x
Close
African Business

Worldcoin suspendu au Kenya

Worldcoin suspendu au Kenya
  • Publiéaoût 15, 2023

Tech54 vous explique la controverse entourant le projet de crypto-monnaie biométrique à l’iris, World Coin, au Kenya. Le ministère de l’Intérieur a suspendu les activités de l’entreprise pour enquêter, mais World Coin affirme respecter la vie privée de ses utilisateurs.

 

Le lancement de la crypto-monnaie américaine Worldcoin a été suspendu au Kenya après que l’entreprise a lancé une campagne massive d’inscription des clients en scannant leur iris.

La décision du gouvernement kenyan constitue un revers pour le lancement mondial du produit et met en lumière des questions telles que la collecte de données personnelles par des entreprises technologiques dans des pays moins développés et les affirmations selon lesquelles les crypto-monnaies peuvent réduire l’inégalité dans la répartition des richesses au niveau mondial.  

Pourquoi des scanners de l’iris ?

Worldcoin est une société dont les produits incluent la crypto-monnaie synonyme, qui a été lancée dans le monde entier le 24 juillet. Elle a été développée par la société technologique Tools for Humanity (TFH), basée à San Franciso et cofondée par les entrepreneurs américains Sam Altman, Max Novendstern et Alex Blania.

Worldcoin affirme que sa crypto-monnaie « sera distribuée équitablement au plus grand nombre » et a déclaré qu’elle serait lancée en donnant « une part gratuite à tous les habitants de la Terre » !

Le cofondateur Altman, qui est également PDG d’OpenAI, développeur de ChatGPT, estime qu’il sera de plus en plus difficile de distinguer les humains des machines, car le problème actuel des robots qui imitent les humains en ligne est aggravé par des contrefaçons d’IA sophistiquées.

L’entreprise explique que les scanners de l’iris sont un moyen de s’assurer que chaque personne représentée dans son réseau est une personne réelle et qu’elle ne contrôle qu’une seule identité dans le système ; ce que l’on appelle la « preuve de la qualité de personne ». Les scans sont effectués à l’aide d’un dispositif propriétaire appelé « Orb ».

Depuis sa création en 2019, l’entreprise affirme que son système est conçu pour protéger la vie privée des individus, sans identification autre que le scan de l’iris nécessaire pour accéder à des services tels que son portefeuille World App. L’entreprise affirme que le scan est supprimé après la création d’un code d’iris.

« Une fois établi, il permet à l’individu d’affirmer qu’il est une personne réelle et différente d’une autre personne réelle, sans avoir à révéler son identité dans le monde réel », indique un livre blanc de l’entreprise.

Le scan permet aux utilisateurs de réclamer leur part de jetons Worldcoin et d’utiliser les autres services de Worldcoin. Ceux qui reçoivent les jetons ont la possibilité de les vendre contre des USDT (stablecoin indexé sur le dollar américain) sur des bourses de crypto-monnaies ou à des « courtiers » en échange d’argent liquide.

 

Critiques du modèle d’entreprise

« Ils utilisent l’une des plus anciennes astuces de l’industrie technologique : fournir aux gens des produits apparemment gratuits, afin d’en extraire des données, de créer un besoin et, en fin de compte, de dominer une section particulière du marché », explique Toussaint Nothias, de l’université de Stanford.

Toutes ces initiatives commercialisées « gratuitement » ont un coût élevé. « Elles présentent des risques pour la vie privée, pour la spéculation et pour la légitimité », ajoute-t-il. « Entre ses tactiques de marketing agressives, sa culture du capital-risque et sa rhétorique cryptographique dystopique, Worldcoin n’inspire pas confiance. »

En 2022, alors que Worldcoin effectuait des tests sur le terrain dans 24 pays, dont le Soudan et le Kenya, une enquête menée par des journalistes de la MIT Technology Review a révélé que « les représentants de l’entreprise ont utilisé des pratiques commerciales trompeuses, ont collecté plus de données personnelles qu’ils ne le reconnaissaient et n’ont pas obtenu de consentement éclairé significatif ».

« Ces pratiques sont susceptibles d’enfreindre le Règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne – une probabilité que la propre politique de consentement aux données de l’entreprise reconnaît et demande aux utilisateurs d’accepter – ainsi que les lois locales », indique le rapport.

Lors d’un entretien vidéo avec les enquêteurs, Alex Blania a reconnu qu’il y avait eu quelques « frictions », mais il les a mises sur le compte du fait que l’entreprise était en phase de démarrage. « Il s’agit de quelques personnes qui essaient de faire fonctionner le nouvreau système en période de rodage », leur a-t-il déclaré.

Le 24 juillet, Worldcoin a annoncé son lancement mondial, Nairobi étant l’un des deux sites choisis pour le déploiement en Afrique.

Selon le site web de la société, les opérateurs Orb – chargés par Worldcoin d’effectuer les scans et de fournir une rémunération – étaient présents dans 18 lieux de Nairobi avant de converger vers le Kenyatta International Convention Centre lorsque des dizaines de milliers de Kenyans se sont présentés.

Cependant, dans une déclaration commune publiée le 3 août, les ministères kenyans de l’intérieur et de l’information ont indiqué que le gouvernement kenyan avait suspendu les activités de Worldcoin dans le pays et que des enquêtes avaient été lancées « pour établir l’authenticité et la légalité des activités susmentionnées, la sécurité et la protection des données collectées, et la manière dont les collecteurs ont l’intention d’utiliser les données ».

 

La déclaration note qu’il a été rapporté que des clients se sont vu offrir des jetons d’une valeur d’environ 7 000 shillings (49 $) pour les scans. Worldcoin était enregistré en tant qu’entité « contrôleur de données », mais cette certification n’avalisait pas sa conformité avec la loi kényane sur la protection des données ; une loi adoptée en 2019 et basée sur le cadre du RGPD européen.

La déclaration insiste sur le fait que Worldcoin n’était pas enregistré en tant qu’entité locale au Kenya et avait utilisé une entreprise locale pour mener à bien les activités. Le communiqué précise que Worldcoin a été initialement suspendu en mai 2022 pour 60 jours dans l’attente d’une enquête et que, après une vérification ponctuelle, le Bureau du commissaire à la protection des données (ODPC) a contacté l’entreprise à la fin du mois de mai 2023 pour lui ordonner de cesser immédiatement le traitement des données sensibles.

 

Pause

Dans un communiqué, la Worldcoin Foundation a déclaré qu’une pause dans les services de vérification de Nairobi avait été décrétée « par excès de prudence et dans un effort pour atténuer le volume de la foule » après que des dizaines de milliers de personnes ont attendu pendant plus de deux jours. 

« Pendant cette pause, l’équipe développera un programme d’intégration qui comprendra des mesures de contrôle des foules plus robustes et travaillera avec les autorités locales pour mieux faire comprendre les mesures de confidentialité et les engagements que Worldcoin met en œuvre, non seulement au Kenya, mais partout ailleurs », indique le communiqué.

L’entreprise affirme qu’elle s’engage à reprendre ses services au Kenya et à travailler en étroite collaboration avec les autorités de régulation locales.

Dans un tweet, le cofondateur Alex Blania écrit : « TFH a mis en pause les vérifications de World ID au Kenya car nous continuons à travailler avec les régulateurs locaux pour répondre à leurs questions. Nous nous excusons auprès de tous les habitants du Kenya pour ce retard. World ID est conçu pour protéger la vie privée. »

 

Les ministères soulignent la nécessité d’une prise de conscience

La déclaration des deux ministères kenyans souligne la nécessité de sensibiliser « les Kényans au risque d’attaques de cybersécurité, de violations de données et à la nécessité d’une divulgation complète avant de donner son consentement ».

Le communiqué précise que l’ODPC n’a pas levé sa suspension du traitement des données personnelles par Worldcoin et a « soulevé des inquiétudes quant au caractère volontaire ou illusoire du consentement demandé aux individus ».

À cet égard, « le Bureau a demandé aux personnes de donner leur consentement sur une incitation monétaire fournie pour l’échange de données personnelles sensibles ».

 

LK

*****

 

En bref

 

Buguard lève 500 000 $ de fonds d’amorçage.

 

Qui est à l’origine de cette initiative ? Buguard, une start-up de cybersécurité basée au Caire et fondée en 2021, avec un bureau à Las Vegas, se concentre sur la fourniture de solutions de surveillance du dark web et de prévention de la prise de contrôle de comptes.

Combien ? 500 000 dollars dans le cadre d’un cycle de financement de démarrage mené par A15, une société de capital-risque en phase de démarrage basée au Caire. Il s’agit du premier financement externe de Buguard.

Pourquoi est-ce important ? Buguard répond au besoin critique de surveillance du dark web et de prévention de la prise de contrôle des comptes. Le « Dark Web » reste une plaque tournante pour les cybercriminels, et les entreprises sont confrontées à des pertes financières potentielles. Selon des données récentes de la multinationale technologique IBM, le coût moyen d’une violation de données a atteint un niveau record de 4,35 millions $.

*****

 

Remedial Health, lève 12 millions $

 

Qui ? Remedial Health est une start-up spécialisée dans les technologies de la santé, fondée en 2020 par l’entrepreneur nigérian Samuel Okwuada, qui opère au Nigéria mais dont le siège social se trouve aux États-Unis. La société développe des solutions interentreprises pour numériser la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique.

Quel est le montant de l’investissement ? Huit millions $ en financement de série A, mené par la société de capital-risque américaine QED Investors, avec le soutien de Ventures Platform, qui a investi dans Remedial Health depuis la phase de pré-amorçage. En outre, Remedial Health a obtenu un financement par emprunt de 4 millions $, mené par un consortium d’institutions financières locales et internationales.

Quelle est l’importance de ce financement ? Ce financement de 12 millions $ permettra à Remedial Health de renforcer considérablement ses services dans le secteur pharmaceutique nigérian. Il montre également que, dans le secteur des technologies de la santé, les entreprises qui proposent des solutions pour la chaîne d’approvisionnement continuent d’attirer l’attention des investisseurs mondiaux. L’année dernière, elles ont capté 56 millions $ sur les 170 millions $ levés par les startups du secteur de la santé en Afrique. D’autres entreprises de technologie de la santé opéraient dans le domaine de la télémédecine ou de l’assurance maladie.

*****

 

Bridge Taxi obtient un financement par emprunt

 

Qui ? Bridge Taxi, une filiale de la société sud-africaine Mokoro Holdings, fournit des produits financiers et de soutien aux entrepreneurs sud-africains qui souhaitent lancer leur propre entreprise de minibus-taxis.

Combien ? Verdant Capital, en tant que conseiller unique, a aidé Bridge Taxi à obtenir un financement par emprunt de 10 millions d’euros, tandis que le fonds néerlandais Triodos Investment Management a fourni la facilité.

En quoi cela est-il important ? Il s’agit d’un secteur de niche, mais lucratif. Le financement de 10 millions d’euros permettra à Bridge Taxi de financer plus de 4 700 entrepreneurs dans le secteur des taxis sud-africains, qui joue un rôle important dans l’économie du pays, puisqu’il représente plus de 70 % de l’ensemble des déplacements en transports publics. En important des véhicules plus récents et plus sûrs et en prévoyant des options électriques, Bridge Taxi Finance souhaite combler les lacunes de l’offre et renforcer la sécurité publique.

Édition anglaise de David Thomas ; contactez [email protected].

 

L’IA peut-elle remédier au déficit commercial agricole ?

@Tech54

Écrit par
Tech54

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *