Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Analyse et Opinion

Afrique : Connaissez-vous la monazite ?

Connaissez-vous la monazite ? Pour l’instant, sans doute pas : ce minerai n’est pratiquement pas exploité, car il recèle du thorium à partir duquel on peut fabriquer de l’uranium 233. Lequel fut délaissé dans les années 1940-1960 parce qu’on ne pouvait pas en tirer d’usage militaire (fabrication de bombes A et de munitions en uranium appauvri).

Opinion de Christian d’Alayer

Et si les centrales nucléaires sont aujourd’hui dangereuses, c’est essentiellement parce qu’elles fonctionnent avec un carburant à double usage civil et militaire. L’uranium est enrichi un peu dans les réacteurs civils et beaucoup pour la fabrication de bombes à fission. Dans les deux cas, les réactions en chaîne non contrôlées ou provoquées sont terrifiantes.

Tel n’est pas le cas de l’uranium 233 qui, d’abord, réagit dans un bain de sel fondu et non dans un caisson (pas de danger d’explosion) et qui, ensuite ne produit pas de résidus monstrueux en dehors d’un peu d’uranium 232 (source de rayons gamma, mais à la durée de vie faible). L’évacuation des déchets doit donc être effectuée dans des caissons plombés, seul inconvénient de cette source d’énergie nucléaire.

Pour terminer la présentation de la monazite, il faut savoir qu’il ne s’agit pas du seul minerai contenant du thorium transformable en uranium 233. On en trouve aussi dans la thorianite et la thorite, minéraux encore plus rares que la monazite. Dont les teneurs en thorium font que ce dernier est quatre fois plus abondant que l’uranium.

Et, en l’état actuel des recherches, les principaux gisements de monazite dite « grise » (celle qui contient du thorium) se trouvent en Australie et en Inde, puis en Norvège, en Amérique du Nord et en Afrique du Sud. En fait, là où les recherches minières et pétrolières ont été les plus poussées, quasiment dans l’ordre d’importance décroissante des investissements de recherche.

En Afrique par exemple, on sait qu’il en existe en Afrique du Sud ainsi qu’au Rwanda et à Madagascar. Le BRGM (Bureau de recherche géologique et minière), en cherchant du thorium en France, a aussi publié quelques résultats de ses expatriés en Afrique. Mais on en trouve certainement dans d’autres pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Opinion : Pourquoi l’Afrique décolle

    Les pays africains devraient conduire la croissance mondiale, en 2018. Retour sur les phénomènes, internes et exogènes, qui conduisent l’Afrique sur une pente bien meilleure …

  • NTIC : L’opinion de Vera Karmebäck…

    Le cercle vertueux de la responsabilité sociale, une analyse de Vera Karmebäck, coordonnatrice RSE à RA International, une société d’experts sur les régions isolées. La plupart …

  • Franc CFA : Sauvetage à la grecque

    Les pays de la CEMAC ont rejeté l’option de la dévaluation du franc CFA. Choisissant de facto, l’option de la consolidation budgétaire, sous le magistère …

  • Opinion : Fermiers blancs en Afrique acte II

    En Afrique du Sud, la question de la propriété foncière est essentielle. Le nouveau Président évitera-t-il les erreurs commises en Afrique, notamment au Zimbabwe, après …