x
Close
Analyse et Opinion

Des augures favorables au Gabon

Des augures favorables au Gabon
  • Publiéavril 5, 2024

Le rebond de la croissance entamé en 2023 devrait se poursuivre cette année, pour une économie gabonaise résiliente aux aléas politiques mais encore trop peu diversifiée.

 

« Au Gabon, il est important de concentrer les efforts sur la diversification hors pétrole », jugent les analystes d’Attijari Global Research, auteurs d’une note de conjoncture sur le pays d’Afrique centrale, en pleine mutation économique et politique.

Le tableau est connu : le PIB pétrolier représentait encore près de 27% du PIB global du Gabon en 2022 et la production a reculé lors des dernières années. Le PIB agricole se limite à 5% de la production globale, et le pays éprouve une dépendance aux importations alimentaires à hauteur de 60%. L’« expérience réussie de transformation du bois notamment dans des zones spéciales économiques peut créer des émules pour de nouvelles activités industrielles », commentent les analystes.

« Toute tension inflationniste en liaison avec les risques géopolitiques à l’international pourrait mettre à mal la croissance de la consommation des ménages », reconnaissent les analystes.

Parallèlement, le pays ferait bien de multiplier ses efforts en matière d’infrastructures, tandis que l’offre en électricité ne répond guère à la demande, que l’accès à l’eau est limité et coûteux à l’eau et que le réseau routier reste à renforcer.

À court terme, il semble également nécessaire, aux yeux des experts de la banque marocaine, de lutter contre le chômage élevé par des recrutements dans le service public, tandis que « la relance des chantiers en retard est un signal fort à émettre aux opérateurs économiques ». La Loi de Finances 2024 vient réaliser des arbitrages et apporter un lot de nouvelles dispositions fiscales. Celles-ci visent l’élargissement de la base fiscale, une étape nécessaire pour mener, de manière pérenne, les réformes envisagées. « Le contexte s’annonce plutôt favorable avec une reprise de la production énergétique et une prédisposition des opérateurs à enclencher une nouvelle dynamique. »

L’année 2023 s’est soldée par une hausse du PIB de 2,7%, selon les dernières estimations. Un repli de 30 points de la croissance finalement « rassurant », dans le contexte particulier du Gabon, tandis que la croissance s’aligne sur les estimations relatives à l’ensemble de la zone CEMAC.

 

Une demande intérieure peu porteuse

« Bien que traversant une phase de transition politique, l’économie du Gabon maintient le cap et affiche un niveau de croissance décent, en ligne avec la moyenne régionale. La physionomie budgétaire demeure intacte avec une progression appréciable des recettes couplée à un recul significatif des dépenses. Ceci permettrait de maintenir une situation budgétaire excédentaire appréciable face aux tensions actuelles qui pèsent sur les marchés de la dette à international », résument les analystes.

Les prévisions de croissance d'Attijari Global research.
Les prévisions de croissance d’Attijari Global Research.

 

Qui estiment qu’en 2024, l’économie gabonaise devrait « reprendre du lest » avec une croissance estimée à 3,1%, son niveau le plus haut depuis 2019. Si cette précision peut paraître optimiste, l’accélération de la croissance par rapport à 2022 ne fait guère de doutes. Cette année, tout comme en 2023, l’économie gabonaise devrait compter sur ses leviers traditionnels de croissance que sont les exportations de matières premières. De son côté, la croissance de la demande intérieure (1,7%) pourrait être encouragée davantage.

L’ensemble des filières devrait enregistrer des progressions de leurs volumes de production, particulièrement le gaz, le bois, le manganèse et le pétrole.

Ainsi, le développement des gisements d’Oukouma et d’Okondja, puis le démarrage des gisements de Mounana amélioreront-ils la production de Manganèse. Du côté du pétrole, une meilleure exploitation de champs matures et le démarrage de nouvelles exploitations tireront l’activité. Enfin, le développement de l’industrie locale soutient la demande en bois, en quête de nouvelles exploitations.

L’« ensemble de ces éléments prouve que le Gabon dépasse, sans impacts économiques latents, cette transition politique », résument les experts d’Attijari Global Research. « Cette situation, qu’on peut qualifier de résilience économique permettrait d’accélérer les chantiers en cours, voire d’entamer de nouvelles initiatives attendues dans la diversification hors pétrole. »

Bien sûr, les prévisions de croissance restent conditionnées par la demande étrangère, qu’elle soit chinoise ou européenne ; et les dernières projections à cet égard peuvent inquiéter. Elles dépendent aussi, pour une part moindre des tensions géopolitiques dans la région ; leur intensification pourrait ralentir l’entame de nouveaux projets et orienter les efforts et les ressources vers les volets sécuritaires.

 

Sursaut des recettes publics et désendettement

En matière d’inflation, les autorités s’attendent à une hausse des prix de 2,5% en 2024, contre 3,0% l’an dernier. « Toute tension inflationniste en liaison avec les risques géopolitiques à l’international pourrait mettre à mal la croissance de la consommation des ménages », reconnaissent les analystes.

Lesquels jugent crédibles le « sursaut » des recettes publiques cette année, de 15,7%. L’impôt sur les sociétés (notamment pétrolières) et les taxes sur les biens et services devraient fortement rapporter au budget de l’État.

De leur côté, les dépenses devraient enregistrer une hausse plus mesurée de 6,4%, en dépit d’une hausse remarquable des dépenses sociales. Pour la troisième année consécutive, le solde budgétaire du Gabon sera positif, en 2024. Voilà qui ramènera l’endettement à un niveau « plus soutenable » de 52% du PIB. « Ce recul de l’encours de la dette au Gabon est de bon augure pour le pays dont la structure de l’endettement demeure fortement exposée sur la dette étrangère avec une part de 64% contre 36% pour la dette intérieure qui inclut le Gabon et les marchés régionaux. »

@AB

 

Écrit par
Laurent Soucaille

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *