x
Close
Actualité African Business

Un Guichet unique pour les PME ivoiriennes

Un Guichet unique pour les PME ivoiriennes
  • Publiédécembre 19, 2022

Une nouvelle structure, le GUDE, est chargée de favoriser l’innovation, l’amorçage, le développement, voire la conquête des marchés extérieurs. Elle contribue à l’accompagnement des entreprises, à la facilitation de leur accès au financement, et à l’obtention de garanties.

 

Le Premier ministre de Côte d’Ivoire a procédé, ce 19 décembre 2022 à Abidjan, au lancement du Guichet unique de développement des entreprises de Côte d’Ivoire (GUDE-CI).

« C’est avec le secteur privé que nous célébrons la naissance de cette structure qui sera l’alliée de nos entrepreneurs pour apporter des réponses concrètes et innovantes à leurs enjeux de création de financement et de croissance, pour faire d’eux les fers de lance d’une Côte d’Ivoire prospère et solidaire, où les emplois seront nombreux, les revenus croissants et les progrès partagés à tous », a affirmé Patrick Achi lors du lancement du GUDE.

Le gouvernement constate que les entrepreneurs, les PME et le secteur privé jouent un rôle déterminant, pour faire avancer la Côte d’Ivoire. Ils assument, par exemple, plus de 50% de l’investissement total du pays. Ils sont d’ailleurs le moteur de l’essentiel de l’embellie économique enregistrée au cours des dernières années, et sont des acteurs clés de la transformation structurelle de l’économie. Chaque année, le poids du secteur secondaire dans le PIB se renforce.

Le Premier ministre a relevé que son gouvernement a décidé d’être encore plus proactif dans l’accélération du secteur privé et le renforcement des chaînes de valeur stratégique national. Cette nouvelle ambition va s’incarner, a-t-il promis, au travers de deux initiatives majeures que sont les Champions nationaux et le renforcement de l’écosystème du développement des PME.

Souleymane Diarrassouba
Souleymane Diarrassouba

Pour le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, le GUDE est un établissement public de type particulier, chargé de soutenir la croissance durable, la compétitivité de l’économie, l’emploi, de favoriser l’innovation, l’amorçage, le développement, la conquête des marchés extérieurs, en contribuant à l’accompagnement des entreprises, à la facilitation de leur accès au financement, et à l’obtention de garanties.

Une réponse à un besoin

Son action est orientée en priorité vers les entreprenants, les très petites entreprises, les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire. Il vient en appui des politiques publiques conduites par l’État, aux régions et aux communes. Grâce à la synergie entre l’action de ses deux filiales, Accompagnement et Garantie, le GUDE « apporte la réponse au besoin de centralisation et de coordination de l’offre de services et d’accompagnement, ainsi que de financements des investissements et des fonds de roulement des entreprises, dès leur création et tout le long de leur croissance ».

De son côté, Moussa Sanogo, ministre du Budget et du portefeuille de l’État, a appelé à une meilleure culture de l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire. Il souhaite une révision de l’écosystème actuel du financement et de l’accompagnement des PME, qu’il juge « éparpillé et insuffisant ».

 

En bref

Soutien aux femmes entrepreneures

 

Deux sociétés de soutien logistique et financier aux petites entreprises, ES Partner et FIN’Elle, ont noué un partenariat visant à soutenir les femmes entrepreneures de Côte d’Ivoire. Il s’agit pour les partenaires de facilité l’accès à l’éducation financière, à l’assistance technique et financement des femmes créatrices de leur entreprise. « Ce partenariat qui permettra d’apporter un appui considérable aux femmes en termes d’éducation financière et de développement de compétence. C’est avec un engagement certain que notre institution a décidé de prendre part à cette synergie d’action qui impactera davantage les PME portées par les femmes », a indiqué Pierrette Kouakou, directrice générale de FIN’Elle, du groupe Cofinoga.

De son côté, la directrice d’ESP, Fadima Kane  a indiqué que les femmes entrepreneures africaines réinvestissent jusqu’à 90% de leurs revenus dans l’éducation, la santé et famille, ce qui, selon la Banque africaine de développement, crée un écart de 42 milliards de F.CFA financement.

Elle a également rappelé que plus de 70% des femmes entrepreneures africaines font face à de nombreux obstacles d’accès aux services financiers. Outre l’accès au financement, l’accès à l’information et à l’assistance technique constituent également des obstacles.

@AB

Écrit par
Aude Darc

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *