Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Yvonne Manzi Makolo : Des parts de marché s’offrent aux compagnies aériennes  

Selon Yvonne Manzi Makolo, aux commandes de RwandAir depuis 2018, la crise sanitaire a certes entraîné des turbulences dans le transport aérien, mais elle offre aussi des opportunités de gains de marché à moyen terme. De même que les partenariats noués ces derniers mois.

Propos recueillis par Lars Larsson

Comment la pandémie a-t-elle affecté vos plans d’expansion et votre stratégie à moyen et long terme?

Nous avions eu beaucoup d’élan dans la période précédant la pandémie. Nous nous développions et avions 29 itinéraires en cours et d’autres planifiés, à la fois en Afrique et au-delà, mais lorsque le Rwanda est entré en confinement, nous avons dû abandonner la plupart de ces plans.

Alors que le Rwanda devient un centre régional dans de nombreux domaines, la ZLECAf présente aux Rwandais, à RwandAir et à notre partenariat avec le Qatar, l’opportunité de jouer un rôle crucial dans l’avenir de l’Afrique.

Le Rwanda a fermé son espace aérien aux vols commerciaux entre mars et août 2020, nous avons donc dû immobiliser notre flotte et réévaluer notre modèle économique. Le gouvernement du Rwanda a pris la pandémie très au sérieux, mais a été très favorable aux entreprises touchées, y compris celles de l’aviation. Notre personnel était considéré comme des travailleurs prioritaires, nous avons donc pu faire vacciner tout le monde rapidement.

Nous avons pu opérer des vols de fret uniquement pour soutenir l’exportation, ainsi que pour apporter des fournitures médicales comme des équipements de protection et des vaccins. Nous avons converti nos cabines pour nous permettre de transporter des exportations de valeur comme les avocats, les piments, les haricots verts et les fleurs vers des marchés lucratifs en Europe et dans le Golfe.
Nous avons également effectué plusieurs vols de rapatriement, principalement vers et depuis l’Europe, l’Amérique du Nord et la Chine, non seulement pour les Rwandais mais aussi pour les citoyens d’autres pays d’Afrique centrale.

Au moment où nous avons repris les vols commerciaux en août 2020, nous avions réduit notre réseau pour supprimer les routes les moins rentables, notamment vers le Sénégal, Juba et Tel Aviv, qui n’ont toujours pas redémarré. Malheureusement, nous avons également été contraints de licencier du personnel ; toutefois, nous commençons désormais à réembaucher. Nous avons dû réduire les services en vol pour nous concentrer davantage sur les procédures de sûreté et de sécurité, ce qui était évidemment notre priorité.
Nous étions sur la voie de la reprise lorsque le variant Omicron a fait son apparition en décembre 2021, haute saison pour les voyages. Cela nous a de nouveau affectés, car nous avons dû arrêter toutes nos routes sud-africaines, ainsi que les grands vols long-courriers, vers Londres et Dubaï, par exemple. Désormais, les choses reprennent un cours plus normal et nous constatons une augmentation du nombre de passagers. Nous espérons voir des améliorations constantes d’ici à la saison estivale 2022.

La crise sanitaire a créé des défis, mais aussi des opportunités, avec la privatisation de SAA et la restructuration de son réseau par Kenya Airways. Comment RwandAir envisage-t-elle de combler les nouvelles lacunes du marché ?

Nous avons dû nous retirer de certaines de nos propres routes, et nous envisageons de nous diriger vers de nouvelles destinations qui sont devenues disponibles et qui correspondent mieux à notre emplacement et à notre modèle.
L’Afrique était déjà mal desservie et moins connectée qu’elle ne devrait l’être, il existe donc de

opportunités pour les compagnies aériennes de gagner des parts de marché en ce moment. Même pendant la pandémie, nous avons ouvert quelques nouvelles routes. Il s’agit notamment de Bangui (Centrafrique) et de Goma et Lubumbashi (RD Congo), qui se portent extrêmement bien depuis leur ouverture en 2021. Nous travaillons donc toujours vers notre objectif de connecter les Africains entre eux et avec le monde.

En 2020, on apprenait que Qatar Airways avait pris une participation de 49% dans RwandAir. Où en sont les liens entre les deux compagnies et comment vont-ils permettre à RwandAir de s’imposer comme une compagnie aérienne mondiale ?

Des initiatives commerciales, telles que des partages de codes, entre RwandAir et Qatar Airways ont été convenues en septembre 2021 et sont opérationnelles depuis décembre. Celles-ci relient le hub de transport aérien de Kigali à celui de Doha, ce qui nous permet d’étendre notre réseau de manière significative.

Nous pouvons désormais atteindre la majeure partie de l’Eurasie, tandis que le Qatar peut atteindre la majeure partie de l’Afrique. Les voyageurs peuvent gagner et échanger des miles aériens entre les programmes de fidélité, tandis que nous avons accès aux installations de formation de Qatar Airways pour les pilotes et le personnel de cabine.

Qatar Airways a une participation de 60% dans Rwanda’s Bugesera International Airport. Comment cet arrangement profite-t-il à la fois au Qatar et au Rwanda ?
La co-entreprise est encore en cours d’élaboration mais elle sera probablement finalisée dans quelques mois.

Notre accord donnera au Rwanda un grand aéroport moderne, qui sera au cœur de nos plans pour faire du Rwanda une plaque tournante du transport, ainsi que des plans du Qatar pour desservir le continent africain. Cela permettra à RwandAir de se développer et permettra à l’économie de bénéficier d’effets d’entraînement tels que le tourisme et la création d’emplois.

Il s’agit d’un projet massif, à environ 25 km de Kigali, qui devrait devenir une « ville aéroportuaire », avec des logements, des hôtels et des centres de divertissement, qui offre un monde d’opportunités aux entreprises locales. La première phase devrait être achevée en 2024-2025 ; elle donnera à l’aéroport une capacité de 7 millions de passagers.

Les détails de la deuxième phase doivent encore être finalisés. L’ensemble du projet est un bon exemple du modèle de partenariat privé-public préféré du gouvernement, et il y aura des opportunités pour d’autres PPP dans tous les domaines, de la construction à la fourniture de services, à mesure que le projet avance.

Comment RwandAir adopte-t-il l’innovation pour attirer des clients et s’implanter sur le marché international ?

Nous cherchons toujours des moyens de faciliter les déplacements, d’ajouter de la valeur et de nous différencier de la concurrence. Nous avons investi dans la numérisation et l’automatisation, telles que les ventes en ligne et les enregistrements en ligne, ce qui a en fait été aidé par la pandémie et l’accent mis sur le fait de faire les choses à distance.

Qatar Airways a toujours été en avance dans l’innovation, et le Rwanda est un pays très axé sur l’informatique, donc l’accord entre les deux nous permettra de compléter parfaitement l’esprit d’innovation chez l’un et l’autre.

Quelle est l’importance de la ZLECAf (Zone de libre-échange continentale africaine) pour RwandAir, et quel est votre rôle dans la promotion du commerce africain ?

La finalisation de la ZLECAf bouscule la donne car elle forcera le changement dans l’économie continentale, y compris dans l’aviation. Il deviendra impossible d’exploiter une zone de libre-échange sans de larges accords de « ciel ouvert », des politiques de visa inclusives et d’autres dispositions qui faciliteront l’utilisation de nos services.
À l’heure actuelle, de nombreux obstacles existent encore à travers l’Afrique, notamment des procédures de visa compliquées, des infrastructures insuffisantes, un manque d’installations d’assistance en escale, des taxes d’aéroport prohibitives et des pistes non entretenues ou non éclairées, qui doivent tous disparaître avant que l’Afrique puisse avoir un développement durable et une industrie aéronautique abordable.
Pour que les avantages de la ZLECAf se fassent pleinement sentir, les gouvernements doivent examiner le continent de manière globale et résoudre certains de ces goulots d’étranglement afin que l’aviation puisse prospérer.

Alors que le Rwanda devient un centre régional pour le sport, le tourisme et le segment MICE (réunions, voyages de gratification, conférences et expositions), tout en promouvant des politiques favorables aux voyages au pays et à l’étranger, la ZLECAf présente aux Rwandais, à RwandAir et à notre partenariat avec le Qatar, l’opportunité de jouer un rôle crucial dans l’avenir de l’Afrique.

@ABF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Posts