Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Agriculture

Tchad : Modernisation et industrialisation de l’élevage

Un rôle central

Le PASTOR, qui intervient au sud, au centre et à l’est du pays, promeut une utilisation concertée et durable des ressources pastorales, en prenant en compte les besoins des populations locales, en renforçant leur résilience face aux changements climatiques en zones pastorales et agropastorales, en créant des emplois notamment pour la jeunesse, et en réduisant ainsi la pauvreté.

À l’échelle régionale, le Tchad est l’un des plus gros producteurs de bétail. Il entend jouer un rôle central au sein de la Cemac et envisage des exportations mieux contrôlées vers la Libye, les pays du Golfe, entre autres régions.

L’acquisition du statut de pays indemne de peste bovine, décerné par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) en mai 2005, ouvre des perspectives intéressantes pour les exportations de viande, la sous-région offrant de forts débouchés.

Le 4 février 2019, le secrétaire d’État tchadien aux Affaires étrangères, Ndordji Nazaire, et le secrétaire général de la CEEA (Communauté économique des États de l’Afrique centrale, qui regroupe onze pays), Ahmad Allam-Mi, ont signé à N’Djaména l’accord de siège pour l’opérationnalisation d’un Centre régional de santé animale pour l’Afrique centrale, qui facilitera la gouvernance vétérinaire en matière de calendrier vaccinal, de système d’alerte rapide afin d’améliorer la surveillance épidémiologique dans la sous-région.

« La création du Centre intervient dans le cadre de la restructuration de la CEEAC pour l’atteinte des objectifs que sont le renforcement des investissements publics dans le secteur rural, la création d’emplois ainsi que la gouvernance vétérinaire. L’Afrique centrale dispose d’un cheptel important dont la grande partie se trouve au Tchad », explique Ahmad Allam-Mi.

Pour réussir le pari de la modernisation de son élevage, le Tchad doit immuniser son bétail. « Globalement, la situation est maîtrisée. Le Tchad contrôle et surveille 33 maladies réputées contagieuses », rassure le ministre de l’Élevage.

Ainsi, le Tchad a lancé, fin 2018, une grande campagne de vaccination contre la péripneumonie contagieuse bovine et la peste des petits ruminants : 8 millions de bovins et 4 millions de petits ruminants seront immunisés.

« En 2019, nous devrons continuer par vacciner toutes les espèces réceptives et sensibles, c’est-à-dire tous les ovins et les caprins, soit environ 75 millions de doses de vaccins qu’il faut administrer sur l’ensemble du territoire ! », conclut Gayang Souaré. Objectif : éradiquer la peste des petits ruminants d’ici à 2025, soit cinq avant la date butoir fixée par la stratégie mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts