x
Close
Analyse et Opinion

Le Bénin aussi devra financer l’adaptation climatique

Le Bénin aussi devra financer l’adaptation climatique
  • Publiémai 14, 2024

Tout en saluant les efforts d’assainissement budgétaires du Bénin, la Banque mondiale prévient des dangers de l’inaction face aux bouleversements climatiques.

 

La réalisation d’une croissance économique durable et résiliente dans les décennies à venir dépendra des efforts d’adaptation et de financement des investissements climatiques. Tel est le jugement de la Banque mondiale qui publie cette semaine sa deuxième édition du Rapport sur les perspectives économiques du Bénin.

Intitulé « S’adapter au changement climatique pour une croissance économique durable et résiliente », le rapport consacre sa première partie à l’analyse des récents développements économiques et présente les perspectives à moyen terme pour le pays.

« L’apport des capitaux privés est essentiel. Le secteur privé doit saisir les opportunités qu’offrent les mesures d’adaptation climatique pour se positionner comme l’un des moteurs de la croissance verte. »

Il en ressort que d’après la Banque mondiale, la croissance annuelle devrait se stabiliser à 6,2 %, en moyenne, entre 2024 et 2026 (soit une hausse moyenne de 3,5 % du PIB par habitant). Ce,grâce à l’investissement et à l’expansion de la zone industrielle de Glo-Djigbé (GDIZ).

La fin de la subvention de l’essence au Nigeria en mai 2023, les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement par suite de la fermeture de la frontière avec le Niger et les pressions croissantes de la demande ont entrainé une augmentation de l’inflation à 2,8% en 2023, en dessous de la moyenne régionale de 3,7 %.  

Et la Banque mondiale de saluer « les efforts d’assainissement budgétaire réussis en 2023 », grâce à l’adoption de mesures fiscales « innovantes » et à la maîtrise des dépenses. Ces efforts ont permis de ramener le déficit budgétaire à 4,1 % du PIB (contre 5,5% en 2022), soit le niveau le plus bas depuis 2019.

Cette amélioration est due à un accroissement des recettes totales de 0,7 %, qui atteignent 15,0 % du PIB, tandis que les dépenses publiques ont diminué de 0,6 % pour atteindre 19,2 % du PIB. L’assainissement budgétaire devrait se poursuivre à moyen terme, le déficit budgétaire diminuant encore pour atteindre 2,7 % du PIB d’ici à 2026.

 

Prioriser l’adaptation et la résilience

« Grâce aux mesures d’assainissement budgétaires, le Bénin a pu résister aux chocs externes en maintenant une trajectoire de croissance économique appréciable.  La stratégie de mobilisation de recettes à moyen terme permettra de renforcer le programme gouvernemental de mobilisation des recettes intérieures et rendre l’économie du Bénin plus résiliente », souligne Félix Oppong, économiste principal à la Banque mondiale, co-auteur du rapport.

La seconde partie du rapport se penche sur les vulnérabilités de l’économie béninoise face aux changements climatiques. Conformément aux projections du Rapport national sur le climat et le développement, l’étude documente qu’en l’absence d’efforts d’adaptation supplémentaires, le changement climatique pourrait entraîner des pertes économiques croissantes, les pertes annuelles moyennes de PIB pouvant atteindre 19 % d’ici à 2050.

Dès lors, juge la Banque mondiale, « prioriser l’adaptation et la résilience pourrait réduire considérablement la pauvreté et permettre à près d’un demi-million de personnes de dépasser le seuil de pauvreté par rapport à un scénario où aucune mesure politique ne serait prise ».

« Le secteur agricole représentant une part importante de l’économie, il est essentiel d’adapter les pratiques agricoles, de restaurer et de protéger les forêts, et d’investir dans les ressources en eau. »

« Une action décisive dans le secteur agricole est primordiale au regard de son importance dans l’économie béninoise. Il faudra poursuivre la diversification de l’agriculture dans le sens de l’adaptation au climat, promouvoir des systèmes agroforestiers, et restaurer environ 300 000 ha de forêts dégradées », précise Manuela Ravina Da Silva, spécialiste en environnement à la Banque mondiale.

 

Appel au secteur privé

Pour la BM, il est aussi essentiel de remédier aux vulnérabilités du système de santé, en particulier celles exacerbées par le changement climatique, afin de renforcer la résilience des services de santé et d’éducation et de protéger le capital humain. Le renforcement de la résilience aux inondations urbaines et l’investissement dans des infrastructures de transport et numériques résilientes permettront aux personnes et aux marchés de rester connectés.

Enfin, le Bénin devrait donner la priorité aux partenariats avec le secteur privé et au financement des d’investissements climatiques, les avantages à long terme l’emportant sur les coûts.

« Le financement des investissements climatiques ne peut pas reposer uniquement sur l’État et ses partenaires publics, l’apport des capitaux privés est essentiel. Le secteur privé doit saisir les opportunités qu’offrent les mesures d’adaptation climatique pour se positionner comme l’un des moteurs de la croissance verte », conclut Nestor Coffi, responsable des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *