de savoir s’il existe une « prime africaine » reflétant un coût supplémentaire que paieraient les pays africains lorsqu’ils empruntent sur les marchés internationaux, et qui ne saurait être justifiée par la présence de fondamentaux macroéconomiques différents.

Source : FMI.
Source : FMI.

Sans en nier l’existence, le FMI considère que cette « prime africaine » est « assez modeste pour les obligations souveraines et presque inexistante en ce qui concerne les entreprises privées et publiques ». Si l’on prend en compte les fondamentaux spécifiques à chaque émetteur, tels qu’illustrés par la notation de crédit de l’émetteur, les facteurs mondiaux et les caractéristiques des obligations, la prime pour les émissions d’euro-obligations souveraines se situe entre 53 et 88 points de base, avec un point médian de 70 points de base.

Cet écart se creuse lorsque des chocs mondiaux surviennent (jusqu’à 120 points de base) ; cela peut s’expliquer par les contraintes potentielles portant sur la demande des investisseurs et la liquidité.

 

Un débat éludé

En revanche, si l’on se concentre sur les euro-obligations émises par des entreprises privées et publiques d’Afrique subsaharienne, cette prime disparaît : ceci indique qu’il n’y a pas de différences significatives en matière de coûts d’emprunt par rapport à leurs homologues en dehors de la région. « Une explication plausible réside dans le fait que la plupart des sociétés d’Afrique subsaharienne émettant des euro-obligations (comparativement à l’émission d’obligations souveraines) ont généralement une meilleure note en matière de qualité d’investissement, ce qui tient à la présence de bilans plus sains et de meilleures normes de gouvernance et de gestion », observent les économistes de Washington.

À noter qu’explicitement, ces derniers refusent d’entrer dans le débat sur le bien-fondé des agences de notations, débat qu’ils jugent « peu concluant »…

Les prévisions du FMI pour l'Afrique subsaharienne.
Les prévisions du FMI pour l’Afrique subsaharienne.

@AB

Écrit par
Laurent Soucaille

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *