x
Close
Analyse et Opinion

La nouvelle géopolitique : l’heure des BRICS+ a sonné

La nouvelle géopolitique : l’heure des BRICS+ a sonné
  • Publiéjuin 13, 2023

De nouvelles alliances géopolitiques se forment, autour de la Russie, de la Chine, des Occidentaux. Quels sont les risques, les enjeux, tandis que celui du climat est négligé ? Quelle est la place des puissances émergentes dans cette recomposition ?

 

Le tableau mondial actuel, à la suite de la Covid, est un écosystème de chaînes d’approvisionnement qui subit toujours un test de résistance face à ces macro-chocs majeurs  une pandémie suivie d’une guerre, des conditions assez similaires à celles de l’époque de la Grande dépression. Le texte suivant est une actualisation par l’auteur d’un discours prononcé à Londres par Desné Masie, publiée dans le numéro de juin de la revue Insights IC Intelligence. 

Le choc de la guerre entre la Russie et l’Ukraine est évidemment un conflit d’une importance mondiale. Cela tient notamment à l’attention que les médias portent à ce qui se passe à leur porte en Europe. Toutefois, examinons, comme d’autres commentateurs l’ont déjà dit ailleurs, le fait qu’il y ait de nombreux autres conflits en cours dans le monde en ce moment. L’Éthiopie, le Yémen et le Soudan, à l’est et dans la Corne de l’Afrique, pourraient bientôt être complètement déstabilisés, ce qui aura à son tour des répercussions sur les schémas de migration et la stabilité en Europe et au Moyen-Orient. Il y a plusieurs points chauds, des conflits assez graves en cours en dehors de l’Ukraine.

Je crains que cela ne s’aggrave assez rapidement. À moins qu’une intervention diplomatique dramatique et pragmatique axée sur la paix dans le système international ne se produise. Si le conflit en Russie devient inextricable, sans objectif clair, cela continuera d’exercer une pression accrue sur les chaînes d’approvisionnement et donc sur les prix alimentaires et énergétiques, ce qui serait catastrophique alors que les deux semblent être sur le point de baisser. L’inflation, qu’elle soit réelle, motivée par des facteurs fondamentaux ou motivée par la cupidité et la recherche de profits, a fait augmenter les salaires.

Lorsque la guerre en Ukraine a commencé, il était immédiatement évident que les pays africains et du Moyen-Orient n’avaient pas vraiment envie de prendre parti dans le conflit avec la Russie. Le vote au Conseil de sécurité et le fait qu’aucun pays africain n’a imposé de sanctions contre la Russie. De même, aucun pays du Moyen-Orient n’a imposé de sanctions. La Chine se comporte évidemment comme une sorte de Suisse pour le nouvel ordre mondial, mais joue en fait que pour elle-même.

Sérieusement, où ces sanctions sont-elles censées se terminer ? Les pays plus favorables à la Russie vont-ils être isolés et sanctionnés ? Quelle est la stratégie ? En mars 2023, je prédisais que l’Afrique du Sud se rangerait du côté de la Russie et de la Chine en cas de Troisième Guerre mondiale. Ce, parallèlement aux accusations des États-Unis selon lesquelles l’Afrique du Sud aurait fourni des armes à la Russie. La réflexion a-t-elle évolué ?

Certes, les sanctions sont une question transatlantique et européenne, mais il faut continuer à observer, dans les prochains mois, dans quelle mesure la Chine s’impliquera ouvertement et si elle sera encouragée par la position de l’Afrique du Sud à fournir des munitions à la Russie. Qui d’autre pourrait prendre parti en cas d’une telle escalade terrifiante ? La Corée du Nord, l’Iran et la Syrie certainement, et peut-être le Moyen-Orient (à l’exception de l’Arabie saoudite ?) – l’invitation d’Assad à la COP28 de la part des Émirats arabes unis signale certainement que les Émiratis sont prêts à se faire leur propre opinion. Ce sont beaucoup de pétrodollars qui pourraient pencher en faveur de la Russie. Savons-nous même ce que « MBS » pense ? Beaucoup de dirigeants au Moyen-Orient et dans le Sud global attendront de voir dans quel sens souffle le vent.

C’est la loi de la jungle maintenant – les anciennes alliances se sont atomisées. Avec ces nouvelles alliances mondiales potentielles assez audacieuses qui commencent à se former, est-ce que cela pourrait escalader en un conflit mondial ? Cela semble certainement se rapprocher de la Guerre froide 2.0, espérons qu’elle ne se transformera pas en guerre chaude.

 

La décolonisation des relations internationales

L’Afrique du Sud rejoindra certainement la Russie et la Chine plutôt que le Royaume-Uni, comme cela a été le cas pendant la Seconde Guerre mondiale lorsqu’elle était encore une colonie du Royaume-Uni. Il ne faut pas sous-estimer les liens qui se sont tissés entre l’Afrique, la Russie et la Chine dans le cadre du projet de décolonisation de l’Afrique, qui constitue une décolonisation de facto des relations internationales.

Nous assisterons à une série de conséquences malheureuses pour la paix et la prospérité mondiales. Il y aura des gagnants, bien sûr, mais ce seront des seigneurs de la guerre et peut-être des militaires qui contrôlent, par exemple, une flotte de drones satellites capables de fournir un accès à Internet et de faciliter la cyberguerre avec des robots tueurs stockés dans des hangars éloignés.

Ce ne sont là que quelques-unes des choses horribles qui pourraient se produire si les mesures diplomatiques échouent, et elles ne semblent pas fonctionner très bien.

Il sera difficile de parvenir à un accord qui satisfasse tout le monde, et si nous parvenons à éviter les ogives nucléaires qui hantent nos rêves, il y a le spectre du changement climatique  – avec des températures atteignant 50 et 60 °C en Inde, en Arabie saoudite, en Australie et très élevées même en Europe.

 

La géopolitique de l’énergie et du changement climatique

Je n’ai pas besoin de vous parler des bénéfices réalisés par les compagnies énergétiques en Europe suite à la guerre en Ukraine, ce qui n’est pas  bien face à l’augmentation des inégalités. Mais les profits des compagnies pétrolières ont seulement mis en évidence à quel point la géopolitique repose sur l’énergie et donc le changement climatique.

Tous les pays européens ne sont pas favorables aux sanctions non plus. Cela est en partie dû au pipeline Nord Stream 2 et à la dépendance vis-à-vis de la Russie en matière d’énergie. L’Autriche, l’Allemagne et la Hongrie ne sont pas si sûres de vouloir voir des sanctions imposées à la Russie, l’Allemagne ayant été récemment entraînée dans le fragile consensus de l’OTAN.

Vous vous souvenez de l’histoire coloniale de l’Afrique et de la Russie. La Russie a apporté une aide considérable à certains pays africains tels que l’Angola et l’Afrique du Sud pendant la lutte de décolonisation. Elle a soutenu les combattants de la liberté sud-africains en exil pendant la lutte contre l’apartheid. Il serait intéressant de voir ce qui se passerait si Poutine demandait de l’aide à l’Afrique du Sud ou au continent dans son ensemble.

Alec Russell dans le Financial Times, a écrit que la « mission de maintien de la paix » africaine s’était pas historiquement significative. Je ne suis pas d’accord. En Afrique, on accepte l’aide là où elle est offerte.

Au quatrième trimestre 2022, de nombreux économistes  de sociétés de gestion d’actifs parlaient d’une théorie de « démondialisation » et celle-ci se déploie lentement. La mondialisation est bien plus complexe que l’hégémonie du Nord global.

Cette guerre est encore en cours et je crains qu’elle ne s’intensifie encore en raison de l’augmentation de l’aide militaire de l’Otan à l’Ukraine et de la réticence apparente de Zelensky à explorer des stratégies de négociation ou diplomatiques. Mais peut-on négocier avec Poutine ? Et s’il est affaibli, Zelensky devrait-il prendre le risque d’un coup d’État au  Kremlin ? La Russie sera toujours vindicative même après Poutine.

La crise Covid et l’Ukraine ont entraîné un certain recul sur certains des engagements pris en matière d’action climatique lors de la COP 26 et de la COP 27. Cela ne fera qu’empirer lors de la COP 28 alors que le secteur pétrolier s’approprie le discours de « transition juste » des militants.

Pourtant, la crise climatique s’aggrave rapidement ; 2022 a battu des records de température élevée, et il semble que nous nous dirigions vers une nouvelle année record ainsi que d’événements extrêmes tels que les incendies de forêt et les inondations dans des endroits aussi divers que l’Afrique du Sud, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Italie, l’Australie et à travers le monde entier.

Les énergies renouvelables peuvent sembler coûteuses à court terme, notamment dans le contexte de la guerre en Ukraine ; à moyen terme, nous verrons les prix de l’énergie diminuer rapidement.

Les Émirats arabes unis se demandent où se trouve la demande verte. En fait, elle se trouve partout où les gens ont besoin d’énergie, et la planète ne peut tout simplement pas se permettre, d’un point de vue environnemental, de ne pas s’orienter vers les énergies renouvelables.

Il est beaucoup question de pousser les pays africains à capitaliser sur les récentes découvertes d’hydrocarbures, pourtant, on se rend compte que ce sont surtout les compagnies pétrolières européennes qui en parlent.

 

L’analyse de Frans Timmerman

Il y a tous ces pays ensoleillés en permanence sur le continent. Pourquoi ne pas investir dans l’énergie solaire ? Lorsque l’on compare les énergies renouvelables aux hydrocarbures, il n’est même pas nécessaire d’avoir une vision à long terme.

Frans Timmermans, premier président de la Commission européenne pour le Pacte vert européen et ancien ministre des affaires étrangères des Pays-Bas, a écrit un article percutant sur les enjeux géopolitiques du changement climatique en avril 2021 pour Project Syndicate. Il explique que le pacte vert européen s’attaque non seulement aux émissions de carbone et au changement climatique grâce à un plan ambitieux visant à réduire les émissions de 55 % d’ici 2030 et à atteindre la neutralité totale d’ici à 2050, mais il atténuera également les points de friction géopolitiques évoqués précédemment.

« En s’attaquant aux crises du climat et de la biodiversité, tout le monde en profitera, grâce à de meilleurs emplois, un air et une eau plus propres, moins de pandémies et une amélioration de la santé et du bien-être. Mais, comme pour toute transition majeure, les changements à venir perturberont certains et profiteront à d’autres, ce qui créera des tensions au sein des pays et entre eux. Alors que nous accélérons la transition d’une économie basée sur les hydrocarbures vers une économie durable basée sur les énergies renouvelables, nous ne pouvons pas ignorer ces effets géopolitiques. En particulier, la transition elle-même entraînera des déplacements de pouvoir, de ceux qui contrôlent et exploitent les combustibles fossiles vers ceux qui maîtrisent les technologies vertes de l’avenir.

 Par exemple, l’élimination progressive des combustibles fossiles améliorera considérablement la position stratégique de l’UE, notamment en réduisant sa dépendance à l’égard des importations d’énergie. En 2019, 87 % de notre pétrole et 74 % de notre gaz provenaient de l’étranger, ce qui nous a obligés à importer pour plus de 320 milliards d’euros (386 milliards de dollars) de produits fossiles cette année-là.

 De plus, avec la transition verte, les anciens points de passage stratégiques, à commencer par le détroit d’Ormuz, perdront de leur pertinence et donc de leur dangerosité. Ces passages maritimes ont préoccupé les stratèges militaires pendant des décennies. Mais avec la fin de l’ère pétrolière, ils seront moins soumis à la concurrence pour l’accès et le contrôle des puissances régionales et mondiales. L’élimination des importations d’énergie contribuera également à réduire les revenus et le pouvoir géopolitique de pays comme la Russie, qui dépend actuellement fortement du marché de l’UE. Bien sûr, la perte de cette source clé de revenus russes pourrait conduire à l’instabilité à court terme, en particulier si le Kremlin y voit une invitation à l’aventurisme. À long terme, cependant, un monde alimenté par des énergies propres pourrait également être un monde gouverné plus proprement, car les exportateurs traditionnels de combustibles fossiles devront diversifier leurs économies et s’affranchir de la « malédiction du pétrole » et de la corruption qu’elle favorise souvent.

 Cependant, la transition verte elle-même nécessitera des matières premières rares, dont certaines sont concentrées dans des pays qui ont déjà montré leur volonté d’utiliser les ressources naturelles comme outils de politique étrangère. Cette vulnérabilité croissante devra être traitée de deux manières : en recyclant davantage ces ressources clés et en forgeant des alliances plus larges avec les pays exportateurs. Bien que la transition verte conduise à des économies plus durables et plus résistantes, elle ne débouchera pas automatiquement sur un monde où il y aura moins de conflits ou de concurrence géopolitique. L’UE, qui ne se fait pas d’illusions, devra analyser l’impact de ses politiques dans les différentes régions, reconnaître les conséquences probables et prévoir les risques prévisibles. »

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne

 

L’analyse de Timmermans ci-dessus était prémonitoire, et la guerre en Ukraine ne devrait pas détourner les Africains de la question de l’énergie et du changement climatique : la nouvelle géopolitique à l’ère des BRICS+.

DM

Votre avis nous intéresse !

Si vous souhaitez nous faire part de vos suggestions sur la manière d’améliorer cette lettre d’information ou sur des sujets spécifiques que vous aimeriez voir abordés, veuillez nous envoyer un courrier électronique à l’adresse suivante : [email protected].

Insights IC Intelligence

 

@ICP

Écrit par
Desné Masie

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *