x
Close
Analyse et Opinion

L’Afrique pèse 5,4% du PIB mondial

L’Afrique pèse 5,4% du PIB mondial
  • Publiéjuin 11, 2024

L’Égypte est la première économie du continent, selon les chiffres 2021 à parité de pouvoir d’achat ; les Seychelles dominent le classement en termes de PIB/habitant.

 

Le Programme de comparaison internationale est un partenariat statistique mondial qui produit des parités de pouvoir d’achat et des niveaux de prix comparatifs pour les économies participantes afin de comparer la taille de leur PIB (Produit intérieur brut) et de ses principales composantes à l’échelle internationale, en tenant compte des différences de niveaux de prix. Sur la base des chiffres de 2021 et de ceux de 2017 révisés, ses concepteurs ont remis à jour le programme statistique. Dont la Banque africaine de développement publie aujourd’hui ce qu’elle nomme « les faits saillants ».

Selon les dernières données, donc, l’Afrique représente 5,4 % du PIB mondial en termes de parité de pouvoir d’achat (PPA) et 18,5 % de la population mondiale totale.

L’Égypte conserve la première place du classement des plus grandes économies africaines en PPA pour le cycle 2021, devançant toujours le Nigeria, avec un PIB de 1 900 milliards de dollars en PPA. L’économie africaine a progressé de 28,5 % par rapport à la référence de 2017 et que la part du continent dans les investissements mondiaux a atteint 3,27 %, contre 2,4 % en 2017.

En 2021, la première économie du monde était la Chine, avec un PIB-PPA de 28 800 milliards $, représentant 18,9 % du PIB mondial. Les États-Unis occupaient la deuxième place avec 15,5 % du PIB mondial et l’Inde, la troisième place, avec 7,2 %.

Le Nigeria, donc, pays le plus peuplé d’Afrique, arrive en deuxième position avec un niveau de PIB-PPA de 1 200 milliards $, suivi de l’Afrique du Sud avec 844,7 milliards $. Parmi les cinq plus grandes économies du continent suivent l’Algérie (569,6 milliards $) et l’Éthiopie (382,3 milliards $). Ce qui représente, en parts dans le PIB total de l’Afrique : Égypte (22,9 %), Nigeria (14,7 %), Afrique du Sud (10,3 %), Algérie (7,0 %) et Éthiopie (4,7 %).

 

Maurice et Gabon bien placés en termes de PIB/habitant

Le classement n’est guère modifié si l’on raisonne en dollars courants, l’Égypte avec un PIB de 462,9 milliards $ devance le Nigeria (438,9 milliards $), l’Afrique du Sud (421,6 milliards $), l’Algérie (163,5 milliards $) et le Maroc (141,8 milliards $).

Dans l’ensemble, les résultats révèlent que l’économie africaine a produit des biens et des services d’une valeur d’environ 8 200 milliards de dollars en 2021, ce qui représente donc 5,4 % de la production mondiale et la taille de l’économie africaine mesurée en termes de PPA était supérieure de 28,51 % par rapport à 2017.

Les cinq plus grandes économies d’Afrique représentent ensemble 59,5 % du PIB du continent. Les résultats montrent en outre que la production du continent a été dominée par douze pays ; aux cinq citées s’ajoutent l’Angola, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Kenya, le Maroc, le Soudan et la Tanzanie, qui représentaient collectivement 75 % du PIB de l’Afrique en termes de PPA. À l’inverse, 36 pays africains représentaient individuellement moins de 1 % de la production de la région et, collectivement, 13,04 % du PIB PPA total de l’Afrique.

Le rapport présente également le PIB par habitant de 52 économies africaines analysées.

Mesurés en PIB-PPA réel par habitant, les cinq pays les plus riches d’Afrique sont les Seychelles (29 711,9 $), Maurice (22 246,1 $), le Gabon (19 546,4 $), la Guinée équatoriale (18 180,2 $) et l’Égypte (17 158,4 $).

Suivent le Botswana (16 651,5 $), l’Afrique du Sud (14 222,7 $), l’Algérie (12 893,2 $), la Tunisie (12 159,1 $) et la Namibie (10 705,2 $). À l’exception de l’Égypte, de l’Afrique du Sud, de l’Algérie et de la Tunisie, les six autres pays ont une faible population, comprise entre 0,11 et 2,59 millions d’habitants, et leur part en termes réels de la production régionale varie de 0,06 % à 0,7 %.

En2021, moins d’un quart (19,2 %) des pays africains avaient un PIB réel par habitant inférieur à 2 000 $ ; le Burundi étant le seul pays sous les 1 000 dollars. Soient les cinq économies non riches Burundi (981 $/habitant), la République centrafricaine (1 085 $), la Somalie (1 134 $), le Mozambique (1 440 $) et le Niger (1 538 $).

 

Le Nigeria investit

Le rapport calcule également l’indice du niveau des prix (INP), qui est le rapport entre la PPA d’un pays et le taux de change de sa monnaie par rapport au dollar. Les INP permettent de comparer les niveaux de prix globaux des pays par rapport à la moyenne de l’Afrique. Un INP supérieur à 1 signifie que les prix sont plus élevés que la moyenne de la région, et un INP inférieur à 1 signifie que les prix sont relativement moins élevés que la moyenne de la région.

Le Zimbabwe affiche les niveaux de prix les plus élevés du continent, suivi par le Cap-Vert Verde, Djibouti, les Seychelles et l’Afrique du Sud. Les niveaux de prix les plus bas sont observés au Soudan, en Égypte, en Angola et en Éthiopie.

En matière d’investissements, le Nigeria détient la plus grande part des dépenses de l’Afrique (21,3 %), suivi de l’Égypte (12,10 %), de l’Algérie (10,30 %), de l’Afrique du Sud (9,30 %) et du Maroc (6,0 %). Suivent l’Éthiopie (4,02 %), la Tanzanie (3,9 %), le Kenya (3,5 %), le Ghana (2,49 %) et la Côte d’Ivoire (2,46 %). Ce groupe représente 75,4 % du total des investissements en Afrique. Le Nigéria représente également 30,4 % des investissements en Afrique subsaharienne, suivi par l’Afrique du Sud (13,3 %).

Dans le même temps, 35 des 52 pays africains avaient individuellement une part inférieure à 1 %, représentant collectivement 12,5 % du total des investissements en Afrique.

 

 

 

@AB

Écrit par
Paule Fax

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *