x
Close
Analyse et Opinion Presse

Faut-il une loi sur les bonnes nouvelles ?

Faut-il une loi sur les bonnes nouvelles ?
  • PubliéAugust 22, 2022

Le vieil adage médiatique, « si ça saigne, ça vend », qui donne la priorité aux mauvaises nouvelles, a été le principe directeur d’une grande partie des médias de masse. Les médias devraient-ils être contraints par la loi d’inclure les bonnes nouvelles dans leur production ?

 

 

Voici donc une idée radicale… et s’il y avait une législation dans chaque pays africain qui obligeait tous les éditeurs de médias à consacrer un pourcentage de leur contenu à des histoires positives ? En d’autres termes, que se passerait-il si nous avions une loi sur « les bonnes nouvelles » en Afrique ?    

Et par bonnes nouvelles, je ne parle pas de propagande. Je veux dire de vraies nouvelles qui reflètent les personnes, les lieux et les choses qui font avancer le continent.

Dans ce futur, les propriétaires de médias seraient obligés par la loi de suivre et de mettre en lumière les politiques, les initiatives, les entreprises et les programmes qui façonnent leur pays et le continent. La loi imposerait aux médias de rendre compte de manière égale de ce qui est bon, de ce qui fonctionne, de ce qui est inspirant et progressiste dans leurs pays, ainsi que de ce qui ne l’est pas.

Les médias exercent une grande influence dans le monde et ont un rôle à jouer dans la construction des nations, en particulier sur un continent dont la jeunesse en a désespérément besoin. Et le fait d’avoir des lois qui guident les médias ne signifie pas toujours la présence d’un programme répressif et autoritaire derrière elles.

Nous avons besoin d’une solution radicale comme celle-ci pour réparer les dégâts et briser les récits stéréotypés nuisibles et profondément enracinés qui existent encore. Malgré les progrès significatifs que nous observons sur le continent, les histoires sur l’Afrique continuent d’être racontées principalement à travers le prisme de la pauvreté, du manque de leadership, de la corruption, des conflits et des maladies.

C’est la raison pour laquelle les récits stéréotypés d’une Afrique brisée qui n’a pas les ressources et l’agence nécessaires pour se changer persistent malgré les multiples exemples du contraire. Et ces récits existent depuis plus longtemps qu’on ne le pense. Dès 1878, le journaliste et explorateur Henry Morton Stanley a publié l’une des premières descriptions de l’Afrique dans Through the Dark Continent.

Il s’agit de la première des nombreuses histoires sur l’Afrique et les Africains écrites par des étrangers qui nous ont définis de manière négative aux yeux du monde. Si l’ouvrage de Stanley n’est plus la source définitive et l’autorité sur l’Afrique, les stéréotypes qui nous définissaient à l’époque continuent de prospérer aujourd’hui dans les contenus que nous lisons, regardons et écoutons.

Si vous travaillez dans le secteur des médias, vous savez que les nouvelles mauvaises ou négatives font toujours la une. Et cela semble être particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de rendre compte de l’Afrique.

Le rapport How African Media Covers Africa (Comment les médias africains couvrent l’Afrique), publié par Africa No Filter, montrait que les informations négatives dominent dans nos médias : 81 % des articles sur d’autres pays africains publiés dans les médias africains étaient des histoires de conflits, de violences électorales, de crises humanitaires et de catastrophes climatiques.

Un narratif trop sombre

 

Un intérêt pour l’humain

La réalité est que le monde est fatigué des mauvaises nouvelles. Le rapport annuel 2021 de l’Institut Reuters sur les médias d’information numériques révèle une augmentation du nombre de personnes qui évitent désormais activement les nouvelles – et ce comportement est motivé par trois facteurs : la surcharge d’informations, la méfiance à l’égard des médias et le niveau élevé de nouvelles négatives. Il existe même un terme pour désigner son impact, l’« évitement des nouvelles ».

 

Une étude kényane intéressante a analysé 180 000 articles d’actualités sur Facebook et Instagram de 16 des principaux médias d’information du Kenya en 2019. Les histoires qui suscitaient le plus d’intérêt sur ces plateformes étaient celles qui présentaient un « intérêt humain », comme celles concernant l’enseignant kényan qui a remporté le Global Teacher Prize en 2019 et le chômeur qui a obtenu un diplôme universitaire et un emploi. Ces histoires étaient populaires parce qu’elles étaient racontables, inspirantes, amusantes et informatives. Les histoires étaient un autre type de nouvelles, souvent définies comme des “soft news”.

Les “soft news” sont le type de contenu que diffusent les blogueurs et les blogueurs médias comme Marie Mbullu, qui dirige une chaîne de « bonnes nouvelles » sur TikTok.

Il existe une demande pour ce type de contenu. Sa plateforme, Habari Njema, entièrement consacrée à l’Afrique, compte plus d’un demi-million d’adeptes et ses messages sont vus par 4,9 millions de personnes. Cela représente une influence supérieure à celle de certaines des plus grandes marques de médias en Afrique.

D’autres approches pour contrer les mauvaises nouvelles évoluent au sein même du secteur. Nous observons des tendances journalistiques progressistes telles que le « journalisme de solutions » et le « journalisme constructif », qui tentent de modifier les pratiques des salles de presse.

 

De l’indépendance des médias

Elles brisent le cycle de l’information négative en créant de nouvelles approches narratives qui apportent une solution et un aspect constructif à la manière dont une histoire est racontée. Et les médias qui les adoptent constatent un meilleur engagement envers le contenu qui en résulte.

J’entends les opposants qui affirment que toute politique ou loi qui tente d’interférer dans l’indépendance éditoriale est une répression des libertés des médias. J’entends aussi l’argument selon lequel les organisations de médias sont débordées. Attendons-nous sérieusement d’elles qu’elles aillent chercher des nouvelles positives en plus de leur agenda habituel, alors qu’elles doivent faire face à des salles de rédaction de plus en plus petites et à des revenus en baisse ?  

Oui, car les médias exercent une grande influence dans le monde et ont un rôle à jouer dans la construction des nations, en particulier sur un continent dont la jeunesse en a désespérément besoin. Et le fait d’avoir des lois qui guident les médias ne signifie pas toujours qu’il y a un programme répressif et autoritaire derrière elles. De nombreux pays ont des règles qui régissent la production de leur secteur de la radiodiffusion et celles-ci sont largement conçues pour protéger et promouvoir la programmation locale.

L’Afrique du Sud a mis en œuvre une loi sur le contenu local qui oblige les chaînes de télévision publiques à avoir au moins 30% de contenu local et les stations de radio au moins 20%. Le résultat est que le contenu télévisuel reflète désormais les expériences de vie, les cultures, les langues et les aspirations d’un plus grand nombre de Sud-Africains et facilite les opportunités économiques pour les producteurs de contenu local. Tout le monde y gagne.

Et je ne vois pas pourquoi des lois similaires ne pourraient pas être introduites pour les bonnes nouvelles dans un secteur qui colporte les mauvaises nouvelles. En donnant aux consommateurs plus de ce qu’ils veulent, les médias produiront plus de ce qu’ils veulent : une audience plus importante et un meilleur engagement vis-à-vis de leur contenu.

Peut-être n’est-ce pas une idée si radicale après tout…

Moky Makura est une auteure, journaliste, actrice et femme d’affaires nigériane qui est directrice exécutive d’Africa No Filter, une organisation visant à induire des changements en Afrique au moyen des médias de masse. 

@NA

 

Écrit par
Moky Makura

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.