Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

Agriculture

Bourse – Uemoa : Abidjan abritera une Bourse des matières premières agricoles

Attendue de longue date, une Bourse des matières premières agricole dans la région Uemoa devrait voir le jour en juillet 2020, à Abidjan. Elle permettra aux agriculteurs de Côte d’Ivoire de se prémunir contre les aléas des prix.

 Par Laurent Soucaille

La BRVM (Bourse régionale des valeurs mobilières et l’Autorité de régulation du système des récépissés d’entreposage (ARRE) des produits agricoles ont scellé un partenariat afin de créer la Bourse des matières premières agricoles de Côte d’Ivoire (BMPA). Les deux structures ont signé, fin février, un mémorandum d’entente en ce sens.

Dans un premier temps, le texte consacre un cadre institutionnel de coopération entre l’ARRE et la BRVM, agissant pour le compte de la BMPA en constitution. Il permet, dès à présent, l’identification, l’évaluation et l’exploitation des synergies et de la complémentarité entre les acteurs de ce nouveau marché.

Il prévoit la négociation des produits aujourd’hui échangés sur le Système des récépissés d’entrepôts (SRE), sur le système de cotation de la BMPA, pour favoriser leur financement. Et donc, in fine, l’accord prévoit la construction d’un marché agricole organisé autour du SRE et de la BMPA, répondant aux ambitions du gouvernement ivoirien et conforme aux standards internationaux.

Après le Ghana et le Nigeria ces derniers mois, la Côte d’Ivoire en juillet, l’Égypte pourrait ouvrir son marché des matières premières agricoles en fin d’année 2020. L’Afrique, progressivement, se prémunit des risques spéculatifs.

Saluant la signature de ce mémorandum, Edoh Kossi Amenounve, directeur général de la BRVM, a précisé : « La BMPA de Côte d’Ivoire sera un marché organisé de classe mondiale qui apportera des solutions aux enjeux et défis de l’écosystème agricole ivoirien et constituera un outil financier de gestion des risques. Elle atteindra ses objectifs quand un producteur sera en mesure de choisir sa cadence de production en fonction des prix au comptant et à terme déterminés par l’offre et la demande ».

Trois premiers produits concernés

De son côté, Justin Koffi, directeur général de l’ARRE, a souligné les ambitions de ce projet : « La Côte d’Ivoire, qui a plus de 23 produits agricoles éligibles pour des récépissés d’entreposage, ne peut réaliser une transformation structurelle de son économie sans créer une Bourse des matières premières agricoles fondée sur un système d’entreposage supporté par des récépissés d’entreposage efficaces, fiables et conformes aux normes et standards internationaux ».

À ses débuts, le nouveau marché pourrait accueillir des cotations sur trois produits, l’anacarde, la noix de kola et le maïs. Après négociation entre les investisseurs nationaux et internationaux, un seul prix national au comptant sera affiché par produit.

De plus, la Bourse proposera des produits à terme, lesquels serviront de couverture face aux risques de variation des prix, pour les agriculteurs. Un mécanisme de marché à terme absent de la Côte d’Ivoire jusque-là. Ce marché à terme, s’il veut éviter les excès spéculatifs, doit coller au mieux à la production réelle.

La Côte d’Ivoire compte 1 066 entrepôts dont seulement 266 sont éligibles aux normes de l’ARRE ; leur mise aux normes nécessiterait environ 37 milliards de F.CFA (56,4 millions d’euros). L’objectif est de créer 108 entrepôts supplémentaires, d’une capacité de 500 000 tonnes et comprenant un système d’entreposage électronique de récépissé, afin d’atteindre une couverture de 60% du territoire.

Réduire les aléas des prix

Cette avancée n’est en rien une surprise, pour les professionnels. Progressivement, tous les pays ou toutes les zones économiques de l’Afrique se dotent de marchés boursiers des produits agricoles, répondant aux normes modernes qu’exigent de telles structures.

Après le Ghana (Ghana Commodity Exchange) en 2018, le Nigeria a porté sur les fonts baptismaux une telle plateforme, fin 2019, au sein du Lagos Commodities and Futures Exchange (LCFE). La Bourse cote une quarantaine de produits agricoles, dont le sésame, le sorgho, le mil et le maïs, qui rejoignent les échanges sur le pétrole et le gaz ainsi sur les minéraux solides et les devises.

De son côté, l’Égypte travaille à la création d’une Bourse des matières premières agricoles, qui pourrait accueillir ses premières cotations fin 2020. Les produits sélectionnés comprendraient le blé, le sucre, le maïs et le riz.

La création d’une Bourse répond au souhait des agriculteurs et des autorités de stabiliser les prix et de réduire les risques. De plus, un marché dynamique et bien réglementé accroît le nombre de négociants et la qualité des infrastructures et des produits eux-mêmes.

Une Bourse tend à augmenter les revenus des agriculteurs et à diminuer les prix pour les consommateurs. L’idée n’est pas nouvelle : une Bourse au coton existait déjà au XIXe siècle en Égypte, elle a fermé en 1952.

ENCADRE

La BRVM améliore la sécurité des transactions

La Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) a procédé, le 17 février 2020, au lancement de sa nouvelle plateforme de surveillance du marché. Dénommée « Smarts Market Surveillance », la plateforme a été développée par le marché électronique américain Nasdaq.

 Smarts permettra à la BRVM de déceler en temps réel toutes les formes de manipulation de marché ; de détecter les mouvements de prix anormaux ; de conduire des analyses à partir de données historiques ; de surveiller les comportements des négociateurs ; d’effectuer une supervision ciblée pour les intervenants à risque ou soupçonnés de pratiques anormales.

En se basant sur les modèles programmés, le système génère automatiquement des alertes sur les situations d’abus de marché susceptibles d’être sanctionnées. Il offre également la possibilité de « rejouer » entièrement une séance de cotations, de corréler les évolutions des cours avec les informations disponibles.

« La BRVM s’est engagée à maintenir un marché équitable et à offrir aux investisseurs et intervenants un marché ouvert, compétitif et transparent. En renforçant son dispositif de surveillance du marché, la BRVM confirme sa volonté de s’adapter aux enjeux de développement, de maintenir un niveau d’attractivité croissant et de garantir l’intégrité de son marché pour les investisseurs », a indiqué Edoh Kossi Amenounve, directeur général de la BRVM.

La technologie de marché de Nasdaq est utilisée par plus de 250 organisations mondiales, y compris des courtiers, des Bourses, des chambres de compensation, des dépositaires centraux de titres et des régulateurs, dans plus de cinquante pays avec des solutions technologiques de pointe.

Par ailleurs, la BRVM vient de modifier une disposition de son règlement. Désormais l’article 31 prévoit que les ordres sont produits sur le marché sans compensation préalable des ordres d’achat et des ordres de vente, ni globalisation des ordres du même sens, portant sur une même valeur.

Une société de gestion peut, sauf dérogation exceptionnelle sur les titres peu liquides, grouper les ordres de ses clients qui vont dans le même sens (achat au même prix, par exemple).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts

  • Mali : Nouvel appui stratégique du FIDA

    À la suite d’une réunion de travail et plusieurs semaines de concertation, le Fonds international pour le développement agricole a décidé d’appuyer le programme agricole du Mali, à horizon cinq ans. Les derniers chiffres du secteur sont plutôt encourageants.

  • Maroc : La délicate réforme des terres collectives

    En octobre 2018, Mohammed VI avait appelé à la constitution d’« une classe moyenne agricole » à travers la mobilisation de nouvelles zones cultivables dans les « terres collectives », une zone au statut foncier vieux de cent ans. État des lieux d’un projet sensible.

  • Tchad : Modernisation et industrialisation de l’élevage

    Le Tchad dispose d’énormes potentialités dans le secteur de l’élevage, qui restent encore sous-exploitées. Avec l’appui de ses partenaires, le gouvernement a entrepris un ambitieux plan de modernisation et d’industrialisation pour en tirer un maximum de dividendes.

  • Bénin : Le renouveau de la filière coton

    Après avoir longtemps évolué au gré des conditions climatiques et des aléas politiques, la production cotonnière du Bénin renoue depuis peu avec une croissance régulière et soutenue. La filière s’engage vers l’amélioration des rendements et la transformation.

Share This