Close
Avez-vous trouvé cet article intéressant?

African Business

Un retour à la normal progressif

Le cercle marocain Policy Center for the New South publie son rapport économique 2020 de l’Afrique. L’occasion, au terme de cette année si particulière, d’acter les points de faiblesses et les potentiels de force pour l’après Covid-19.

Par Aude Darc

Une photographie exhaustive de la situation de l’Afrique à fin 2020. Sous la direction de Larabi Jaïdi, le Policy Center for the New South (PCNS) publie son deuxième rapport économique du continent.

Le PCNS est un Think Tank marocain dont la mission est de contribuer à l’amélioration des politiques publiques, aussi bien économiques que sociales et internationales, qui concernent le Maroc et l’Afrique, parties intégrantes du Sud global.

La sécurité énergétique, à la fois dans sa dimension de garantie de l’approvisionnement en énergie, de protection de l’environnement et d’efficacité, constitue un vecteur de redynamisation du projet maghrébin.

Dans ce rapport, peu de préconisations, peu de prospectives, mais un état des lieux qui en lui-même, ouvre de nouvelles perspectives.

La Covid-19 a fortement perturbé les équilibres macro-économiques et le financement du développement de l’Afrique. Les pertes d’activité sont considérables pour l’ensemble du continent, même si elles se différencient selon les pays et les régions.

Chaque ensemble réagit selon ses caractéristiques propres et les contraintes auxquelles il est exposé. Tous les pays ont été dans l’obligation d’engager des programmes de relance, fait observer le Think Tank marocain.

Qui considère que le « retour à la normale » sera probablement progressif. L’hypothèse d’une reprise d’ici à 2023 suppose une croissance vigoureuse. C’est dans la refonte de leurs modèles de développement et l’accélération de l’intégration continentale que les pays africains peuvent trouver les réponses à une sortie de crise pérenne. « L’Afrique doit aspirer à être à la fois un continent où se mettent en place des modèles de développement durables et résilients et s’élabore une convergence des intérêts stratégiques des pays qui le composent. »

Si le virus semble se propager plus lentement à travers le continent africain que dans d’autres régions du monde, la contagion a de lourdes répercussions sur la population africaine. Les pays en proie à des conditions sociales et politiques difficiles – comme l’instabilité politique et les conflits, les pénuries alimentaires ou, encore, la forte concentration de camps de réfugiés – sont les plus vulnérables.

Des pertes d’emplois, une aggravation de la vulnérabilité et de l’insécurité alimentaire, des risques accentués pour les populations déplacées et les migrants, des systèmes de santé mis à rude épreuve, tels sont les effets les plus dévastateurs de la pandémie.

Des infrastructures insuffisantes

Le choc sur l’emploi est massif, avec un taux de chômage dans les pays africains qui avait déjà plus que doublé entre la fin 2019 et juin 2020, pour passer de 5,3 % à 11,4 %. L’Union africaine a prédit la perte de 20 millions d’emplois, les pays dont l’économie repose sur la production pétrolière et sur le tourisme sont les plus à risque.

En matière de vulnérabilité, entre 28,2 millions et 49,2 millions d’Africains supplémentaires risquent d’être refoulés dans l’extrême pauvreté, rappelle le rapport, qui cite les chiffres de la Banque mondiale. La consommation des ménages pauvres et vulnérables devrait baisser considérablement en raison de la réduction des revenus du travail et des revenus des ménages.

De leur côté, les systèmes de santé sont mis à rude épreuve. En matière d’infrastructures, l’Afrique est l’une des régions du monde la moins préparée à gérer les conséquences d’une pandémie. Toutefois, la gestion de la crise Ebola a montré l’effet positif de l’échange de capacités entre les pays, de partenariats entre organismes techniques, organisations internationales et secteur privé ou, encore, la sensibilisation des populations aux questions de santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Posts