x
Close
African Business

Un soutien de poids à la Tunisie

Un soutien de poids à la Tunisie
  • Publiéjuin 13, 2024

La Banque européenne d’investissement accorde quelque 450 millions d’euros à la Tunisie afin d’appuyer des projets structurant d’infrastructure, de transport et d’éducation.

 

Le vice-président de la BEI (Banque européenne d’investissement) est à Tunis pour une visite de deux jours, les 12 et 13 juin 2024, en marge du Tunisian Invstment Forum. Ioannis Tsakiris examine avec les autorités du pays une série de financements en matière d’infrastructures et de logements.

Les deux parties discutent du programme de travail commun déjà engagé, comme l’accord de coopération technique pour le doublement de la route nationale 13, qui relie Sfax, Sidi Bouzid et Kasserine. L’apport au projet serait de 210 millions d’euros. Cet appui favorisera ainsi une croissance plus inclusive et le développement du secteur privé dans les régions, en les reliant aux grands centres économiques, considère la BEI.

Après un maigre +0,4% en 2023, la croissance de la Tunisie devrait atteindre 2,4% en 2024 et en 2025, puis 2,2% en 2026, pronostique la Banque mondiale.

Plus généralement, les partenaires discutent des perspectives de coopération dans le domaine des transports, notamment le déploiement du réseau ferroviaire. Selon un communiqué, il s’agit de passer en revue divers projets financés par la BEI dans les domaines des infrastructures et du logement, en analysant les projets en cours et les modalités d’accélération de leur achèvement.

Au total, Ioannis Tsakiris explore de nouveaux soutiens financiers de la BEI en faveur de la Tunisie pour un montant total de 450 millions d’euros. Cet engagement est destiné à « financer des investissements clés pour le développement d’infrastructures essentielles et la création d’emplois », détaille un communiqué de la banque européenne, publiée la veille de la visite.

Selon la BEI, cette forte mobilisation reflète son « engagement continu » à promouvoir le développement économique et social en Tunisie. Les projets ciblés visent à stimuler la résilience et la croissance du secteur privé, à promouvoir des solutions énergétiques durables et à améliorer l’accessibilité dans les régions éloignées, favorisant ainsi une croissance plus inclusive.

Par exemple, une ligne de crédit baptisée « Tunisie Relance Économique », d’un montant de 170 millions d’euros sera dédiée à un soutien renforcé des micro, petites et moyennes entreprises. Lesquelles constituent environ 90 % des entreprises du pays et emploient 60% de sa main-d’œuvre.

 

Soutien au projet d’interconnexion électrique

Pour la BEI, leur appui est nécessaire à la création d’emplois nouveaux dans le pays. Ces investissements sont soutenus par une subvention de 8 millions d’euros de l’Union européenne.

De plus, la banque accorde un prêt de 45 millions d’euros au projet d’interconnexion électrique ELMED entre la Tunisie et l’Italie, aux côtés des partenaires de Team Europe. Ce, considérant que le projet contribuera à améliorer la sécurité énergétique de la Tunisie et permettra au pays d’exploiter son potentiel de production d’énergie renouvelable. Il s’aligne sur les objectifs plus larges de l’UE en matière de sécurité énergétique et de durabilité.

Enfin, l’UE accorde subvention de 25 millions d’euros pour la modernisation des établissements scolaires en Tunisie, après avoir accordé un prêt de 40 millions d’euros en ce sens, l’an dernier. Ce projet vise à améliorer les conditions d’apprentissage et d’enseignement dans les écoles, bénéficiant à environ 14 500 élèves avec la construction de 80 nouvelles écoles primaires et une digitalisation accrue de l’éducation.

« La Tunisie est un partenaire important pour la BEI dans la région et notre soutien à ses initiatives de développement reste fort. Ces nouveaux financements démontrent notre engagement à soutenir les PME, à développer des infrastructures énergétiques durables et à améliorer la connectivité intrarégionale. Ces investissements joueront un rôle crucial dans la création d’emplois, la stimulation de l’innovation et la promotion d’un développement équilibré, au bénéfice de tous les Tunisiens », conclut Ioannis Tsakiris.

La Tunisie, lourdement endettée (80% de son PIB), traverse une crise économique majeure, caractérisée par une croissance atone (0,4% en 2023), un chômage élevé (plus de 16%) et un taux de pauvreté qui s’accentue sous l’effet d’une forte inflation. La Banque mondiale pronostique une croissance de 2,4%, tant en 2024 qu’en 2025.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *